Bayram Balci

L’Azerbaïdjan post-soviétique est le théâtre d’un renouveau de l’islam dans l’espace public, conséquence directe de la sortie de l’empire et de l’accession à l’indépendance qui s’est traduite par une réhabilitation du religieux, voire par l’intégration de l’islam à la nouvelle politique identitaire nationale. L’Azerbaïdjan se singularise dans toute l’ex-URSS par le fait qu’il est le pays musulman le plus laïcisé à cause d’une entrée précoce dans le giron de la Russie et parce qu’il fut longtemps le terrain d’affrontements idéologiques entre les Empires perses chiites et l’Empire ottoman sunnite. La convergence de facteurs internes – un islam préservé en dépit d’une politique soviétique antireligieuse – et externes – l’influence des pays voisins, Turquie, Iran et monde arabe – a présidé à la recomposition de l’islam azerbaïdjanais après la chute du communisme. Soucieux de préserver une laïcité qui fait la fierté de ses élites et de veiller à ce que le renouveau religieux ne crée pas de tensions entre les deux composantes (chiite et sunnite) de sa population, l’Etat a mis en place, avec difficulté et parfois une certaine maladresse, une politique religieuse loin d’être acceptée par tous. Toutefois, même contestées dans leur gestion de l’islam, les autorités azerbaïdjanaises contrôlent le phénomène religieux par une politique qui oscille entre tolérance et répression.

Zuzanna Olszewska

Si l’émigration afghane est le fruit de la conjoncture sociopolitique – sècheresses, changements de régime, guerres – et de la structure économique – pastoralisme, cycles saisonniers des activités productives –, elle s’inscrit dans un continuum historique de mouvements récurrents de populations à l’échelle de la région. De nombreux Afghans, notamment mais non exclusivement hazara, ont fait souche en Iran depuis la fin du XIXe siècle. Leur présence dans ce pays s’est intensifiée dans les années 1970, à la suite du boom pétrolier iranien et de la sècheresse en Afghanistan, puis des bouleversements politiques que ce pays a connus depuis 1978. La politique de la République islamique à l’égard des Afghans a été à la fois changeante et incohérente ; elle s’est désormais donné pour but leur rapatriement, dans un climat de xénophobie à la fois officielle et populaire. Pourtant, la présence afghane sur le sol iranien semble irréversible : elle satisfait des besoins économiques, exprime l’intensité des échanges commerciaux entre les deux pays, constitue une réalité sociale transfrontalière complexe. Enfin, elle nourrit un débat public et juridique sur la définition de la citoyenneté et paraît inhérente à l’idée nationale iranienne elle-même..

Rémi Castets

Peuplé majoritairement d’Ouïghours, le Xinjiang (Turkestan oriental) constitue après l’Ouzbékistan le second foyer de peuplement turcophone musulman en Asie centrale. Tardivement intégré à l’Empire chinois, il a connu un passé tumultueux émaillé d’ingérences extérieures et d’insurrections séparatistes. via un contrôle étroit du système politique régional et un processus de colonisation démographique massif, le régime communiste a progressivement intégré ce territoire stratégique – riche en hydrocarbures – au reste du pays. Pourtant, depuis vingt ans, les troubles se sont multipliés de façon préoccupante. Moins connu en Occident que le problème tibétain, le problème ouïghour n’en constitue pas moins aux yeux de Pékin une question bien plus aiguë. Après un long black out médiatique sur la question jusqu’en septembre 2001, le gouvernement chinois a finalement publié une série de documents dépeignant l’opposition ouïghoure comme une force terroriste exogène liée aux réseaux jihadistes transnationaux. Une telle rhétorique, qui présente les troubles actuels comme le fait de déstabilisations extérieures, cache cependant un profond mal-être sociopolitique et une opposition qui, dans la réalité, s’exprime selon des formes bien différentes des clichés imposés.

Anastassios Anastassiadis

Cet article aborde la question sensible des relations entre Etat et Eglise en Grèce. Nombre d'études récentes ont suggéré que le discours de l'Eglise orthodoxe grecque était incompatible avec les conceptions modernes de la démocratie libérale. Le nationalisme et le populisme ont été les deux concepts utilisés pour rendre compte de cette hypothèse et l'analyse du discours officiel de l'Eglise, le principal outil méthodologique employé. La crise de la mention de l'appartenance confessionnelle sur les cartes d'identité grecques durant les années 1990 a fondé des études de cas censées témoigner de l'attitude de l'Eglise. En entreprenant une analyse globale de cette "crise", cet article vise à démontrer que les approches mentionnées offrent des perspectives très limitées de compréhension du phénomène et des enjeux, pour deux raisons. Elles témoignent de peu d'intérêt pour l'analyse sociologique et tout particulièrement pour le fonctionnement interne de l'Eglise. De surcroît, les discours sont certes une manifestation des stratégies des acteurs, mais doivent néanmoins être pris pour une donnée brute nécessitant un décryptage. Or, ces analystes semblent ignorer l’un des apports fondamentaux de la sémantique: les discours sont produits dans un certain contexte socio-historique en fonction de schémas préfabriqués. Ce mode de production dual autorise aussi bien l'innovation que la continuité. Ainsi, le discours conservateur de l'Eglise peut-il être rapproché des efforts manifestés par certains acteurs internes pour la rénover. Tout en réfutant la thèse du "choc des civilisations", cet article suggère enfin que l'intérêt renouvelé qu'elle suscite pour la religion en général et l'orthodoxie en particulier devrait être mis à profit pour que soient menées plus d'études socio-historiques de l'Eglise grecque