Quand les "démons blancs" rentrent dans le dîn : la blanchité atypique des convertis à l'Islam aux Etats-Unis

Juliette Galonnier
Winch prize, best 2nd year Paper, Northwestern University
  • Juliette GalonnierJuliette Galonnier

Juliette Galonnier, doctorante à l'OSC et bénéficiaire du parcours de double diplôme Sciences Po / Northwestern University de Chicago, vient de remporter le prix du meilleur article des 2ème année décerné par le Département de sociologie de Northwestern. Ce prix est accompagné d'une dotation.

En concurrence avec 13 autres compétiteurs, elle enlève une première place méritée d'après les membres du jury, pour un long exposé de 70 pages qui fera sûrement l'objet, après transformation, d'un passionnant article scientifique.

Juliette Galonnier nous entraine dans un monde où les catégorisations ethno-raciales et religieuses s'entrecroisent et se confondent. L'article analyse les convertis blancs à l'Islam comme des figures anomaliques du processus de racialisation du religieux. Les convertis musulmans blancs viennent perturber les catégories du sens commun qui associent l'Islam à une certaine appartenance ethno-raciale et la blanchité à une certaine appartenance religieuse.

Par ailleurs, les convertis pénètrent dans un espace, la communauté musulmane, où contrairement à la société majoritaire, la blanchité n'est ni dominante ni normative. Pour toutes ces raisons, les convertis blancs à l'Islam peuvent être caractérisés comme des "blancs atypiques" qui jettent un éclairage nouveau sur les significations attachées à la peau blanche aux États-Unis.

Cet article mobilise ethnographie et entretiens biographiques, explore la façon dont les blancs perçus comme atypiques se positionnent vis-à-vis de leur propre blanchité. Il révèle que les convertis blancs sont sujets à diverses assignations raciales, avec des effets sémantiques ambivalents voire contradictoires. Il examine aussi les stratégies que les convertis mobilisent pour gérer leur blanchité et désamorcer les tensions ethno-raciales au sein de la communauté musulmane, un espace où leur présence ne vas pas de soi et fait parfois l'objet de contestations.

La diversité des répertoires interprétatifs et des registres de justification auxquels les convertis ont recours dressent un portrait de la blanchité aux Etats-Unis bien plus complexe que ce que la plupart des études laissent paraître.

Juliette Galonnier poursuit actuellement une thèse à Sciences Po, à l'OSC, et à Northwestern, sous la direction de Marco Oberti et de Carolyn Chen : Of Faith, Race and Anomalous Identities: White Converts to Islam in France and the United States.

Tags :