Vertige littéraire à Jérusalem

Avec Le type qui voulait arrêter de mourir, Justine Bo, diplômée de Sciences Po, signe un roman sur un écrivain à succès qui se fait passer pour mort et s'enfuit à Jérusalem vivre une vie rêvée. Voir la vidéo.

On l'avait vue chanter il y a quelques années sur la scène de l’amphi Boutmy dans une comédie musicale mise en scène par le Bureau des Arts, l’association étudiante de Sciences Po. On l'avait ensuite aperçue sur Canal+. Puis, l’ancienne étudiante de Sciences Po est partie à New York réaliser des fictions et des reportages vidéos. Elle a retiré quelques lettres à son vrai nom pour signer un roman, puis deux, et maintenant un troisième. Justine Bo n'avait pas mis fin à ses pérégrinations ni à ses ambitions artistiques, bien au contraire. Voici son troisième roman paru à la rentrée 2016, Le type qui voulait arrêter de mourir : l'histoire d'un écrivain germanopratin, nommé Zakar Lerov, couvert comme il se doit, de femmes et de succès. La réussite ne le rend pas heureux. Il ne sait quel sens donner à sa vie. Quel but poursuivre quand on ne rencontre nulle part le moindre obstacle ? Par désir de rompre avec le quotidien, il se fait passer pour mort afin de voir à quoi ressemble la gloire posthume. Mais l’expérience ne fait que confirmer son nihilisme. Exilé à Jérusalem, oisif, le personnage de romancier disparu continue de chercher une issue dans les rencontres éphémères : « Avides de nier le néant, nos corps sont le terrain de guerres civiles silencieuses ». Heureusement, l’amour finit par arriver et s’incarne en la personne de la prostituée Bahia. L’espoir se dessine : « C'était comme si rien n'avait existé auparavant qui vaille la peine que l'on s'en rappelle. Chaque regard nouait nos esprits autant qu'il criait notre soif d'être l'un dans l'autre. Pour la première fois, je me reconnaissais en elle » (p 123). Cette rencontre suffira-t-elle à sauver le héros du désespoir ? Réponse à découvrir dans les dernières pages du livre. Mais à défaut de certitude sur les vertus de cet amour-là, il en est un autre dont le pouvoir ne fait aucun doute : celui du personnage envers la terre qui sert de décor au récit. Il est question d’« yeux voilés de lune » ou de « peau pleine de sagesses » : la plume de Justine Bo mêle le concret et l’abstrait en un style qui marie la nature à son personnage : « Si seulement la beauté des hommes pouvait, comme celle des oliviers, naître de ce qu’ils sont arides ».

 

En savoir plus

 

Une recherche au cœur du politique

Une recherche au cœur du politique

Mardi 21 novembre, Sciences Po présente son Forum de la recherche. Une occasion unique de découvrir les centres et de dialoguer avec des chercheurs. Mais en quoi consiste la recherche ? Christine Musselin, directrice scientifique, nous éclaire sur ce qui constitue l’un des fondamentaux de Sciences Po.

Lire la suite
“Je veux rester proche des étudiants”

“Je veux rester proche des étudiants”

Elle a passé ses 20 dernières années au coeur du réacteur de la formation à Sciences Po : la direction des études et de la scolarité (DES). “J’ai commencé ma carrière au sein de la direction des systèmes d’information mais, très rapidement, j’ai eu envie de basculer du côté de la formation, le coeur de métier de l’école”, se souvient-elle. Il y a encore peu directrice du pilotage transversal au sein de la DES de Sciences Po, Pascale Leclercq vient d’entamer une nouvelle étape de sa carrière en devenant la toute nouvelle directrice du campus de Poitiers. Portrait.

Lire la suite
Agir face aux urgences du développement

Agir face aux urgences du développement

Rémy Rioux, Directeur général de l’Agence Française de Développement (AFD) et Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po, ont signé le 15 novembre un nouveau partenariat qui vient renforcer et élargir une longue tradition de coopération. Son ambition : alimenter la recherche et le débat public sur les questions de développement, et mieux former les futurs acteurs du développement.

Lire la suite
Un chef étoilé en masterclass

Un chef étoilé en masterclass

Propriétaire du restaurant trois étoiles L’Arpège, Alain Passard est venu donner, ce 8 novembre 2017, une masterclass exceptionnelle aux étudiants de l’École du management et de l’innovation de Sciences Po. Créativité, importance du respect des saisons et des produits ou encore vision du chef d’entreprise, il a partagé ses inspirations.

Lire la suite
Se spécialiser en défense et sécurité

Se spécialiser en défense et sécurité

Une nouvelle formation a vu le jour dans le cadre du master Politiques publiques de l'École d'affaires publiques de Sciences Po : la spécialité Sécurité et défense. Inaugurée à la rentrée 2017 avec une promotion de 62 étudiants,  celle-ci vise à permettre aux étudiants de se forger une culture et une compréhension des enjeux de sécurité et de défense du XXIe siècle : nouvelles menaces, coopération public-privé, cybersurveillance, etc. Les étudiants qui la suivent auront ensuite la possibilité de travailler aussi bien dans des ministères (de l’Intérieur, de la Défense) que dans des entreprises de services de sécurité et de défense.

Lire la suite
On vous dit tout sur le Collège universitaire !

On vous dit tout sur le Collège universitaire !

Accessible à partir du Baccalauréat (ou son équivalent à l’étranger), le Collège universitaire de Sciences Po est une formation de premier cycle fondée sur l’étude des sciences humaines et sociales, qui se déroule en trois ans sur l’un des sept campus de l’établissement. Elle permet d’obtenir un diplôme de bachelor (Bac +3).

Lire la suite
À la recherche du temps perdu : de Mohamed Merah au Bataclan

À la recherche du temps perdu : de Mohamed Merah au Bataclan

Par Yves Trotignon, enseignant à l'École des affaires internationales de Sciences Po. Le procès des complices du terroriste, qui vient de s’achever à Paris, a été l’occasion de revenir en détail sur la série de défaillances de nos services de sécurité et de renseignement ayant permis à Mohamed Merah de frapper notre pays.

Lire la suite
“Être LGBTI n’est pas une influence occidentale, c’est une réalité humaine”

“Être LGBTI n’est pas une influence occidentale, c’est une réalité humaine”


Œuvrer en faveur des droits des lesbiennes, gays, bis, transexuels et intersexes (LGBTI) dans un pays loin de l’Europe, qui en comprend encore souvent mal les enjeux… c’est la vocation de Anan Bouapha, président et fondateur de la première association LGBTI de l’histoire du Laos. De Vientiane à Paris, ce fervent défenseur du droit à la différence a choisi d’étudier à Sciences Po.

Lire la suite