Sciences Po se mobilise pour les réfugiés

Face à la crise migratoire qui touche l’Europe et la France, Sciences Po souhaite contribuer à l’insertion des réfugiés. Un groupe d'une vingtaine de réfugiés âgés de 20 à 40 ans bénéficieront dans les semaines qui viennent de cours de langue en français et en anglais. En tant qu'auditeurs libres, ils accèderont également aux ressources pédagogiques de Sciences Po. Explications en images. 

L’initiative du projet revient à une étudiante de Sciences Po membre de l'ONG Kiron et l'association l'Insertion du cœur. Ce soutien linguistique s’appuie sur la grande expérience de Sciences Po en matière d’enseignement du français langue étrangère. L’objectif est de leur permettre d’améliorer leur niveau de langue, condition essentielle à leur intégration dans leur pays d’accueil. En complément des cours proprement dits, des ateliers de conversation avec des étudiants et des personnels volontaires seront mis en place. 

La maîtrise de la langue, condition essentielle à l'intégration

Les réfugiés auront accès aux ressources pédagogiques de Sciences Po : Moocs, e-cours, e-learning en langues, ressources documentaires. Ils pourront également participer à la vie étudiante à travers les activités proposées par les associations, les cours de sport et les événements de l’établissement.

«Sciences Po est une école ouverte sur le monde qui aborde les enjeux contemporains sous un angle académique tout en veillant à être engagée dans la vie de notre pays. Tout au long de son histoire, notre institution a accueilli des réfugiés dans ses murs. Notre volonté est de faire preuve d’humanité, mais aussi de développer chez nos élèves le sens de l’action en encourageant leurs engagements citoyens. Aussi, face à la situation des migrants, à laquelle nos élèves sont très attentifs, il nous a semblé nécessaire que Sciences Po se mobilise dans le cadre de ses missions d’enseignement», précise Frédéric Mion, directeur de Sciences Po.

Contact : refugees.contact@sciencespo.fr

“L'avenir des marques est en Chine et en Inde”

“L'avenir des marques est en Chine et en Inde”

L'avenir des marques se situe-t-il en Chine, voire en Inde? Ces pays sont-ils en train de devenir les centres mondiaux de l'innovation? C'est ce que pense Nirmalya Kumar, directeur de la stratégie chez Tata Sons, que nous avons rencontré lors de sa conférence à Sciences Po. Pour devenir des leaders, dit-il, il faut rester curieux et développer son désir d'apprendre. La France, souligne-t-il encore, est un pays riche d'entrepreneurs et d'idées. Voir la vidéo

Lire la suite
Les 5 bonnes raisons de choisir le Collège universitaire

Les 5 bonnes raisons de choisir le Collège universitaire

C’est à Paris mais aussi partout en France. On y parle toutes les langues et toutes les nationalités du monde s’y côtoient. On s’y forge une solide culture générale grâce aux sciences sociales. On y apprend à analyser, à parler, en public et surtout, à développer et approfondir ses connaissances. Bienvenue au Collège universitaire.

Lire la suite

"Ces années sont les plus belles de votre existence"

Ils s’appellent Levon, Sylvie, Reihane, Jonathan, Jaya...Ils sont de nationalité française, allemande, autrichienne, canadienne, américaine, indienne, japonaise ou uruguayenne. Ils parlent toutes les langues et figurent parmi plus de 4830 étudiants qui ont intégré cette année le Collège universitaire de Sciences Po.

Lire la suite
La poésie en résistance

La poésie en résistance

"La poésie depuis toujours s'est posée sur cette ligne de front qu'est celle de la résistance à la terreur" : c'est sur ces mots que le nouveau directeur du Théâtre de la Colline Wajdi Mouawad a introduit la 3ème édition de Sciences Poésie, le mercredi 14 septembre 2016 sur le thème "Poètes en résistance, la liberté est au bout du poème", en collaboration avec le Printemps des Poètes.

Lire la suite
“L'histoire permet de garder confiance en notre capacité à surmonter les crises”

“L'histoire permet de garder confiance en notre capacité à surmonter les crises”

Face au réveil des intégrismes et de la violence extrême, Jean Picq, professeur de philosophie politique à Sciences Po et président honoraire à la Cour des comptes, nous invite à relire l’histoire de France, tiraillée entre la politique et la religion. Et de repérer les temps forts qui ont permis de définir de nouveaux rapports entre le spirituel et le temporel pour voir triompher la raison au service de la paix civile.

Lire la suite