"Sciences Po est un voyage fort en émotions"

Jasdeep Singh Hundal, étudiant en 1ère année
  • Jasdeep Singh Hundal, Inde, 2015 ©Sciences PoJasdeep Singh Hundal, Inde, 2015 ©Sciences Po

Ils viennent de France ou d’ailleurs. Ils sont fraîchement diplômés du bac ou de son équivalent à l’étranger. Ils souhaitent travailler dans la fonction publique, dans le marketing, dans le journalisme ou encore dans l’humanitaire. Ils ont choisi d’étudier à Sciences Po. C’est la rentrée et nous vous faisons découvrir nos “premières années”.  Cette semaine, place à Jasdeep Singh Hundal, 19 ans, venu du Singapour pour étudier sur le campus de Reims en double diplôme avec Berkeley.

Qu’est-ce qui vous a poussé à candidater au double bachelor de Sciences Po en partenariat avec la University of California - Berkeley qui va vous amener à passer deux années en France et deux années en Californie ?

Je ne parle pas francais” était la seule phrase que je connaissais en français lorsque j’ai rempli mon formulaire de candidature pour ce double diplôme ! C’était une première étape pour sortir de ma zone de confort. J’ai toujours aimé l’aventure, qu’il s’agisse de glisser sur le fil d’une tyrolienne ou de découvrir des villes inconnues. Me lancer dans un environnement qui ne m’est pas familier et ne pas en parler la langue, s'est avéré le meilleur choix pour moi ! Ce double diplôme est en quelque sorte une aventure : explorer deux mondes différents, interconnectés, mais néanmoins distincts avec chacun ses propres particularités. Pour être honnête, j’ai toujours été mal à l’aise avec la notion d’un “Occident” monolithique. Les voies différentes prises par les élections en France et aux États-Unis ont mis en avant deux identités distinctes. Je suis aussi impatient de déceler les points communs entre ces deux pays que de découvrir toutes les nuances qui les différencient. Et de quelle meilleure façon pourrais-je le faire qu'avec une bande de camarades de cours enthousiastes venant du monde entier ? Vivre et apprendre aux côtés de ces personnes avec autant de perspectives variées permettra d’éviter le danger de la pensée unique. La manière dont Sciences Po met l’accent sur la diversité des points de vue avec son programme interdisciplinaire et sa communauté fortement multiculturelle est parfait pour cela.

Quelles sont les perspectives qui vous enthousiasment le plus dans les prochains mois ?

Cela compte beaucoup pour moi d’avoir le plaisir de me lier avec une personne à travers sa langue maternelle. Je viens de la très multiculturelle Singapour, j'ai grandi dans la diversité, avec l'habitude de parler plusieurs langues. La “personnalité” de chaque langue est une jolie manière de transcender les barrières et de se connecter avec des personnes très différentes. Le remarquable programme de langues de Sciences Po va me permettre de me doter des atouts nécessaires pour maîtriser le français. Les Français sont un cas exemplaire de peuple fier de la richesse de son héritage et de sa culture. J'ai hâte d'étudier cette langue, y compris les "oufs", les "boufs" et les gestes et mimiques qui vont avec ! Je vais également m'engager dans des associations à Sciences Po qui s'occupent de faire apprendre le Français à des réfugiés, dont j'écouterai les histoires avec attention. Je suis enthousiasmé par la multitude de portes qui vont s'ouvrir à moi grâce à l'apprentissage de la langue.

Quel métier souhaiteriez-vous exercer plus tard ?

Dans le fond, l’esprit d’une nation repose sur les gens. Ce qui a beaucoup à voir avec mon désir d’effectuer une carrière dans la fonction publique singapourienne. Sciences Po va m’apprendre à avoir la sensibilité pour comprendre les contextes, à me méfier des généralisations, tout en appréciant les liens complexes et les différences entre pays. Au-delà de cela, l’opportunité de développer l’empathie et la curiosité pour les autres va me donner des ailes pour me mettre au service des gens de mon pays d’origine. Le coeur du service aux autres est lié à la capacité à construire des liens interpersonnels et à comprendre le lexique et le registre de langage des personnes au service desquelles vous vous mettez. Interagir avec diverses personnes grâce à Sciences Po va sans aucun doute nourrir cela. Je suis ravi d’atterrir à Sciences Po, un voyage fort en émotion comme aucun autre ! Et j’attends avec impatience le moment où je serai assez sûr de moi pour dire : “Je peux parler Français”.

En savoir plus sur Sciences Po

#FirstYears : les nouveaux étudiants de Sciences Po

À suivre : Malak Gadalla, étudiante à Menton

Abonnez-vous à notre newsletter