"Je veux découvrir le monde et apprendre"

  • ©Libertad Sobrado©Libertad Sobrado

Depuis le lycée au Costa Rica où elle a grandi, Libertad Sobrado, née au Venezuela, s’engage auprès d’associations locales pour un meilleur accès au savoir et défendre la protection de l’environnement, l'éducation. Autant de projets qu’elle entend poursuivre. Quatrième portrait de la série #FirstYearsScPo

Pourquoi avoir choisi Sciences Po?

Je viens du Vénézuela. Mais j’ai étudié au Costa Rica. C’est là où j’ai suivi ma scolarité et le lycée. C’est là-bas que je me suis impliquée dans la vie lycéenne. J’ai pris goût à l’interaction et au pilotage de projets menés en équipe avec les collectivités locales.

C’est-à-dire ?

Le maire du petit canton de Curridabat dans la province de San Jose, Edgar Mora, a apprécié la réussite du projet dont je m'occupais au lycée et sans doute aussi, mon esprit d’initiative. Il m’a proposé de rejoindre son équipe et de travailler avec lui dans le bureau de l’Innovation. Je me suis intéressée à l’organisation sociale des associations. J’ai mis en place un projet autour de l'idée du troc en lien avec des communautés marginales : échanger des livres, des vêtements, de la nourriture à condition de suivre des cours dispensés par la Mairie. Ces problématiques-là, la pauvreté, l’entraide mais aussi l’environnement qui est un sujet brûlant au Costa Rica surtout dans les zones rurales où l’on trouve encore des poubelles à ciel ouvert, m’ont donné envie de mieux comprendre, de trouver des solutions, d’agir.

Qu’est-ce que Sciences Po représente à vos yeux ?

Sciences Po est le meilleur endroit pour appréhender la complexité et la diversité des enjeux, tant politiques, sociaux, culturels. Avec le campus de Poitiers et son projet pédagogique axé sur le continent latino-américain, j’ai été tout de suite motivée. Sciences Po, c’est la possibilité de découvrir, sans choisir nécessairement une matière d’emblée. C’est une école qui mise sur la découverte du monde pour avancer et pour apprendre. Pas sur un plan de carrière.

Quelles sont vos attentes ?

J’aime organiser, découvrir et travailler avec des communautés que je ne connais pas et chercher ensemble comment résoudre les problèmes. C’est vers cela que je souhaite aller. Sciences Po, j’en suis convaincue, m’y mènera. Je veux me former et me spécialiser dans les affaires urbaines pour améliorer la vie des gens et la qualité de vie dans les villes.

Dans dix ans, que souhaitez-vous faire ?

Les questions de l’environnement m’intéressent, mais aussi d’autres questions essentielles, comme pouvoir aider les gens à se sortir du chômage. Je veux être capable de trouver des solutions à ces problèmes avec les personnes concernées, dans un travail imaginé ensemble.

En savoir plus