Échange avec Roxane Galliot

Brillamment admise au concours de commissaire des armées
  • Roxane GalliotRoxane Galliot

Roxane Galliot, diplômée 2017 du master Droit Economique spécialité Contentieux Économique et Arbitrage (CEA), a brillamment réussi le concours de commissaire des armées.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Je suis entrée au collège universitaire à Paris en 2011, 3e année au Brésil à Sao Paulo entre 2013 et 2014, M1 en Droit Economique à la rentrée 2014, ensuite de l'été 2015 à l'été 2016 une année de césure composée de six mois chez Gide en contentieux pénal et commercial, puis de six mois dans l'armée de terre, via le Partenariat Grandes Ecoles (PGE) de l'Armée de Terre. Enfin, à la rentrée 2016, M2 en Droit Economique spécialité CEA et Prep'ENA, et surtout en parallèle depuis septembre 2016 un engagement comme officier dans la réserve opérationnelle de l'armée de terre.

Vous avez été admise au concours de commissaire des armées, comment vous est venue cette idée ?

De janvier à juillet 2016 j'ai été stagiaire du Partenariat Grandes Ecole de l'Armée de Terre, j'y ai été plus épanouie qu'au cours de mon stage en cabinet d'avocat, mais sans non plus être convaincue de vouloir m'engager en tant qu'officier dans les forces. En discutant avec mon supérieur pendant ce stage il m'a convaincu de poursuivre dans la réserve pour garder un pied dans l'armée en parallèle du M2, et surtout il m'a conseillé de me renseigner sur le concours de commissaire des armées. En faisant mes recherches j'ai découvert une profession dans laquelle on a les responsabilités d'un officier, mais avec un cœur de métier différent de celui d'un officier des forces. En effet, on est expert dans l'administration et le soutien des forces armées, avec des spécialisations possibles en audit ou dans le domaine juridique. C'était cohérent avec mon parcours, mon envie d'engagement, mes valeurs alors j'ai décidé de passer le concours sur épreuves en avril 2017 (car il existe plusieurs voies, dont le concours sur titre également), et de le préparer avec la Prep'ENA de Sciences Po, en parallèle de mon M2 toujours.

Comment vont se dérouler les prochaines années ?

Fin août a lieu la rentrée de l'ECA, l'Ecole des Commissaires, à Salon de Provence. Elle marque le début de deux ans de formation, composés à moitié d'apprentissage "administratif" pur à Salon de Provence, et à moitié de "spécialisation" dans l'armée choisie à l'entrée du concours. Dans mon cas par exemple, étant affectée à l'armée de l'air, je passerai la partie spécialisation de ces deux ans toujours à Salon de Provence car c'est là que se trouve l'Ecole de l'Air pour apprendre tout ce qui concerne la gestion dans l'armée de l'air, tandis que ceux qui sont affectés à la Marine ou l'Armée de Terre iront dans les écoles respectives de ces armées (Ecole Navale à Lanvéoc/Brest ou Saint Cyr à Coetquidan). A l'issue de ces deux ans nous sommes classés au sein de notre promotion, et selon le classement nous choisissons le lieu de notre première affection, une unité de l'armée dans laquelle nous sommes spécialistes. Dans mon cas il s'agira d'une base aérienne, dans laquelle je serai sûrement adjoint du commissaire gérant la base.

En quoi vont consister vos fonctions dans les années à venir ?

Un commissaire des armées est un officier administrateur, ses fonctions sont très diverses, selon l'armée dans laquelle il sert et selon le poste qu'il occupe. Il est le référent administratif de l'unité à laquelle il est affecté, cela peut aller de la restauration à l'audit, à la comptabilité, en passant par les achats publics ou le conseil juridique. En tant qu'officier il est au sommet de la chaîne hiérarchique dans l'administration de l'armée, cela implique d'avoir beaucoup de personnes sous son commandement dès le premier poste. Tous les commissaires que j'ai pu rencontrer​ m'ont fait part de la particularité de leurs carrières : il n'y pas deux parcours similaires ! Les possibilités de postes sont très nombreuses et diverses. Sachant, en outre, que chaque commissaire est au moins projeté une fois en opération extérieure dans sa carrière.

Tags :