Monique J. Beerli
moniquejo.beerli@sciencespo.fr

Monique J. Beerli est docteure associée au Centre d’études internationales (CERI). De février 2018 à juillet 2019, elle bénéficie d'une bourse postdoctorale du Fonds national suisse, afin de poursuivre ses travaux comme chercheuse associée à l’Université de Californie à Berkeley et à la New School of Social Research.

Elle a soutenu une thèse en science politique, mention relations internationales, sous la co-direction de Didier Bigo et Marco Giugni (Université de Genève), intitulée « Sauver les sauveurs : une sociologie politique de l’international de la professionnalisation de la sécurité humanitaire ». Sa thèse examine les conditions de possibilités à l’émergence d’un microcosme de professionnels de la sécurité humanitaire, et la division du travail humanitaire qui en découle. Ce travail insiste sur l'idée que les organisations humanitaires considèrent désormais que certaines des populations mondiales les plus nécessiteuses se trouvent au-delà des limites raisonnables du sacrifice.

Ses recherches visent à comprendre des dynamiques du pouvoir dans le domaine de l’action humanitaire et, plus largement, de l’aide internationale, afin d’analyser les configurations et les transformations des relations Nord-Sud.

En savoir plus
Télécharger les cv
Recherches en cours

De février 2018 au juillet 2019, Monique J. Beerli démarre un nouveau projet de recherche postdoctorale intitulé « Gouverner les gouverneurs mondiaux : pratiques administratives et luttes de pouvoir au sein des bureaucraties de l’aide internationale ». À travers une étude de cas du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ce projet examine les luttes de pouvoir intra-organisationnelles entre les professionnels du siège et les professionnels « sur le terrain » pour définir les priorités organisationnelles et le comportement (in)approprié du personnel. C’est en proposant une double analyse de la « haute politique » de l’élaboration des politiques et de la « basse politique » de la mise-en-œuvre que ce projet avance une approche novatrice pour comprendre l’inefficacité bureaucratique. Axé sur une analyse des processus de professionnalisation du staff et de centralisation organisationnelle, ce projet vise à retracer l’évolution des relations entre gestionnaire-travailleur et praticien-client. Elle s’appuie sur un travail d’archives et également sur des terrains ethnographiques (Kenya, Ethiopie).

Portrait de moniquejo.beerli
Publications principales

Beerli, Monique J. Forthcoming. “ Saving the Saviors: Security Practices and Professional Struggles in the Humanitarian Space.” International Political Sociology.

Beerli, Monique J. 2017. Legitimating Organizational Change through the Power of Quantification: Intra-Organizational Struggles and Data Deviations.” International Peacekeeping 24 (5): 780-802.

Beerli, Monique J., Christopher Leite, and Isabel De Siqueira. 2017. “ Powered and Disempowered by Numbers: Data Issues in Global Governance.” Global Governance: A Review of Multilateralism and International Organizations 23 (1): 27-30.

Beerli, Monique J. 2017. The Power to Count and the Stakes of Counting: An Inquiry into the Quantified Production of Humanitarian Security.” Global Governance: A Review of Multilateralism and International Organizations 23 (1): 57-70.

Beerli, Monique J., et Fabrice Weissman. “ Suivez le guide! Les manuels de sécurité et la mise en ordre autoritaire des organisations humanitaires.” In Secourir sans périr: La sécurité humanitaire à l'ère de la gestion des risques , co-dirigé par Michaël Neuman et Fabrice Weissman, 137-154. Paris: CNRS Editions. (Chapitre aussi disponible en anglais)

Beerli, Monique J. 2013. Solidarity Intervention: An Ethnography of Nonviolent Transnational Contention in the West Bank. Geneva: IHEID.

En savoir plus
    Lien vers Spire