Toute l'actualité

"Sciences Po est un voyage fort en émotions"

Jasdeep Singh Hundal, étudiant en 1ère année
  • Jasdeep Singh Hundal, Inde, 2015 ©Sciences PoJasdeep Singh Hundal, Inde, 2015 ©Sciences Po

Ils viennent de France ou d’ailleurs. Ils sont fraîchement diplômés du bac ou de son équivalent à l’étranger. Ils souhaitent travailler dans la fonction publique, dans le marketing, dans le journalisme ou encore dans l’humanitaire. Ils ont choisi d’étudier à Sciences Po. C’est la rentrée et nous vous faisons découvrir nos “premières années”.  Cette semaine, place à Jasdeep Singh Hundal, 19 ans, venu du Singapour pour étudier sur le campus de Reims en double diplôme avec Berkeley (eng.).

Qu’est-ce qui vous a poussé à candidater au double bachelor de Sciences Po en partenariat avec la University of California - Berkeley qui va vous amener à passer deux années en France et deux années en Californie ?

Je ne parle pas francais” était la seule phrase que je connaissais en français lorsque j’ai rempli mon formulaire de candidature pour ce double diplôme ! C’était une première étape pour sortir de ma zone de confort. J’ai toujours aimé l’aventure, qu’il s’agisse de glisser sur le fil d’une tyrolienne ou de découvrir des villes inconnues. Me lancer dans un environnement qui ne m’est pas familier et ne pas en parler la langue, s'est avéré le meilleur choix pour moi ! Ce double diplôme est en quelque sorte une aventure : explorer deux mondes différents, interconnectés, mais néanmoins distincts avec chacun ses propres particularités. Pour être honnête, j’ai toujours été mal à l’aise avec la notion d’un “Occident” monolithique. Les voies différentes prises par les élections en France et aux États-Unis ont mis en avant deux identités distinctes. Je suis aussi impatient de déceler les points communs entre ces deux pays que de découvrir toutes les nuances qui les différencient. Et de quelle meilleure façon pourrais-je le faire qu'avec une bande de camarades de cours enthousiastes venant du monde entier ? Vivre et apprendre aux côtés de ces personnes avec autant de perspectives variées permettra d’éviter le danger de la pensée unique. La manière dont Sciences Po met l’accent sur la diversité des points de vue avec son programme interdisciplinaire et sa communauté fortement multiculturelle est parfait pour cela.

Quelles sont les perspectives qui vous enthousiasment le plus dans les prochains mois ?

Cela compte beaucoup pour moi d’avoir le plaisir de me lier avec une personne à travers sa langue maternelle. Je viens de la très multiculturelle Singapour, j'ai grandi dans la diversité, avec l'habitude de parler plusieurs langues. La “personnalité” de chaque langue est une jolie manière de transcender les barrières et de se connecter avec des personnes très différentes. Le remarquable programme de langues de Sciences Po va me permettre de me doter des atouts nécessaires pour maîtriser le français. Les Français sont un cas exemplaire de peuple fier de la richesse de son héritage et de sa culture. J'ai hâte d'étudier cette langue, y compris les "oufs", les "boufs" et les gestes et mimiques qui vont avec ! Je vais également m'engager dans des associations à Sciences Po qui s'occupent de faire apprendre le Français à des réfugiés, dont j'écouterai les histoires avec attention. Je suis enthousiasmé par la multitude de portes qui vont s'ouvrir à moi grâce à l'apprentissage de la langue.

Quel métier souhaiteriez-vous exercer plus tard ?

Dans le fond, l’esprit d’une nation repose sur les gens. Ce qui a beaucoup à voir avec mon désir d’effectuer une carrière dans la fonction publique singapourienne. Sciences Po va m’apprendre à avoir la sensibilité pour comprendre les contextes, à me méfier des généralisations, tout en appréciant les liens complexes et les différences entre pays. Au-delà de cela, l’opportunité de développer l’empathie et la curiosité pour les autres va me donner des ailes pour me mettre au service des gens de mon pays d’origine. Le coeur du service aux autres est lié à la capacité à construire des liens interpersonnels et à comprendre le lexique et le registre de langage des personnes au service desquelles vous vous mettez. Interagir avec diverses personnes grâce à Sciences Po va sans aucun doute nourrir cela. Je suis ravi d’atterrir à Sciences Po, un voyage fort en émotion comme aucun autre ! Et j’attends avec impatience le moment où je serai assez sûr de moi pour dire : “Je peux parler Français”.

En savoir plus sur Sciences Po

#FirstYears : les nouveaux étudiants de Sciences Po

À suivre : Malak Gadalla, étudiante à Menton

Abonnez-vous à notre newsletter

Collège Universitaire : ce qu'il faut savoir sur le bachelor

Le 1er cycle rénové fait sa rentrée
  • Étudiants sur le campus de Dijon ©Martin ArgyrogloÉtudiants sur le campus de Dijon ©Martin Argyroglo

Réaffirmer un engagement humaniste et scientifique : telle est l’ambition qui a conduit Sciences Po à remodeler son programme de 1er cycle. À Sciences Po, il permet d’obtenir le diplôme de bachelor de sciences humaines et sociales et repose sur trois piliers : exigence académique, ouverture internationale et engagement civique. Au moment où la nouvelle promotion fait son entrée en 1ère année, voici l’essentiel du programme qui attend les étudiants.

Le programme en 4 points

1.  Un parcours pluridisciplinaire d’excellence :

  • en première année, les disciplines fondamentales enseignées à Sciences Po ;
  • en deuxième année, un socle commun d’enseignement et le choix d’une majeure : “Économies et sociétés”, “Humanités politiques” ou “Politique et gouvernement”;
  • en troisième année, un séjour universitaire ou un semestre d’études complété par un semestre de stage, à l’étranger.

2. Un parcours centré sur l’apprentissage actif : une diversité de mises en situation pour l’acquisition de savoirs, savoir-faire et savoir-être

3. Un parcours d’ouverture internationale : des enseignements sur l’Europe et sur des aires géographiques spécifiques sur chacun des sept campus (à l’exception de Paris), un apprentissage des langues et un séjour d’études à l’étranger en troisième année ;

4. Un parcours civique :  un engagement de chaque élève dans une mission de service, au sein de Sciences Po ou hors les murs, dans les secteurs public, privé ou associatif, à l’échelle locale, nationale, européenne ou internationale.

L'agenda de la rentrée sur nos 7 campus

Voici le programme des rentrées solennelles prévues sur chacun de nos 7 campus :

  • Mardi 29 août : rentrée du campus de Reims
  • Mercredi 30 et jeudi 31 août : rentrée du campus de Paris
  • Jeudi 31 août : rentrée du campus du Havre qui fête ses 10 ans
  • Vendredi 1er septembre : rentrée du campus de Nancy
  • Vendredi 8 septembre : rentrée du campus de Menton
  • Lundi 11 septembre : rentrée du campus de Poitiers
  • Vendredi 29 septembre : rentrée du campus de Dijon

Un premier campus où "tout est possible"

Les lycéens ont passé une semaine à Reims
  • Premier groupe de lycéens "Premier Campus" à Reims (juillet 2017) ©Sciences PoPremier groupe de lycéens "Premier Campus" à Reims (juillet 2017) ©Sciences Po

"Une expérience de vie étudiante avant l'heure" : c'est ce qu'ont vécu les lycéens du nouveau programme Premier Campus, organisé du 6 au 13 juillet sur le campus de Reims. Une cinquante d'élèves de Seconde, issus de 14 lycées d'Île-de-France, ont inauguré ce dispositif d'un nouveau genre destiné à des lycéens boursiers de l'enseignement secondaire. Objectif : les aider à réussir dans l'enseignement supérieur, quelle que soit la voie choisie. Reportage sur cette semaine d'immersion pédagogique riche en découvertes.

Un programme original conçu par des enseignants du secondaire et du supérieur

Premier campus se donne pour objectif d’aider les lycéens participants à exprimer une pensée claire, réfléchie, intelligible par autrui. Pour cela, les lycéens ont suivi un programme original d'une semaine, construit par une équipe mixte d’enseignants du secondaire et du supérieur, avec :

  • Des cours sur des thématiques qui dépassent les frontières entre les disciplines traditionnelles : "Médias et opinion publique", "Les migrations", "Effacement et dépassement des territoires", etc.
  • Des ateliers sur des compétences transversales : comprendre, rechercher, parler, analyser, lire, écrire
  • Des sessions sur la recherche documentaire et des "exposés sur site"
  • Des découvertes culturelles et ludiques

Penser par soi-même

Comprendre la complexité du monde, penser par soi-même, accepter la contradiction : dans ce “Premier Campus”, les lycéens ont exploré, en anticipation, les compétences et attitudes que les étudiants apprennent tout au long du premier cycle à Sciences Po.

Ce premier groupe de lycéens va continuer son parcours Premier Campus jusqu'au Bac, avec : 

  • 3 autres sessions intensives  de 8 jours : début de Première (vacances d’hiver 2018), fin de Première (juillet 2018), début de Terminale (vacances d’hiver 2019)
  • du mentorat tout au long du parcours

Une nouvelle cohorte de lycéens rejoindra le dispositif à l’été 2018. En phase d’incubation jusqu’en 2022, ce “Premier Campus” a pour ambition de développer un “kit” que d’autres établissements du secondaire et du supérieur pourront utiliser dans l’avenir.

En savoir plus :

Sciences Po ouvre son "premier campus" pour lycéens

  • Un "Premier Campus" pour accompagner les lycéens vers la réussiteUn "Premier Campus" pour accompagner les lycéens vers la réussite

Pour la première fois, Sciences Po va accueillir des lycéens bien avant qu’ils ne passent le Bac : à partir du 5 juillet, des élèves de seconde vont passer une semaine en immersion sur notre campus de Reims. Objectif de ce programme destiné à des boursiers de l’enseignement secondaire : acquérir en anticipation les compétences nécessaires pour réussir dans l’enseignement supérieur.

Comment choisit-on sa voie dans le supérieur quand on est lycéen et boursier ? Comment acquérir les compétences nécessaires pour réussir comme étudiant ? C’est pour en savoir plus sur la mécanique de l’autocensure que Sciences Po ouvre, en partenariat avec l’Éducation nationale, un “Premier Campus” réservé aux lycéens boursiers de l’enseignement secondaire. 50 lycéens sont attendus pour une première immersion sur le campus de Reims du 6 au 13 juillet pour une expérience étudiante “anticipée”

Un “incubateur de réussite universitaire”

Objectif de cet “incubateur de réussite universitaire” : de Bac -3 à Bac +3, passer le pas de l’enseignement supérieur sans trébucher. Pour y parvenir, Premier campus va suivre ces lycéens jusqu’à l’entrée dans l’enseignement supérieur, en leur proposant :

  • quatre sessions intensives “Premier campus” de 8 jours : fin de Seconde (juillet 2017), début de Première (vacances d’hiver 2018), fin de Première (juillet 2018), début de Terminale (vacances d’hiver 2019)
  • du mentorat tout au long du parcours

L’ambition du programme est de leur donner les compétences pour s’ouvrir toutes les portes : esprit critique, autonomie, capacité d’adaptation, ouverture d’esprit, argumentation. Des compétences dont Sciences Po a fait le cœur de son projet éducatif. Et que les lycéens vont acquérir en anticipation.

Comprendre la mécanique de l’autocensure

En suivant ces élèves jusqu’à leur réussite en licence, Sciences Po va pouvoir mieux comprendre, sur le terrain, ce qui stimule l’ambition, et ce qui la freine. Le Laboratoire Interdisciplinaire d’Évaluation des Politiques Publiques (LIEPP) va procéder à une évaluation scientifique du programme. Avec une perspective : identifier les outils qui peuvent changer la donne et contribuer ainsi au débat et à l’action collective.

Une nouvelle cohorte de lycéens rejoindra le dispositif à l’été 2018. En phase d’incubation jusqu’en 2022, ce “Premier Campus” a pour ambition de développer un “kit” que d’autres établissements du secondaire et du supérieur pourront utiliser dans l’avenir.

En savoir plus

Le dossier de présentation du programme (PDF, 371 Ko)

"100 jours de Trump" avec Amy Greene

Campus de Reims cycle de conférences campus entreprises

Présentation de la conférence

En l'espace d'un peu plus de 100 jours, le président américain s'est démarqué par un mépris de l'expertise et des normes, de toute forme d'opposition, et un comportement jugé pour le moins impétueux.

Commençant par une série de décrets et de déclarations cherchant à détricoter l'héritage Obama et ses engagements sur le "home front " tout comme à l'étranger, Trump semble envoyer le message que pour lui, la réconciliation sociale n'est pas prioritaire et qu'America First se traduit par Amérique Seule.

Bien qu'un maigre 38% des Américains approuvent à ce jour de son jeune mandat, les forces de toutes les origines se mobilisent. Quels sont les grands débats au sein de la société américaine ? Comment les Américains voient-ils l'avenir de leur pays et sa place dans le monde ? Quels sont les rapports de force politique en jeu ? Et quelle suite à envisager pour les deux grands partis ?

Conférencière

Enseignante-chercheur à Sciences Po Paris, spécialiste de la vie politique américaine et la politique étrangère. Amy Greene est auteure de L'Amérique après Obama (éds. Autrement, 2012), elle a contribué à l'ouvrage collectif Les Etats-Unis dans le monde (éds. CNRS, 2016). Diplômée de l'université de Pennsylvanie, Sciences Po Paris et American University, elle a travaillé avec plusieurs responsables politiques et think tank américains, français et européens.

Informations pratiques

  • Date : Jeudi, 29 Juin, 2017 - 18:30 - 20:00
  • Lieu : Sciences Po Campus de Reims, Ancien collège des jésuites, 1 place Museux – 51100 Reims.
  • Tél. : +33 (0)3 26 05 94 60