Toute l'actualité

Système de santé et maladie rénale chronique : réflexions, débats et propositions

Actes du séminaire en ligne
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Synthèse du séminaire d'analyse organisé par la Chaire santé de Sciences Po, en collaboration avec les associations de patients Renaloo et France Rein, et avec la Société Francophone de Néphrologie, Dialyse, Transplantation (SFNDT).

Réunissant un vingtaine de participants, et placé sous la direction de Christian Baudelot, professeur émérite de sociologie, Ecole Normale Supérieure, membre de Renaloo et Christian Combe, professeur de néphrologie, président de la SFNDT, il a permis, après avoir dressé un état des lieux (partie I), de soummettre au débat onze points d'analyse et de propositions (partie II)

Avant-propos rédigé par Didier Tabuteau et synthèse des échanges réalisée par Constance Favereau, auditrice à la Cour des comptes, rapporteure du séminaire.

Télécharger ici l'ouvrage

Tags :

E-book "Démocratie sanitaire"

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Cet ouvrage est le fruit d'un cycle de séminaires organisé par l'Institut Droit et Santé de l'Université Paris-Descartes et la Chaire santé de Sciences Po, placé sous la direction de Julia Beurton, Anne Laude et Didier Tabuteau.

Accédez à l'e-book Démocratie sanitaire

Tags :

Une révolution dans la prise en charge à domicile ? Nouveaux services, nouveaux métiers, nouveaux domiciles

Séminaire d'analyse
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po
La Chaire santé de Sciences Po a organisé un nouveau séminaire les 25 juin et 6 juillet 2018 à Sciences Po.

Il a visé à explorer les transformations majeures que connaît la prise en charge en santé à domicile. Il a analysé notamment les effets de la révolution digitale que connaît notre système de soins et porté un regard sur les effets des changements du rapport des français à leur domicile dans leur manière d’accéder à la santé. Il a exploré plus particulièrement ces transformations dans le domaine de la prise en charge des maladies chroniques et métaboliques.
Les actes du séminaire en cours de rédaction.

Résultats du baromètre 360 sur les médecines alternatives et complémentaires

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Homéopathie & médecines alternatives et complémentaires : les patients et les médecins sont à front renvers

Les principaux enseignements du sondage présentés le 31 janvier 2019

I) Perceptions des médecines alternatives et complémentaires (MAC) et de l’homéopathie : patients et médecins sont à front renversé, les premiers y croient et les utilisent, les seconds… pas du tout (surtout sur l’homéopathie)

• Les Français sont convaincus des bienfaits des MAC (à 68%, vs 56% des médecins) et de l’homéopathie (72% vs 33% des médecins). Plus d’un Français sur deux a recours à l’homéopathie et un sur trois aux autres médecines alternatives. En cas de déremboursement de l’homéopathie, 6 Français sur 10 continueraient à en prendre, 1 sur 5 ne prendrait plus aucun médicament et seul 1 sur 6 la remplacerait pas un médicament conventionnel.

• Les médecins sous-estiment totalement cet usage de l’homéopathie : ils estiment en moyenne qu’1/4 de leurs patients y a recours, alors qu’ils sont deux fois plus nombreux. Seul 1 soignant sur trois (et 1 médecin sur 4) a déjà recommandé de l’homéopathie à un patient … et encore, une fois sur deux (51%) les médecins recommandent de l’homéopathie à leurs patients sans vraiment croire à son efficacité.

II) Pourquoi le rapport aux « MAC » et surtout à l’homéopathie est-il si différent chez les patients et leurs médecins et soignants ?

• Méconnaissance ? Français et soignants sont convaincus que la formation des professionnels de santé est trop axée sur les médicaments conventionnels, et deux-tiers des professionnels de santé (65%) disent n’avoir jamais suivi de formation(s) sur l’homéopathie et les MAC. Une méconnaissance également du côté des Français qui sont 56% à ne pas savoir précisément comment est « fabriquée » l’homéopathie.

• Des « MAC » jugées plus naturelles (90%) et moins nocives pour l’organisme (88%) par les Français.

• Si les Français et soignants s’accordent pour juger que l’homéopathie est naturelle et facile à se procurer … en revanche, les Français la jugent « utile » et ne la voient pas comme un simple effet placebo alors que les soignants sont persuadés du contraire (surtout les médecins).

• Nos concitoyens sont tout de même 3 sur 10 à avoir déjà refusé un traitement prescrit par leur médecin au profit d’homéopathie ou « MAC » … là encore, les pros de santé sous-estiment largement la part de leurs patients capables de le faire (rapport de 1 à 3).

• Duel d’image entre allopathie et homéopathie : les Français jugent l’allopathie plus rassurante (63%), plus scientifique (86%) et surtout plus efficace pour soigner les maladies graves (90%)… mais une large majorité pense que l’homéopathie l’est davantage pour soigner les maladies bénignes (63%) et qu’elle est en même temps moins nocive sur la santé à long terme (81%). Les médecins – eux – sont systématiquement convaincus des bénéfices de l’allopathie sur l’homéopathie.

III) Quid d’internet et des réseaux sociaux ? Internet, et le développement du numérique sont-ils des véhicules utiles ou, au contraire, des vecteurs de propagation de comportements néfastes ?

• Français (60%), soignants (70%) et médecins (69%) sont persuadés du rôle néfaste que jouent Internet/les réseaux sociaux sur la santé en véhiculant de fausses informations. Nos concitoyens sont aussi 1 sur 2 à le penser concernant plus spécifiquement l’homéopathie et MAC. Mais ils voient aussi du positif : 67% estiment qu’il est facile de trouver sur Internet des renseignements fiables sur les médecines alternatives et complémentaires.

• Consulter Internet est fréquent pour recueillir des avis/conseils pour soigner une affection, près d’un Français sur deux le fait déjà. Nombreux sont aussi les Français (37%) qui consultent Internet spécifiquement pour rechercher des solutions homéopathiques ou « MAC » à leurs problèmes de santé.

•Tous les acteurs – Français (70%), professionnels de santé (83%) et médecins (86%) – auraient une totale confiance dans les informations que pourrait communiquer un site internet officiel labelisé par l’Etat en matière de santé, et tous souhaiteraient que de tels sites officiels puissent « noter » ce qui est reconnu scientifiquement et ce qui ne l’est pas : 77% des Français et 83% des médecins y seraient favorables.

Consultez le sondage en détail ici (PDF 1,33 Mo)

Tags :

Réécouter l'intervention de Didier Tabuteau, invité sur France Culture

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Didier Tabuteau est intervenu dans le cadre de l'émission La Grande Table de France Culture, le 23 février dernier, sur le thême "Urgences dans la santé". 

Cliquer pour réécouter l'émission 

Tags :