Séminaires

Les séminaires du programme doctoral

Les séminaires du programme doctoral sont le lieu autour duquel se retrouve très régulièrement la communauté scientifique de l'École de droit, principalement les professeurs de l'École, les professeurs invités et les doctorants. Ils sont l'occasion pour ses membres de présenter leurs travaux en cours, d'éprouver des idées nouvelles, de discuter leurs publications récentes. Parce qu'ils reflètent la diversité des domaines de recherche, des thèmes et des thèses des participants, ils sont un moyen privilégié de découverte, de rencontre, d'échange et de discussion et contribuent ainsi à la construction d'une petite communauté intellectuelle, ambitieuse et dynamique, où s'articulent et se font écho une grande diversité d'approches et de méthodes. Ouverts au public et aux étudiants, ils se déroulent en français ou en anglais. Il y règne l'égale liberté de ton et de parole ainsi que le sérieux que commandent les plus hautes exigences intellectuelles.

Les séminaires du programme doctoral sont animés par Mikhail Xifaras

Calendrier des séminaires du programme doctoral (PDF, 91.43 Ko)

Les séminaires des doctorants

Toutes les deux semaines, les doctorants de l'École de Droit organisent une discussion autour des travaux de l'un des leurs ou d'un invité d'une autre institution (doctorant, chercheur, professeur..)

Voir le blog du séminaire des doctorants 

La Semaine Doctorale Intensive

Initiée en 2011 et poursuivie avec grand succès depuis, la SDI est une initiative coorganisée par l'École de Droit de Sciences Po et l'Ecole doctorale Droit et Sciences Politiques de l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Ouverte à un petit nombre de doctorants et conçue comme un laboratoire pédagogique, elle a pour but de permettre aux doctorants de présenter leurs recherches, discuter leurs travaux et se confronter à la pensée de professeurs renommés, français et étrangers. La semaine est rythmée par des conférences, ateliers, groupes de lecture, présentation, panels, discussions.

Voir le blog de la semaine doctorale intensive

Le séminaire "Grands récits de la pensée juridique (XVIIIe-XXe siècles)"

Si la grande histoire unitaire de la pensée juridique occidentale moderne n'a toujours pas été écrite, c'est peut-être parce que de nombreux historiens formulent d'ambitieux projets, qui engagent une certaine vision de la pensée juridique occidentale, la place dans une certaine perspective, qui fait ressortir certains objets de manière privilégiée, appel le recours à des méthodes et protocoles privilégiés, à mobiliser certaines sources et pas d'autres, en sorte que non seulement ces projets ne se complètent pas, mais ils ne parviennent pas même toujours à se contredire, faute de partager un terrain de désaccord possible. Un florilège de projets contradictoires ou hétérogènes.

Les projets dont il est ici question sont menés par leurs auteurs à l'échelle d'une vie entière de labeur et d'écriture, ce sont des « œuvres », parfois individuelles, parfois collectives. Ces œuvres se présentent sous la forme d'articles et de livres, rassemblent des trésors d'érudition et d'intelligence, une masse considérable de lectures, de commentaires, de monographies, d'études de cas, d'objets, de pratiques et bien sûr d'autres écrits. Une masse considérable de travaux sophistiqués, précis, savants, ciselés. Lorsqu'on parle d'historiens éminents et de projets d'ampleur, cette masse n'est jamais tout à fait éparse, elle est inscrite dans une perspective qui lui donne son sens. Cette perspective, c'est l'image synthétique que l'historien se fait de son objet, la clef du point de vue qui donne son unité à l'ensemble, la petite l'histoire brève et violente qu'il se raconte à lui-même pour dire l'ultime signification de ce qu'il essaye de décrire avec érudition et conviction à longueur d'ouvrages (un « Grand Récit » personnel).

Le présent cycle de conférence se propose d'essayer de dresser la carte de ces « grands récits » en invitant les plus éminents historiens de la pensée juridiques à venir exposer le leur devant ceux qui constituent la communauté des historiens de la pensée juridique en France.

Le séminaire a été animé en 2011 par Louis Assier-Andrieu, Frédéric Audren, Christophe Jamin, Guillaume Tusseau et Mikhail Xifaras.

Le séminaire PILAGG (The Private International Law as Global Governance)

Despite the contemporary turn to law within the global governance debate, private international law remains remarkably silent before the increasingly unequal distribution of wealth and power in the world. By leaving such matters to its public international counterpart, it leaves large lyuntended the private causes of crisis and injustice affecting such areas as financial markets, levels of environmental pollution, the status of sovereign debt, the confiscation of natural resources, the use and misuse of development aid, the plight of migrating populations, and many more. This incapacity torise to the private challenges of economic globalization is all the more curious that public international law itself, on the tide of managerialism and fragmentation, is now increasingly confronted with conflicts articulated as collisions of jurisdiction and applicable law, among which private or hybrid authorities and regimes now occupy a significant place.  The explanation seems to lie in the development, under the aegis of the liberal separation of law and politics and of the public and the private spheres, of an «epistemology of the closet», a refusal to see that to unleash powerful private interests in the name of individual autonomy and to allow them to accede to market authority was to construct the legal foundations of informal empire and establish gapingholes in global governance. It is now more than time to de-closet private international law and excavate the means with which, in its own right, it may impact on the balance of informal power in the global economy. Adopting a planetary perspective means reaching beyond the schism and connecting up with the politics of public international law, while contributing a specific savoir-faire acquired over many centuries in the recognition of alterity and the responsible management of pluralism.
Le séminaire est animé par Diego P. Fernandez Arroyo et Horatia Muir-Watt.

Voir le blog du séminaire PILAGG

Les ateliers sur l'utilitarisme du Centre Bentham

Le Centre Bentham, conscient que l'utilitarisme est l'un des courants majeurs de la pensée moderne, offre un lieu de réflexion consacré aux aspects et aux développements de cette problématique dans les différents champs de savoir. En s'appuyant sur une recherche transversale et pluridisciplinaire, le Centre Bentham cherche à faire connaître la pensée de Jeremy Bentham, l'un des philosophes les plus significatifs de l'histoire de l'utilitarisme. Fondés sur l'état le plus récent de l'édition scientifique des manuscrits de Bentham, les ateliers permettent de prendre la mesure des présupposés, des racines, des contextes et des effets du mode de pensée utilitariste, tout en en mesurant les limites et en identifiant les objections auxquelles ils s'expose. Situé au carrefour d'un vaste réseau international, le Centre Bentham assure la rencontre de points de vue et de méthodologies multiples, dans des domaines aussi variés que l'éthique pratique, la théorie du droit, la philosophie du langage, l'histoire intellectuelle, l'économie ou les études anglaises. Les ateliers sont animés par Guillaume Tusseau

A compter de 2013, le Centre Bentham a engagé, en partenariat avec le Centre Les cultures de l'Europe Méditerranéenne Occidentale de l'Université Sorbonne Nouvelle et le Centre de Recherches sur l'Action Locale de l'Université Paris Nord, le programme de recherche CODEBENTHAM (ANR-11-IDEX-0005-02). A partir de l'oeuvre de Bentham, ce projet vise à comprendre l'émergence de la codification en tant que construction intellectuelle et culturelle, et à tracer les lignes de force de sa diffusion au-delà de la France et au-delà de la sphère juridique stricto sensu. L'objectif scientifique est triple : (1) Faire œuvre d'histoire intellectuelle en examinant la contribution de Bentham, qui invente le néologisme "codification" et théorise en français cette nouvelle forme de rationalité juridique, à la diffusion de ce paradigme normatif au cœur de l'Europe des Lumières ; (2) Faire progresser les études benthamiennes en transcrivant et en éditant, dans le cadre des Collected Works, les écrits français inédits que Bentham rédige dans les années 1770-1780 ; (3) Elucider la (post)modernité juridique en examinant, dans le sillage de Michel Foucault, comment le modèle du code s'est rendu disponible pour des contextes démultipliés, dans lesquels il offre une technologie de la gouvernance dont il faut comprendre les ressorts.

Voir le site du Centre Bentham

Cycle de conférences Droit et économie de l'environnement

Co-organisé avec la Cour de Cassation, l'objectif de ce cycle de conférences est double :

  • traiter de questions parfois négligées parce qu'elles sont au carrefour du droit de l'environnement, du droit de l'entreprise et du droit économique,
  • tenter d'en renouveler l'analyse par le regard croisé d'un juriste et d'un économiste.