Événements 2017

Les "régulateurs" de la santé

Conférence du 23 novembre 2017 - Cycle 2017 des Tribunes de la santé

Cycle 2017 des Tribunes de la santé

Conférence à venir du cycle 2017 des Tribunes de la Santé, Les "régulateurs" de la santé :

23 novembre : La santé devant l’Autorité de la concurrence

Isabelle de SILVA, Présidente de l’Autorité de la concurrence 

Consultez le programme détaillé ici (PDF, 156,87 Ko)

 Dépénalisation de l'usage des drogues: enjeux et défis

Table ronde du jeudi 5 octobre 2017

Le LIEPP, le CSO, la Chaire Santé de Sciences Po, le CNAM et la Global Commission on Drug Policy ont le plaisir de vous inviter à la table ronde :

Amphithéâtre Caquot, 28 rue des Saints Pères - 75007 Paris

Cette conférence vise à susciter le débat autour de la question de la dépénalisation de l'usage des drogues, notamment dans le cadre du projet de loi sur la contraventionnalisation de l'usage du cannabis annoncé par le gouvernement français. Quels sont les effets attendus d'un tel projet? Ce projet présente-t-il des risques? Que nous disent les expériences d'autres pays sur ces questions?

Intervenants:

Ruth Dreifuss, ancienne Présidente de la Confédération suisse et conseillère fédérale en charge de la santé publique et des assurances sociales 

Michel Kazatchkine, professeur en médecine, ancien directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

 La conférence sera introduite par Monsieur Frédéric Mion, directeur de Sciences Po.

Modérateurs:

Henri Bergeron, chercheur rattaché au CSO et affilié au LIEPP, co-directeur du «do­maine santé » aux Pres­ses de Scien­ces Po et co­ordinateur scien­ti­fique de la Chaire Santé de Sci­en­ces Po  

Didier Jayle, médecin, professeur d’addictologie au CNAM, ancien président de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie

Slides de la présentation (PDF, 639 Ko)

Baromètre santé 360 - huitième vague 

Petit-déjeuner/débat du 03 juillet 2017

La hutième vague du Baromètre Santé 360 réalisée en juillet 2017 a porté sur le thème Grand âge, dépendance et accompagnement du vieillissement, réalisé par Odoxa pour Orange Healthcare, la MNH, la FHF et Ramsay-Générale de Santé, publié en partenariat avec France Inter et le Figaro Santé et avec le concours scientifique de la Chaire santé de Sciences Po.

Voici une synthèse des résultats :

Chapitre 1 – Panorama général des perceptions des Français sur l’accompagnement du vieillissement et la dépendance : un sujet de préoccupation majeur pour les Français
1) C’est un sujet de préoccupation majeur : près de 9 Français sur 10 jugent ce sujet important et les trois-quarts (73%) des plus de 65 ans se sentent concernés. Or, les deux-tiers des Français (68%) jugent insatisfaisante la prise en charge actuelle et (65%) se disent inquiets de leur capacité à accéder aux services/aides dont ils pourraient avoir besoin en vieillissant.
2) Car, comme les directeurs d’EHPAD le savent très bien, les Français, s’ils ont une bonne image des personnels, ont une mauvaise image de ces établissements d’accueil pour les personnes âgés, étant convaincus (84%) qu’ils manquent cruellement de moyens
3) Les inquiétudes des Français concernant leur vieillissement portent essentiellement sur la santé, et plus particulièrement sur les troubles cognitifs (Alzheimer, sénilité précoce…). S’ils inquiètent tant les Français, c’est qu’ils sont persuadés que ce sont les troubles pour lesquels il existe le moins de solutions de prise en charge

Chapitre 2 – Situation vécue par les Français en matière de vieillissement et dépendance, problèmes rencontrés et craintes pour l’avenir ; cas particulier des Aidants Familiaux
1) Plus d’un Français sur deux (52% contre 48%) est inquiet concernant la façon dont il gérera son propre vieillissement. Et c’est la perte d’autonomie qui les inquiète le plus. Or, 8 Français sur 10 méconnaissent les dispositifs de prise en charge de la perte d’autonomie et les trois-quarts les jugent complexes, peu efficaces, pas adaptés à leurs besoins et peu accessibles. Pour faire face à ces problèmes, 6 Français sur 10 ont déjà prévu des « parades ».
2) Confrontés à leur perte d’autonomie, les Français préféreraient rester chez eux en adaptant leur domicile plutôt que d’intégrer un établissement spécialisé. Mais, s’ils étaient atteints de troubles cognitifs, en revanche, les Français pensent qu’il leur faudrait intégrer un établissement spécialisé.
3) Le cas particulier des « aidants-familiaux » : ils représentent près de 8 millions et demi de Français, dans l’ignorance totale des professionnels de santé qui sous-estiment leur nombre. plus de 8 aidants sur 10 ne bénéficient d’aucune aide et 1 sur 2 d’aucune solution de recours … Résultat, 7 aidants sur 10 ne s’estiment pas aidés par les pouvoirs publics.

Chapitre 3 : Les attentes concernant la prise en charge du vieillissement et de la dépendance sont nombreuses, que ce soit à l’égard de l’Etat ou concernant les avancées liées aux nouvelles technologies.
1) Français comme professionnels de santé sont persuadés que la santé connectée constitue une formidable opportunité pour la santé des personnes âgées. Les outils connectés sont déjà largement utilisés (par 61% des plus de 60 ans) même si tout le monde convient que leur usage est insuffisamment exploité par les professionnels de santé et les pouvoirs publics. D’ailleurs les Français comme les professionnels de santé sont plus de 8 sur 10 à plébisciter un financement spécifique de l’Etat pour les technologies d’aide au maintien à domicile.
2) Au-delà de l’amélioration et du développement des nouveaux outils (NT), les Français en appellent surtout à un effort de l’Etat : 9 Français sur 10 jugent que les politiques publiques ne sont pas adaptées, laissant un trop important « reste à charge aux familles ». Du coup, les deux-tiers des Français seraient favorables à la création d’un « 5ème risque » dédié au financement public de la prise en charge du vieillissement.

Pour consulter la présentation intégrale des résultats, cliquez ici

 Assurances maladie complémentaires : la grande transformation

Journée d'étude du 9 février 2017 

La place des assurances maladie complémentaires et son évolution récente sont au cœur des débats actuels sur les enjeux du financement de la santé en France.

Pour en débattre, Le Centre d’Economie de l’Université Paris Nord (Paris 13), l’Institut Droit et Santé Inserm UMRS 1145 de l’Université Paris Descartes et la Chaire santé de Sciences Po organisent le jeudi 9 février prochain de 9h00 à 17h00 une journée d'étude intitulée « Assurances maladie complémentaires : la grande transformation ». La journée d'étude aura lieu dans les locaux de l'Université Paris Descartes au 12, rue de l'Ecole de Médecine, Grand Amphithéâtre, Paris 6ème.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Voir le programme détaillé ici (PDF, 613 ko)

La prévention au moment de la mise en oeuvre de la loi Touraine : bilan et perspectives

Colloque du 01 février 2017 

La loi de modernisation a placé la prévention est au coeur de notre système de santé : Quelles innovations dans ce domaine ? Comment poursuivre le développement de la prévention ? Quels sont les freins rencontrés ?

Pour en débattre, l'Institut Droit et Santé de Paris Descartes (INSERM UMRS 1145) et la Chaire santé de Sciences Po organisent un colloque le mercredi 1er février 2017 de 8h30 à 18h30 dans les locaux de l'Université Paris Descartes, 12 rue de l'Ecole de Médecine, Grand Amphithéâtre, Paris 6 ème.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Consultez le programme (1,2 Mo)

La loi du 26 janvier 2016 et les droits des malades

Colloque du 26 janvier 2017 

La loi de la modernisation de notre système de santé a consacré un volet important aux évolutions des droits des malades. Un an après, quels regards peut-on poser sur les principales dispositions correspondantes et leur mise en oeuvre ?

L'Institut Droit et Santé de Paris Descartes (INSERM UMRS 1145), l'Institut pour la démocratie en santé (IPDS) et la Chaire santé de Sciences Po organisent un colloque le jeudi 26 janvier 2017 de 9h00 à 13h00 dans les locaux de l'Université Paris Descartes, 15 rue de l'Ecole de Médecine, amphithéâtre Frézal, Paris 6 ème.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Voir programme détaillé ici