Toute l'actualité

1er lauréat l'équipe de l'Univesité de Buenos Aires !

Résultats de la 13ème édition du Concours d'Arbitrage International de Paris
  • L'équipe de Buenos AiresL'équipe de Buenos Aires

La finale de la 13ème édition du CAIP, ouverte au public, a eu lieu devant un tribunal arbitral simulé composé de personnalités du monde de l’entreprise et de l’arbitrage :

  • Pierre Tercier, Professeur émérite de l'Université de Fribourg (Suisse), Président honoraire de la Cour internationale d'arbitrage de l'ICC
  • Christine Guerrier, Directrice juridique, Groupe Thales
  • Tim Portwood, Avocat associé, Bredin Prat
  • Charles Nairac, Avocat associé, White & Case
  • Karolina Różycka-Dublanc, Avocate collaboratrice, Clifford Chance

Après délibération, le tribunal arbitral simulé a décerné le premier prix à l’équipe de l’Université de Buenos Aires composée de Katya Hartl, Florencia Wajnman (titulaires), Mariana Inès Cordero, Laura Carolina Rossello et Karina Isabel Sabatini (suppléantes), supervisée par Laura Camila Zinnerman. Cette équipe a reçu un prix de 8 000 euros des cabinets d’avocats partenaires Clifford Chance, Bredin Prat et White & Case avec un stage de 6 mois dans l’un de ceux-ci offert aux deux membres titulaires et un abonnement aux éditions Lamy/Wolters Kluwer.

Le tribunal arbitral simulé a décerné le second prix à l’équipe de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, composée d’Alexandre Bergouli, Fatou Hondier (titulaires), Stéphanie Pereira, Naomi Ochsenbein et Yuri Ryu (suppléantes), supervisée par Maximin de Fontmichel. Cette équipe a reçu un prix de 4 000 euros des cabinets d'avocats partenaires Clifford Chance, Bredin Prat et White & Case et un abonnement aux éditions Lamy/Wolters Kluwer.

Le prix du meilleur orateur a été décerné à Fatou Hondier, étudiante de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Le prix du meilleur mémoire a été décerné à l’équipe de l’Université de Strasbourg, composée d’Emma Villard, Mihnzou Yannick Kouassi (titulaires), Kalpana Bouderlique, Léana Jacquat, Yasin Güler, Mathilde Raynal (suppléants), supervisée par Lucie Klein.

Toutes nos félicitations aux heureux lauréats et à toutes les équipes participantes !

En savoir plus

Le concours d'arbitrage international de Paris

Tags :

Témoignage de Médi Abkari, diplômé du master Droit économique

Spécialité contentieux économique et arbitrage

La spécialité du Professeur Dany Cohen est pluridisciplinaire, extrêmement axé sur la pratique et professionnalisant. De la procédure civile et administrative au pénal des affaires en passant par les procédures collectives, le droit des sûretés ou les différents types d’arbitrage, la formation se veut plurielle afin que nous puissions acquérir des réflexes dans des domaines très différents. En ce sens, la solide formation dispensée m'a paru d'une grande utilité, notamment pour les épreuves du CRFPA.

Le cours principal de la formation concerne la rédaction d'actes (« stratégie du procès ») : on y apprend à faire de la « haute couture » rédactionnelle en stratégie du procès, en rédigeant assignations, mémoires en défense et jugements à la virgule près.

Malgré une charge de travail élevée, la constitution de groupes pour rédiger les conclusions permet d’instaurer une joyeuse dynamique de travail.

À cet égard, la diversité des profils et des aspirations permet l’apparition d’une certaine complémentarité dans les équipes : les étudiants ont tous leurs domaines de prédilection (pénal, entreprises en difficulté, concurrence, droit international privé, propriété intellectuelle…), ce qui permet à chacun d’apprendre de tous et de progresser plus rapidement.

Par ailleurs, les cas proposés par le Professeur Dany Cohen sont complexes mais divertissants et ce dernier n’hésite pas à faire preuve de pédagogie mais aussi d’une grande exigence pour nous inciter à nous améliorer.

Finalement, en artisan du droit, le directeur scientifique de la spécialité CEA nous transmet son savoir-faire, s'appuyant également sur d'autres excellents intervenants aux profils très diversifiés.

Médi Abkari, diplômé 2016 du master Droit économique spécialité Contentieux économique et arbitrage (CEA).

Tags :

Bonne lecture à toutes et toutes !

Newsletter - Juin 2018
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

" Une nouvelle newsletter… Nous commençons à prendre nos habitudes et j’espère qu’il en est de même des lectrices et lecteurs que vous êtes et qui sont toujours plus nombreuses et nombreux que je l’imagine… puisque de cette newsletter, celles et ceux d’entre vous que je croise m’en parlent… et parfois avec chaleur !

Cette newsletter, c’est en effet un moyen de rester en contact avec l’École de droit quand on y a étudié – et cela fait maintenant neuf années qu’on y étudie puisque l’École a ouvert ses portes en septembre 2009 ! Ce qui nous incite d’ailleurs à songer à fêter nos dix ans… Cette newsletter, c’est aussi un moyen pour les enseignants qui y interviennent à un titre ou à un autre – et ils sont près de 300 – de ne pas se sentir perdus dans cette petite boutique qui ne cesse de croître et se développer. Cette année encore, nous avons créé un Master joint en Droit & Finance avec l’École du management et de l’innovation (EMI) qui accueillera sa première promotion en septembre prochain…

Pour le reste, tout ou presque est à lire en dessous de cet éditorial. Vous y verrez que les expériences pédagogiques en tous genres sont favorisées – des concours d’arbitrage aux activités théâtrales en passant par notre ambitieux programme de Clinique juridique – et qu’il arrive au professeurs permanents de l’École de droit de publier des livres, voire de faire des tournées à la suite de la publication de leurs très sérieux ouvrages ! A tous et toutes, bonne lecture et à très bientôt. Evidemment ! "

Christophe Jamin, Doyen de l'École de droit de Sciences Po

Lire la suite

Tags :

Témoignage d'Adrien Aulas, diplômé du master Droit économique

« Actuellement élève avocat spécialisé en droit des nouvelles technologies, c’est bien au cours de mon année passée au sein de la spécialité « Droit de l’innovation » que j’ai formé les racines de ce que sont aujourd’hui mes passions et activités professionnelles. La maquette pédagogique, conçue et assurée par des professeurs et intervenants porteurs d’une expérience inestimable dans leurs domaines d’expertise, réussit en effet le tour de force de mêler réflexion fondamentale et formation pratique, tout en couvrant l’ensemble du domaine (vaste) des droits immatériels, et plus largement des enjeux juridiques liés à l’innovation et aux nouvelles technologies.

Résolument tournés vers les défis les plus actuels en cette matière, les enseignements permettent de leur donner une perspective enrichie des dimensions historiques, économiques et philosophiques, sans lesquelles la compréhension de la règle de droit est nécessairement partiale ou parcellaire. Les deux semestres permettent ainsi, au gré de séances propices à la discussion et au débat, non seulement d’acquérir de solides compétences relevant de la « technique juridique », mais également de se forger des opinions fondées sur ce droit éminemment politique et toujours mouvant.

Aussi, surtout, les souvenirs heureux que je garde de cette année de Master 2, de même que mon orientation depuis lors, ne seraient évidemment pas les mêmes sans les rencontres, enseignants et camarades, que j’y ai faites, et les amitiés fortes que j’y ai nouées. En offrant notamment l’opportunité de nombreux projets et activités associatives en complément des cours (Sciences Pi, conférences, concours de plaidoirie), cette spécialité m’aura en effet donné tout à la fois la volonté d’entreprendre, que je crois consubstantielle à la profession d’avocat, l’idée de quelques beaux projets, et, plus essentiel encore, les amis et partenaires qui me font la joie, aujourd’hui encore, de m’y accompagner. »

Adrien Aulas, diplômé 2016 du master Droit économique spécialité Droit de l'innovation

Tags :

Témoignage de Karima Chaïb, diplômée du master Droit économique

La spécialité « Contentieux Economique et Arbitrage » est la seule spécialité qui permette d’étudier tous les types de procédure afin de s’initier à tous les types de contentieux : du référé à la technique de cassation, en passant par le contentieux CEDH. Le principal atout de cette formation réside dans son approche pratique et la qualité de ses intervenants. La rédaction quasi-hebdomadaire de conclusions en groupe, touchant à différents sujets de droit, lors des séances de stratégie du procès m’a énormément apporté. Je mesure encore aujourd’hui la valeur des enseignements que j’en ai tirés.

Quand on sait toute l’importance des enjeux procéduraux dans un vrai dossier de contentieux, les savoir-faire acquis en CEA apparaissent comme un véritable kit de survie lors de nos premières années de stage et de collaboration.

CEA offre une forme de boîtes à outils permettant d’acquérir en moins d’un an tous les bons réflexes à avoir dans le traitement de n’importe quel type de contentieux. Pour ma part, après CEA, j’ai pu d’abord obtenir le barreau, avant de poursuivre vers une formation universitaire puis réaliser des stages essentiellement tournés vers le traitement de contentieux civils et commerciaux. La diversité des enseignements au sein de la spécialité CEA, m’a ensuite permis d’amorcer une réorientation vers le pénal des affaires pour une première collaboration.

Enfin, dernier élément mais non des moindres, le nombre limité d’étudiants par cours ainsi que les travaux à mener en groupe de manière régulière permettent de créer une forme d’identité de Master à laquelle on se sent appartenir et qui ne nous quitte pas.

Karima Chaïb, diplômée 2016 du master Droit Economique spécialité Contentieux Economique et Arbitrage (CEA)

Tags :