Rula Ghani, “First Lady” d’Afghanistan, promo 1969

Être une jeune fille rangée, étrangère et loin de sa famille, dans le Paris de mai 68. Être une jeune fille tout court dans le Sciences Po de 1967 qui ne compte que 25% d’étudiantes. 47 ans plus tard, être en Afghanistan la première “First Lady” d’un pays qui n’avait jamais vu le visage d’une femme de président. “J’ai appris à m’adapter”, résume modestement Rula Ghani, qui incarne aujourd’hui pour les femmes afghanes un espoir et un exemple. À l’occasion de sa conférence à Sciences Po vendredi 13 octobre 2017, retour sur les années étudiantes de cette diplômée d’exception.

Inscrite en 1966 en “Année préparatoire”, la jeune Rolla Saadé - son nom de jeune fille - arrive rue Saint-Guillaume avec la “vague démographique” des années 60, qui porte à 4000 le nombre d’étudiants à Sciences Po. De nationalité libanaise, elle fait partie des quelques 700 étrangers qui fréquentent l’établissement, soit environ 20 % du corps étudiant - on est loin des 50% de 2017. Elle loge à quelques pas des amphithéâtres, dans un “Foyer Sainte-Odile” sis au 34 de la rue Saint-Guillaume. Les notes et les appréciations du dossier de l’étudiante Saadé confirment la redoutable réputation de la fameuse “Année préparatoire” - si exigeante que les 50% d’étudiants qui n’étaient pas éliminés à l’examen final se considéraient comme les seuls “vrais Sciences Po”. “Attentive, travailleuse, manque encore de méthode et de maturité”, relève son professeur d’histoire-géographie. Étudiante très moyenne en 1ère année, elle se distingue en anglais où son professeur salue “son niveau nettement supérieur aux étudiants du groupe”. Pas étonnant que la première dame afghane parle aujourd’hui cinq langues…

“Une élève modèle, si cette catégorie existait”

Difficile, l’année préparatoire (à condition de survivre à l’examen) constituait aussi le meilleur des entraînements pour la suite du parcours à Sciences Po. Reçue (de justesse) à l’examen final, la jeune Rolla Saadé devient une très bonne étudiante de la section “Relations Internationales”, qui accueille alors nombre d’étudiants étrangers, où elle suit les cours de l’historien des relations internationales Jean-Baptiste Duroselle, du diplomate Jean Laloy et de la juriste Suzanne Bastid, autre pionnière qui l’inspira sans doute, puisqu’elle était la seule femme avec Hélène Carrère d’Encausse titulaire d’un cours magistral de 1945 à 1972... Parmi ses choix de cours : “Les pays en voie de développement”, “Les très grandes puissances” ou encore “Le Proche-Orient”. “De l’intelligence et une fraîcheur parfois naïve”, relève un de ses professeurs, qui apprécie “ses vues personnelles et originales”. En relations internationales, son professeur note sa “grande curiosité d’esprit et son jugement solide”. “Une élève modèle, si cette catégorie existait”, s’enthousiasme son professeur d’anglais.

Un modèle d’émancipation pour les femmes

Elle obtient son diplôme de Sciences Po en 1969 et rejoint l’université américaine de Beyrouth, “durablement inspirée” par l’effervescence de 1968 à Paris. C’est là qu’elle obtient un master de science politique et qu’elle rencontre son mari, Ashraf Ghani, élu en 2014 président de la république d’Afghanistan. À ses côtés, elle va mener sa propre révolution, sereine et déterminée : l’invention d’un rôle de “Première dame” qui n’avait pas de précédent dans ce pays. Auparavant dans l’ombre, la “First Lady” façon Rula Ghani est une personnalité publique qui s’entoure d’une équipe, dispose de locaux où elle reçoit tout le pays, répond à ses e-mails et représente “un modèle d’émancipation” pour toutes les femmes du pays. Un de ces “esprits libres” qui ferait la fierté du fondateur de Sciences Po, Émile Boutmy.

13 octobre 2017 : Rula Ghani à Sciences Po

Sources

  • Dossier de scolarité de Rolla Saadé conservé aux archives de Sciences Po
  • Sciences Po Stories, la fresque historique

En savoir plus

Abonnez-vous à notre newsletter

 

 

Que font nos diplômés après Sciences Po ?

Que font nos diplômés après Sciences Po ?

D’après notre dernière enquête d’insertion professionnelle portant sur la promotion 2016, nos diplômés s’insèrent toujours aussi aisément sur le marché du travail. 90,7% de ceux qui ont choisi d’entrer dans la vie active ont ainsi un emploi un an après leur diplôme. A 69%, ils travaillent dans le privé et, à 34% hors de France. Découvrez tous les résultats de notre enquête !

Lire la suite
“Faire du Parlement le coeur battant de la démocratie”

“Faire du Parlement le coeur battant de la démocratie”

Les questions et les enjeux européens font partie du quotidien de nos élus. Mais quelle place l’Europe exerce-t-elle réellement dans l’exercice de leur mandat ? Dans son ouvrage Les Députés français et l'Europe. Tristes hémicycles ? (éd. Les Presses), Olivier Rozenberg, chercheur au Centre d'études européennes et de politique comparée de Sciences Po, propose d’aller au-delà des apparences grâce à une vaste enquête. Interview.

Lire la suite
Sciences Po poursuit l'expérience de son

Sciences Po poursuit l'expérience de son "Premier Campus" pour lycéens

Comment choisit-on sa voie dans le supérieur quand on est lycéen et boursier ? Comment décide-t-on de ce qui semble accessible et de ce qui ne l’est pas ? C’est pour en savoir plus sur la mécanique de l'autocensure que Sciences Po a imaginé en 2017 un nouveau programme d'égalité des chances baptisé “Premier Campus”. Il accompagne désormais une centaine de lycéens boursiers, qui se sont retrouvés à Reims du 6 au 13 juillet 2018 pour poursuivre cette expérience étudiante "anticipée".

Lire la suite
Plus près des étoiles : Emmanuel Macron à Versailles

Plus près des étoiles : Emmanuel Macron à Versailles

Par Bruno Cautrès (CEVIPOF). On aurait tort de dater l’affirmation de la prééminence présidentielle sur les lignes d’action du gouvernement et de la majorité parlementaire, que le discours d’Emmanuel Macron devant le Congrès réuni lundi 9 juillet à Versailles traduisait parfaitement, de la présidence actuelle ou même de celle de Nicolas Sarkozy, que l’on qualifia alors d’« hyper-président ».

Lire la suite
Après 68, nouveaux statuts, nouveaux pouvoirs

Après 68, nouveaux statuts, nouveaux pouvoirs

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Dernier épisode : à la rentrée 68, l’IEP fait sa mue en changeant de statut et accorde aux étudiants comme aux professeurs le droit d’élire des représentants. En instaurant en son sein le débat contradictoire, Sciences Po devient l’agora que l’on connaît aujourd’hui.

Lire la suite
Cérémonie du diplôme 2018 : les meilleurs moments

Cérémonie du diplôme 2018 : les meilleurs moments

Des étudiants brillants et engagés. Des invités d’honneurs inspirants. Des parents débordant de fierté. Consécration de l’année universitaire, la cérémonie du diplôme rassemblait, vendredi 29 et samedi 30 juin 2018, près de 2400 diplômés et leurs invités au grand auditorium de la Maison de la Radio à Paris. Les meilleurs moments en vidéo.

Lire la suite
Que peut faire le droit pour les animaux ?

Que peut faire le droit pour les animaux ?

Le combat pour limiter ou supprimer la souffrance animale est de le plus en plus présent dans le débat public. Expériences scientifiques, corrida ou encore foie gras sont l’objet de critiques insistantes. Des vidéos dénonçant les conditions de vie et de mort des animaux sont largement diffusées et le véganisme, encore confidentiel il y a quelques années, fait de plus en plus d’adeptes. Quel est l’apport du droit dans ce contexte ? Régis Bismuth, professeur à l’École de droit de Sciences Po et co-directeur de l’ouvrage Sensibilité animale. Perspectives juridiques (CNRS éd.) dresse un tableau des avancées des droits des animaux.

Lire la suite

"Emouna est une extraordinaire expérience !"

Ce mercredi 3 juillet, Sciences Po certifie la seconde promotion d’Emouna. Qu’est-ce que Emouna ? Une formation unique, née du souhait de plusieurs ministres du culte, - prêtre, imam, rabbin… -, de favoriser le dialogue entre religions, tout en s’interrogeant sur leurs places respectives au sein de la culture française. Deux années à peine après sa création, Emouna compte déjà une soixantaine de certifiés. Pauline Bebe, membre cofondateur* du programme, revient sur les moments forts de cette formation.

Lire la suite
Remise de diplômes 2018 : revoir les cérémonies

Remise de diplômes 2018 : revoir les cérémonies

Des étudiants brillants et engagés. Des invités d’honneurs inspirants. Des parents débordant de fierté. Consécration de l’année universitaire, la cérémonie du diplôme rassemblait, vendredi 29 et samedi 30 juin 2018, près de 2400 diplômés et leurs invités au grand auditorium de la Maison de la Radio à Paris. Quatre cérémonies exceptionnelles à revoir dans leur intégralité sur cette page et via le hashtag #scpograd2018.  

Lire la suite

Les étudiants chinois de 1878

Les étudiants chinois de 1878

À l’occasion de la remise des diplômes 2018, revenons 140 ans en arrière et plongeons dans les archives de 1878...Où l’on apprend que dans la toute jeune et atypique École Libre des Sciences Politiques, on cultive déjà l’international comme un atout. Et surprise ! On découvre dans les registres les copies de deux étudiants chinois, qui deviendront des diplomates célèbres sous la dynastie Qing...

Lire la suite