Vertige littéraire à Jérusalem

Avec Le type qui voulait arrêter de mourir, Justine Bo, diplômée de Sciences Po, signe un roman sur un écrivain à succès qui se fait passer pour mort et s'enfuit à Jérusalem vivre une vie rêvée. Voir la vidéo.

On l'avait vue chanter il y a quelques années sur la scène de l’amphi Boutmy dans une comédie musicale mise en scène par le Bureau des Arts, l’association étudiante de Sciences Po. On l'avait ensuite aperçue sur Canal+. Puis, l’ancienne étudiante de Sciences Po est partie à New York réaliser des fictions et des reportages vidéos. Elle a retiré quelques lettres à son vrai nom pour signer un roman, puis deux, et maintenant un troisième. Justine Bo n'avait pas mis fin à ses pérégrinations ni à ses ambitions artistiques, bien au contraire. Voici son troisième roman paru à la rentrée 2016, Le type qui voulait arrêter de mourir : l'histoire d'un écrivain germanopratin, nommé Zakar Lerov, couvert comme il se doit, de femmes et de succès. La réussite ne le rend pas heureux. Il ne sait quel sens donner à sa vie. Quel but poursuivre quand on ne rencontre nulle part le moindre obstacle ? Par désir de rompre avec le quotidien, il se fait passer pour mort afin de voir à quoi ressemble la gloire posthume. Mais l’expérience ne fait que confirmer son nihilisme. Exilé à Jérusalem, oisif, le personnage de romancier disparu continue de chercher une issue dans les rencontres éphémères : « Avides de nier le néant, nos corps sont le terrain de guerres civiles silencieuses ». Heureusement, l’amour finit par arriver et s’incarne en la personne de la prostituée Bahia. L’espoir se dessine : « C'était comme si rien n'avait existé auparavant qui vaille la peine que l'on s'en rappelle. Chaque regard nouait nos esprits autant qu'il criait notre soif d'être l'un dans l'autre. Pour la première fois, je me reconnaissais en elle » (p 123). Cette rencontre suffira-t-elle à sauver le héros du désespoir ? Réponse à découvrir dans les dernières pages du livre. Mais à défaut de certitude sur les vertus de cet amour-là, il en est un autre dont le pouvoir ne fait aucun doute : celui du personnage envers la terre qui sert de décor au récit. Il est question d’« yeux voilés de lune » ou de « peau pleine de sagesses » : la plume de Justine Bo mêle le concret et l’abstrait en un style qui marie la nature à son personnage : « Si seulement la beauté des hommes pouvait, comme celle des oliviers, naître de ce qu’ils sont arides ».

 

En savoir plus

 

Accompagner les jeunes réfugiés vers l’emploi

Accompagner les jeunes réfugiés vers l’emploi

Forte de son expérience en matière d’accueil des étudiants réfugiés, Sciences Po poursuit son action en proposant à de jeunes réfugiés un certificat professionnel visant à faciliter leur insertion sur le marché de l’emploi. Ce programme sera lancé à la rentrée 2018-2019.

Lire la suite
La nation, meilleure arme contre les nationalismes ?

La nation, meilleure arme contre les nationalismes ?

Dans un monde de plus en plus globalisé, la nation est-elle condamnée ? “Les nations ne disparaissent pas, au contraire !” répond Gil Delannoi, chercheur au Centre d’études politiques de Sciences Po (CEVIPOF), dans son dernier ouvrage La nation contre le nationalisme (éd. PUF). Selon lui, non seulement les nations restent incontournables mais elles seraient même devenues l’un des meilleurs remparts contre les nationalismes. Interview.

Lire la suite
Réconcilier “humain” et

Réconcilier “humain” et "droits de l’homme”

Pour elle, c’est bien plus qu’une vocation. Étudiante en master "Human Rights and Humanitarian Action" à l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), Vanessa Topp se rend chaque semaine dans le quartier de la Porte de la Chapelle à Paris à la rencontre des migrants pour leur apporter son soutien. Portrait vidéo d'une jeune femme pour qui étude des droits de l'homme rime avec engagement.

Lire la suite
“Nous devons tous habiter quelque part”

“Nous devons tous habiter quelque part”

Le logement est-il un bien ? Est-il un droit ? De Bombay à Paris, en passant par les grandes villes des États-Unis, Sukriti Issar invite chaque semaine ses étudiants à réfléchir au rôle du logement au sein des villes et dans la vie des individus. Un sujet qui mêle l’intime à l’économie, la sociologie au droit, à la croisée des disciplines.

Lire la suite
Fin du blocage des bâtiments à Sciences Po

Fin du blocage des bâtiments à Sciences Po

Après deux jours de blocage par un groupe d'étudiants mobilisés contre la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE), l'occupation du site principal du campus parisien de Sciences Po a pris fin vendredi 20 avril en début d'après-midi. L’accès à tous les bâtiments du campus de Sciences Po à Paris est à nouveau possible pour l’ensemble des étudiants, enseignants et salariés. Les enseignements ont repris normalement dès vendredi après-midi.

Lire la suite
Vers l’orbanisation de l’Europe ?

Vers l’orbanisation de l’Europe ?

Par Sylvain Kahn - Viktor Orban et la Fidesz ont remporté les élections législatives en Hongrie dimanche 8 avril 2018. Avec plus de 48 % des suffrages et plus du tiers des sièges, ils progressent significativement par rapport aux deux précédents scrutins qui, déjà, les avaient mené au pouvoir en 2010 et en 2014. Cette troisième victoire de rang signale une évolution structurelle de la vie politique européenne. Cette évolution peut être baptisée « l’orbanisation » de l’Europe.

Lire la suite
Jacinda Ardern et Justin Trudeau à Sciences Po

Jacinda Ardern et Justin Trudeau à Sciences Po

Ils ont en commun de compter parmi les plus jeunes chefs de gouvernement au monde. À l'occasion de leurs visites officielles en France, Jacinda Ardern, Première ministre de Nouvelle-Zélande, et Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, sont venus donner deux conférences exceptionnelles ce lundi 16 avril 2018 à Sciences Po.

Lire la suite

"Être libre de choisir sa propre vie"

Que signifie être libéral ? Dans son cours “Introduction à la pensée libérale”, le philosophe Gaspard Koenig explore les facettes d’une notion si familière qu’on en oublie l’histoire, la complexité et la profondeur. Car le libéralisme, c'est avant tout une “doctrine de l’individu”, dont les contours et le sens varient en fonction des cultures, des pays, et des courants de pensée. Un cours de philosophie, en sorte, bien plus que de politique.

Lire la suite
S’engager au service des autres

S’engager au service des autres

Nouveauté liée à la réforme du bachelor, le parcours civique propose aux étudiants d’appréhender la citoyenneté et la responsabilité sociale à travers le développement d’un projet personnel au service des autres. Se déroulant hors les murs de Sciences Po, le parcours civique amène les étudiants à rencontrer des personnes de différents milieux travaillant les secteurs de l'éducation, de l'emploi, de l'environnement, de la justice, de la santé, de la paix, etc.

Lire la suite