Séminaire des doctorants (DocSem)

Objectifs 

Le DocSem offre un espace de discussion et de travail collectif entre doctorants du CERI. Il est aussi un lieu de rencontre amical et régulier entre non seulement les doctorants rattachés au laboratoire, débutants ou plus avancés, mais aussi les doctorants internationaux invités. Organisé par et pour les doctorants, il est complémentaire du séminaire de laboratoie (le LabSem) qui permet principalement de connaître les thématiques de recherche des membres permanents du CERI.

Public

Ce séminaire s’adresse avant tout aux doctorants et post-doctorants du CERI, du moins en ce qui concerne les premières sessions de l’année. Toutefois, le DocSem n’exclut personne qui manifesterait le souhait d’y participer, car nous essayons d’être aussi inclusifs que possible.

Durée, fréquence et lieu

Le DocSem se réunit deux fois par mois, en milieu de semaine, entre 14h et 15h, en salle du Conseil (4e étage, 56 rue Jacob).

Format

Le DocSem suit divers formats en fonction des besoins exprimés et des intérêts partagés. Il ne se concentre donc pas sur la méthodologie, le travail de terrain ou les aspects théoriques de la recherche. Chaque session a lieu autour d’une thématique spécifique qui aura été annoncée et préparée en avance. Les thèmes abordés sont généralement précis et circonscrits et s’articulent autour d’activités pratiques. Chaque séance comprend une ou plusieurs présentations (maximum trois) et une discussion de groupe d’au moins trente minutes. Chaque exposé dure entre 5 et 15 minutes. La langue de travail choisie est l’anglais, afin de permettre à un maximum de personnes de suivre les débats. Toutefois, certaines séances peuvent se faire en français si cela s’avère plus pertinent.

Contenu

Les sessions doivent répondre aux besoin des doctorants. Ainsi, chaque DocSem est défini à l’avance et il répond aux demandes collectives. Les sessions ont un objectif pratique et nous permettent de progresser dans nos recherches à travers des discussions de groupe.

Coordinatrices : Jeanne Bouyat et Sarah Tanke