Travailler le dimanche est-il vraiment utile ?

Travailler le dimanche est-il utile ? Non, répondent Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard dans leur dernier ouvrage Les Batailles du dimanche. Dépassant les habituels clivages idéologiques, les deux sociologues ont analysé le travail dominical sous l’angle de son utilité sociale. Interview de Laurent Lesnard, chercheur à l’Observatoire sociologique du changement (OSC) de Sciences Po.

Quelle est l’opinion des Français sur la question très controversée en France du travail le dimanche ?

Il y a un fossé entre l’opinion publique qui s’est, au milieu des années 2000, petit à petit montrée favorable à l’ouverture des commerces le dimanche, et les salariés concernés qui y sont, eux, le plus souvent opposés, comme le montre par exemple une analyse de la fondation Fondapol en 2008. Beaucoup d’arguments idéologiques sont avancés dans le débat public, notamment pseudo-économiques, sur l’emploi, les compensations salariales, le volontariat (relatif), ou un supposé « droit au travail », spectaculaire renversement idéologique après des siècles de revendications pour le « droit au repos dominical ». Le débat s’est fait sous la pression d’intérêts commerciaux qui ne sont viables que dans le cas du « dilemme du prisonnier », à savoir que l’intérêt financier existe que si l’on prend à ses concurrents – fermés – des parts de marché et que le coût de l’ouverture est inférieur au bénéfice engrangé ce jour-là. Au final, si tous les commerces ouvraient le dimanche, il n’y aurait plus d’avantage concurrentiel et de fortes chances pour que le coût supplémentaire soit supporté par les salariés et les consommateurs !

Quelle serait, de votre point de vue, la bonne manière d’aborder cette question ?

Posons-nous la question de l’utilité sociale des services ouverts le dimanche, en regard de la demande sociale, des nouvelles habitudes de vie et des recompositions familiales. « Y a-t-il un intérêt collectif à ouvrir et à quel coût, social et économique » ? À la question « quel degré de satisfaction retirez-vous des activités quotidiennes ? », les Français placent en tête les loisirs et les repas, pas le travail ou les courses au supermarché. Les activités les plus appréciées sont les jeux, la pratique sportive et la lecture. Il paraît dès lors logique d’organiser des rencontres sportives le dimanche et d’ouvrir des bibliothèques, plutôt que des galeries marchandes ou des banques, qui ne sont pas reconnues comme sources d’épanouissement. Notre étude montre aussi, par exemple, le peu d’utilité sociale d’ouvrir le musée le dimanche dans une ville moyenne quand les visiteurs ne sont pas au rendez-vous. Ceux-ci pourraient venir la veille et le personnel, qui ne touche qu’une compensation de 72 centimes d’Euro, pratiquer une activité associative qui n’a lieu que ce jour-là.

Votre étude est sociologique, mais elle comporte aussi un volet historique qui éclaire sur la permanence du sujet depuis des siècles…

Nous avons procédé à une relecture de beaucoup d’études internationales. L’éclairage historique est indispensable sur la question des rythmes de vie et du jour de rupture qui a préoccupé toutes les sociétés depuis l’époque mésopotamienne. Il était important de dénaturaliser ce phénomène. Émile Durkheim avait mis en évidence lors d’une analyse ethnologique consacrée aux aborigènes australiens un rythme de vie binaire (« Les formes élémentaires de la vie religieuse », 1912). Une période était dédiée aux activités collectives et une autre au retrait individuel. On perçoit encore aujourd’hui, depuis les Babyloniens, les influences astrologiques et astronomiques qui ont servi à réguler le temps et les rythmes de vie. Les jours de la semaine en portent les traces : lundi est le jour de la Lune (Lunaes Dies), mardi de Mars, le Sunday ou Sonntag anglo-saxon est le jour du soleil…   Il y a toujours eu un regard suspicieux porté par les classes sociales supérieures et les États sur la façon dont les classes populaires utilisaient leur temps libre. La hantise était de ne pas laisser les classes laborieuses se répandre dans leurs supposés bas instincts comme la boisson. Lors du débat sur les 35 heures, certains commentateurs se demandaient encore à quoi allait être occupé le temps libre… Pour autant, nous ne sommes pas entrés dans la société de loisirs que certains prospectivistes annonçaient.

Une partie de votre travail porte sur les coûts sociaux qu’engendre la fin de cette rupture dominicale et le risque de perdre le bénéfice de ce que vous appelez la « synchronisation sociale »...

Nous distinguons plusieurs types de conséquences des dimanches chômés ou travaillés à l’intérieur comme à l’extérieur du domicile sur les relations interpersonnelles, intra-familiales, les moments de partage et de convivialité… Plusieurs facteurs entrent en compte, comme le genre, le type d’emploi ou la catégorie socio-professionnelle. Un professeur, par exemple, pourra beaucoup plus facilement préparer un cours un dimanche soir, sans forcément négliger le reste de la journée les activités de loisirs. Une mère de famille sera mieux organisée qu’un père pour rattraper en semaine du temps consacré à son enfant. La capacité à gérer son temps est un marqueur d’inégalité sociale. Il y a ceux qui en ont la maîtrise et ceux qui sont forcés de travailler, parfois de manière précaire, mal rémunérée ; le jour de repos compensateur en semaine ne remplit alors pas la même fonction qu’un jour partagé par la majorité des français comme le dimanche. Pour nous, c’est un jour de synchronisation sociale, de rencontre et d’échanges à plusieurs échelles : personnelle, avec son conjoints, ses enfants, ses amis, ses équipiers sportifs et plus largement avec l’ensemble de la société.

Vous êtes sévère avec le précédent gouvernement…

Ce sont des faits objectifs inscrits dans l’histoire. Il y a eu beaucoup d’instabilité juridique à partir de la fin des années 2000, un relâchement des règlementations sur les ouvertures et les horaires nocturnes. C’est sous un gouvernement socialiste obéissant à une logique utilitariste et libérale que s’ouvre la voie à la banalisation du travail dominical. Ils avaient pourtant été à l’origine de la loi de 1906 et s’étaient farouchement opposés à la loi Maillé de 2009 aménageant quelques dérogations. Comprenne qui pourra !

Laurent Lesnard est sociologue à l’Observatoire sociologique du changement de Sciences Po. Ses recherches portent sur le temps dans les sociétés contemporaines. Il s'intéresse aux questions d'horaires de travail individuels et conjugaux et à la transformation des liens sociaux. Il a reçu en 2011 a reçu la médaille de bronze du CNRS pour ses travaux sur les emplois du temps.

Retrouvez Les Batailles du dimanche (éd. PUF) de Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard  à la librairie de Sciences Po et également en prêt à la bibliothèque de Sciences Po.

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

Qui est satisfait d’Emmanuel Macron ?

Qui est satisfait d’Emmanuel Macron ?

Par Luc Rouban (Cevipof). L’élection présidentielle de 2017 a provoqué un choc important dans le paysage politique français, du moins sur l’organisation de l’offre partisane et sur le positionnement stratégique du PS comme des Républicains ou même du FN. Son impact auprès des électeurs est plus difficile à évaluer car plusieurs registres se superposent et brouillent la perception que l’on peut avoir des changements en cours.

Lire la suite
Ça s'est passé en 68 à Sciences Po

Ça s'est passé en 68 à Sciences Po

Tout au long des mois de mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 dans ses murs. Photos, témoignages vidéos, documents d’archives… L’ambition est de "donner à lire mai 68 par quelques-unes de ses archives, de ces “traces écrites”"*. – de revenir aux sources, de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et dans sa contemporanéité. La mise à disposition de ces témoignages donne ainsi à voir la rhétorique et le style, les mots, les sigles et les slogans, le graphisme et la typographie de la parole de 68 autant que son contenu, permet d’en restituer la fraîcheur et le sérieux, la familiarité et l’étrangeté, les clichés et l’inédit, voire la "beauté".

Lire la suite
Sciences Po, université la plus internationale de France

Sciences Po, université la plus internationale de France

Sciences Po à la 17e place mondiale et à la première place en France pour sa part d’étudiants internationaux, c’est le résultat du classement “International Student Table” 2018 de Times Higher Education qui vient distinguer les 200 universités les plus internationales dans le monde.

Lire la suite
Grandir dans un bidonville

Grandir dans un bidonville

Que deviennent les enfants qui ont grandi dans l’un des bidonvilles français d’après-guerre ? Sociologue de terrain, Margot Delon a consacré sa thèse à cette question en retraçant les trajectoires d’enfants de bidonvilles et de cités de transit à Nanterre et à Champigny-sur-Marne. Croisant entretiens et observations ethnographiques avec l’analyse de bases statistiques, de fonds d’archives et de blogs sur la mémoire de ces vécus, sa thèse a été couronnée par le Prix de la recherche Caritas - Institut de France.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec “Sciences Po passe le Bac”. Des tutoriels en vidéo dans lesquels les profs de Sciences Po planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Quel plan ? Quelles notions-clés ? Que faire des documents ? Quel piège à éviter ? De quoi se préparer à l’épreuve avec méthode, précision, et clarté.

Lire la suite
Junior Consulting, l’asso qui fait carrière

Junior Consulting, l’asso qui fait carrière

Fondée en 1980, l’association Junior Consulting de Sciences Po est une des premières junior entreprises créées en France. Véritable cabinet de conseil étudiant, Junior Consulting propose aux étudiants des missions dans les conditions du réel. Ou comment acquérir de l’expérience tout en arrondissant ses fins de mois. Rencontre avec les étudiants-consultats de l’association.

Lire la suite

"J'aimerais retourner en Afghanistan et travailler dans l'éducation"

Depuis le lancement de “Welcome Refugees” en 2016, 80 étudiants réfugiés et demandeurs d’asile ont été accompagnés par Sciences Po. Ce programme permet à des étudiants réfugiés de trouver leur voie, que ce soit au sein d’une formation à Sciences Po ou d’autres établissements. Mohammad Ewaz, en première année au campus du Havre, est passé par ce dispositif avant de rejoindre le Collège universitaire. Interview vidéo.

Lire la suite

"La violence concerne une frange minime de la jeunesse"

Assiste-t-on à une radicalisation religieuse, politique et culturelle des lycéens français ? Quels segments de la jeunesse sont les plus concernés ? Directrice de recherche CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), Anne Muxel a dirigé avec Olivier Galland une équipe de chercheurs qui a travaillé pendant deux ans sur la radicalité religieuse, politique et culturelle. Elle livre les fruits d’une enquête menée auprès de 7000 lycéens français.

Lire la suite
Ce que les riches pensent des pauvres

Ce que les riches pensent des pauvres

Comment les classes supérieures vivant dans les beaux quartiers se représentent-elles les pauvres et les classes populaires ? Comment expliquent-elles les différences entre elles et les plus démunis ? Y voient-elles un danger, un problème social ou une injustice à réparer ? Pour répondre à ces questions, quatre sociologues, au nombre desquels Bruno Cousin, Assistant Professor au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po (CEE), ont réalisé une enquête de terrain comparant des environnements a priori différents :  Paris, São Paulo et Delhi. Ils ont exposé leurs résultats dans un ouvrage : Ce que les riches pensent des pauvres (éd. Seuil). Entretien avec Bruno Cousin.

Lire la suite