Droit civil et droit administratif, dialogue(s) sur un modèle doctrinal

Une publication de Christophe Jamin et Fabrice Mellerey
  • Couverture de l'ouvrage ©DallozCouverture de l'ouvrage ©Dalloz

Vous ne comprenez pas les relations actuelles entre la Cour de cassation et le Conseil d’État ? Le nom de Gaston Jèze ne vous dit vraiment rien ? Du doyen Carbonnier, vous ne vous souvenez que d’une expression – flexible droit – mais sans savoir ce qu’elle signifie vraiment ? La querelle entre Chenot et Rivero n’évoque chez vous aucun souvenir ? Vous êtes publicistes et vous trouvez que les privatistes ne s’intéressent pas assez à l’intérêt général ? Vous êtes privatistes et pensez depuis longtemps que les publicistes ont décidément une vision trop étatique du droit ? Vous pratiquez le droit depuis longtemps et vous ne savez d’ailleurs pas exactement ce que vous faites si ce n’est de la technique à longueur de journée et cela vous lasse un peu ? Eh bien, ce livre est fait pour vous ! Ce livre, c’est un peu tout ce que vous avez voulu savoir sur le droit civil et le droit administratif et leurs rapports sans jamais oser le demander…

Issu d’une discussion entamée par les deux auteurs il y a un peu plus de deux ans lors d’un colloque où l’un et l’autre devaient s’exprimer sur leurs disciplines respectives, l’ouvrage est d’abord un peu particulier en ce qu’il prend la forme d’un échange épistolaire – 52 lettres au total sur un peu plus de deux cents pages de texte. Ni livre de droit positif, ni manuel d’histoire de la pensée juridique, ni plongée dans la théorie du droit, mais un peu tout cela à la fois, le volume dont vous ne manquerez pas d’entamer la lecture tente de comprendre, sur le siècle écoulé et les premières années de 21e siècle, comment les privatistes et les publicistes ont échafaudé leurs manières respectives de penser le droit et ont dialogué entre eux – ou pas ou mal. En essayant de raconter une histoire, voire des histoires telles que nous aurions peut-être aimé qu’on nous les raconte quand nous étions étudiants en droit, histoire de nous intéresser à la matière… Et à l’issue de votre plongée dans les écrits, les passions et les querelles des juristes sur plus d’un siècle, vous comprendrez peut-être un peu mieux ce que la plupart d’entre eux font au quotidien, de façon plus ou moins consciente. Car s’il est une chose que vous apprendrez aussi, du moins est-ce la thèse que défendent les auteurs, c’est que privatistes et publicistes ne sont pas si éloignés les uns des autres, qu’ils fonctionnent selon des schémas intellectuels assez proches qu’ils ont construits de manière parallèle, mais à peu près similaire, durant les premières années du 20e siècle. Ce que les auteurs nomment le modèle doctrinal français qui constitue un peu une matrice disciplinaire commune à tous. Une thèse qui justifie le sous-titre du livre… Et si en finissant l’ouvrage, vous vous disiez que nous avons fort bien été disciplinés, mais que vivons aussi pour la plupart dans l’illusion de la fatalité et qu’une autre histoire était possible, voire qu’elle pourrait l’être ? Voici du moins résumée l’une des ambitions des auteurs. Autant dire qu’il s’agit là de liaisons dangereuses…

Christophe Jamin, Doyen de l'École de droit de Sciences Po
Fabrice Mellerey, Professeur permanent à l'École de droit de Sciences Po
Droit civil et droit administratif, dialogue(s) sur un modèle doctrinal, DALLOZ (2018)

Tags :