180516 - Quelle représentation des minorités visibles dans le champ politique ? Le cas de la Seine-Saint-Denis

Date: 
Me, 2018-05-16 12:30 - 14:30

 

Séminaire conjoint Migrations et Multiculturalisme "Quelle représentation des minorités visibles dans le champ politique ?Le cas de la Seine-Saint-Denis"
organisé par Sciences Po, CEE, Université de Lille, CERAPS et le projet EODIPA.Cette séance fait partie d’un cycle consacré cette année aux expériences du racisme,aux mobilisations et à la lutte contre les discriminations

Mercredi 16 mai 2018, 12h30-14h30, Sciences Po, Salle Annick Percheron, 98, rue de l'Université, 75007 Paris

La séance présentera les premiers éléments d’une recherche en cours menée par Marie-Hélène Bacqué
et Anne D’Orazio sur la représentation des minorités visibles dans le champ politique électoral en
Seine-Saint-Denis à partir d’une approche quantitative analysant son évolution de 2001 à 2014 et de quelques éléments qualitatifs. 

La présence d’élu.e.s des minorités visibles au niveau municipal fait l’objet de recherches depuis les années 1990 en Europe. Les quelques études sur le cas français comme l’ouvrage de Romain Garbaye soulignaient les obstacles institutionnels à l’entrée de membres de minorités dans les instances élues (structure des partis, mode électoral, etc.) en France par rapport à d’autres pays. Les premier.e.s élu.e.s peu nombreux.ses ont souvent mal vécus le « tokenism » et quitté la politique (cf. la thèse de Laure Michon). Comment la situation a-t-elle évolué depuis ? Les premiers éléments de l’enquête sur les quinze dernières années suggèrent une plus grande place des élu.e.s de minorités visibles dans un département connu pour ses quartiers populaires, la Seine-Saint-Denis. Il s’agira de discuter des ressorts et des enjeux de cette représentation politique.

Intervenantes

Marie-Hélène Bacqué est professeure en études urbaines à l’Université Paris Nanterre (UMR 7218 – LAVUE, laboratoire Mosaïques). Elle travaille sur les transformations des quartiers populaires et la démocratie urbaine en France et aux États-Unis. Elle a, dans ce cadre, co-rédigé un rapport sur la participation dans les quartiers populaires remis au ministre de la Ville, en juillet 2013.

Anne D’Orazio, maître assistant à l’École d’architecture de la Villette, travaille sur les mobilisations autour des questions d’habitat.

Discutant 

Samir Hadj-Belgacem est post-doctorant à l'Université Paris Nanterre. Il a publié en 2018 au PUF Comment les banlieues rouges passent-elles à droite ? Le Blanc Mesnil, un cas d’école. Sa thèse de sociologie qui s’interrogeait sur la question de la représentation des quartiers populaires au sein des municipalités a reçu le prix Le Monde de la recherche en 2016. Il fait partie de l’équipe du projet EODIPAR.

 

Contact : mm.cee@sciencespo.fr

Inscription obligatoire sur ce lien - Pour les personnes externes à Sciences Po : Merci de veiller à vous présenter à l'accueil 10 minutes avant le début de la séance et de vous munir de vos papiers d'identité

Pour en savoir plus le séminaire

Télécharger l'invitation au format PDF, 43 Ko)