Maladies rénales et inégalités sociales d’accès à la greffe en France

Publication d'un article dans Population
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

La lutte contre les inégalités sociales de santé est un enjeu majeur de santé publique. Certaines de ces inégalités sont à ce jour peu documentées et donc peu présentes dans les débats.

C’est le cas des maladies rénales et de l’accès à leurs traitements (dialyse et greffe de rein). Pour les patients qui peuvent en bénéficier, la greffe est le meilleur traitement de l’insuffisance rénale terminale, améliorant sensiblement l’espérance de vie et la qualité de vie par rapport à la dialyse. Mais l’accès à la greffe est contraint par des freins à l’inscription sur la liste nationale d’attente ainsi que par la pénurie d’organes.

Pour la première fois en France, des disparités sociales dans l’accès à la dialyse et à la greffe sont mises en évidence et publiées dans Population, la revue de l’Institut National des Etudes Démographiques (INED).

Les données, issues des enquêtes des Etats Généraux du Rein et QuaViRein montrent que quels que soient la tranche d’âge et le sexe, les personnes dialysées sont moins diplômées que les personnes greffées.

L’article rend compte de l’accès socialement différencié à ces deux traitements et en examine les mécanismes.
À chaque étape de la maladie, une dynamique cumulative conduit les patients les moins diplômés à être en situation de désavantage pour bénéficier d’une greffe de rein.

Les travaux ont été menés par Christian Baudelot, sociologue (ENS, Centre Maurice Halbwachs, Paris) et vice-président de Renaloo, Yvanie Caillé, présidente de Renaloo, Olivier Godechot, directeur de recherches (Sciences Po, MaxPo et OSC-CNRS), Sylvie Mercier, Renaloo.

La publication de ces résultats a fait l’objet d’une conférence de presse le mercredi 8 juin 2016, en collaboration avec la Chaire Santé de Science Po et l’INED.

Consultez l'article : Maladies rénales et inégalités sociales d’accès à la greffe en France
Revue Population-F, 71 (1), 2016, 023-052

Pour en savoir plus :

Site de l'association de patients Renaloo
Site de l'INED