« L’Histoire commence en Mésopotamie » du 2 nov. 2016 au 23 janv. 2017 – Louvre-Lens

L’Atelier de cartographie de Sciences Po a réalisé, pour l’introduction de l’exposition qui ouvre le 2 novembre prochain au Louvre-Lens, une grande carte de repérage (3,30 x 3,30 mètres) qui recense les plus de 100 sites archéologiques dont proviennent les pièces présentées, dans leur contexte géographique. Cette carte figure également dans le catalogue de l’exposition.

Qu’il s’agisse de Nabucco dans l’opéra de Verdi, de Gilgamesh dans les jeux vidéo Final Fantasy, de Pazuzu dans le film L’Exorciste ou encore de Babylone chantée par Boney M, les références à la Mésopotamie sont nombreuses dans la culture contemporaine. Pourtant la civilisation mésopotamienne reste l’une des plus méconnues.

Située pour l’essentiel en Irak actuel, la Mésopotamie est considérée comme le berceau de l’économie moderne et de l’écriture avec laquelle commence l’Histoire. C’est aussi le pays des premières villes et des systèmes politiques et administratifs les plus anciennement connus. Si notre cadre de vie et nos croyances sont aujourd’hui bien différents de ceux de la Mésopotamie antique, ils n’en sont pas moins les héritiers de ces « inventions » fondamentales.

dp-expo-mesopotamie-louvre-lens-1

C’est ce monde à la fois proche et lointain que fait découvrir le Louvre-Lens, à travers plus de 400 objets, dont de nombreux chefs-d’oeuvre et des pièces n’ayant encore jamais été montrées. Le parcours thématique couvre plus de 3000 ans de l’histoire mésopotamienne, de la fin du 4e millénaire jusqu’au 4e siècle avant notre ère. L’exposition rappelle l’importance de ce patrimoine mondial, connu partiellement par la Bible et les auteurs antiques, puis redécouvert à partir du 19e siècle grâce aux fouilles archéologiques. Or des sites tels que Nimrud, Hatra, Ninive ou Khorsabad sont aujourd’hui la cible de destructions et de trafic d’antiquités. En 2015, le président de la République François Hollande a confié au président du Louvre, Jean-Luc Martinez, une mission sur la protection des biens culturels en situation de conflit armé. C’est dans ce cadre que le Louvre-Lens présente cette grande exposition sur la Mésopotamie, au moment où se tient au Grand Palais l’exposition « Sites éternels. De Bâmyiân à Palmyre, voyage au coeur des sites du patrimoine universel », en association avec le Louvre.

L’exposition invite à découvrir la Mésopotamie, son économie et ses croyances, ses villes, sa société, ses textes, ses rois et ses empires mais encore l’histoire de sa redécouverte, ses paysages, son histoire la plus récente et l’imaginaire plus ou moins fantasmé développé autour de cette civilisation exceptionnelle, qui n’en finit pas de fasciner.

Crédits photo :

Affiche :
Ebih-Il en prière – Paris, musée du Louvre © Musée du Louvre, dist. RMN – Grand Palais / Raphaël Chipault – Tablette : présages tirés de l’observation des planètes concernant la pluie et la crue – Paris, musée du Louvre © Musée du Louvre, dist. RMN – Grand Palais / Raphaël Chipault et Benjamin Soligny – agencemixte.com

Photo lion :
Panneau de briques ornant la Voie processionnelle de Babylone : lion passant
Babylone
Époque néo-babylonienne, règne de Nabuchodonosor II (605-562 avant J.-C.)
Terre cuite à glaçure
Paris, musée du Louvre
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Olivier