Irina Muetzelburg est chercheuse en science politique, associée à Sciences Po Paris (CERI) et au Centre Marc Bloch à Berlin. Ses domaines de recherches comprennent la sociologie des relations internationales, les transferts et circulations de normes et de politiques et les interdépendances entre acteurs nonétatiques et acteurs internationaux. Elle s’intéresse par ailleurs à la sociologie de l’Etat post-communiste (mise en oeuvre de politiques publiques, recours à l’informel) et à l’apprentissage des langues étrangères en Europe de l’Est. En outre, elle travaille sur les politiques relatives à l’asile et aux migrations en Ukraine et en Europe ainsi que sur l’externalisation du contrôle migratoire vers les voisins de l’UE. Actuellement elle est collaboratrice scientifique à l’Université de la Viadrina à Frankfurt / Oder en Allemagne, où elle enseigne dans le master d’études européennes.

Recherches en cours

Apprendre et enseigner des langues étrangères en Ukraine

Publications principales

« L’« empowerment » par des financements internationaux ? Comment les donateurs créent un secteur non-étatique en Ukraine », Gouvernance, Les financements communautaires aux marges de l’Europe-Sociologie des usages, 2019.

« The Role of EU and International Organizations’ Strategies and Interdependencies in the Transfer of International Norms: The Case of Ukrainian Asylum Law », in Laure DELCOUR et Elsa TULMETS (dir.), Policy Transfer and Norm Circulation: Towards an Interdisciplinary and Comparative Approach, Routledge, 2019.

Avec Christina REIMANN et Gesine WALLEM, « Pratiques de la frontière : Contrôle et mobilité en interaction de 1870 à nos jours. Introduction », Trajectoires. Travaux des jeunes chercheurs du CIERA, Hors série n° 3, 2017.

« Monitoring an asylum system in the EU neighbourhood: the reliance of the European Union on the knowledge production of UNHCR », in Beyza TEKIN et Didem DANIŞ (dir.), Visions croisées autour des frontières européennes : mobilité, sécurité et frontières, Istanbul, Editions de l’Université Galatasaray, 2017, p.45-59.