Communication sur les bases de données des migrations et leurs visualisations

La visualisation des migrations propose des défis stimulants et sans-cesse renouvelés. L’Atelier de cartographie y accorde d’ailleurs une place prééminente en se frottant régulièrement à l’exercice.

Le 3e congrès international OBSERVARE (Observatório de relações exteriores, de l’Université autonome de Lisbonne) s’est déroulé du 17 au 19 mai 2017 sur le site distingué de la Fundação Calouste Gulbenkian. L’événement avait pour thème Au delà des frontières : individus, espaces, idées. Il alternait des sessions plénières – on retiendra notamment l’intervention salutaire de Saskia Sassen, « The Rise of Extractive Logics: Who Owns the City? » – avec de nombreuses sessions thématiques.

Dans la veine de ses recherches en cours mêlant relations internationales, sociologie des quantifications et traductions (carto)graphiques, Benoît Martin a pu présenter quelques premières pistes sur le thème des migrations internationales . L’approche hybride consiste à comparer les bases des données existantes, à en présenter plusieurs mises en cartes, puis à identifier les principaux défis que les traitements soulèvent.

Documents et liens :
– Le diaporama de la communication (en portugais).
– Des informations sur le congrès :  en anglais ou en portugais.
– Le lieu, délicieux : la Fundação Calouste Gulbenkian (musée, bibliothèque, jardin, salle de spectacle, etc.).

Photo : entrée du musée (bâtiment de la collection classique)
Crédit : Benoît Martin