"Quoi de plus rhétorique qu'une scène de ménage ?"

Clément Viktorovitch, docteur en science politique et chercheur au CNRS (Laboratoire Communication et Politique) enseigne la rhétorique aux étudiants de Sciences Po. D'Aristote à Steve Jobs, il nous explique comment il apprend à convaincre. Un pouvoir puissant qu'il entend mettre à la portée de tous, convaincu qu'il est aussi essentiel à notre vie quotidienne qu'à la santé de notre démocratie. Entretien.

À quoi peut bien ressembler un cours de rhétorique en 2016 ?

Clément Viktorovitch : Il s’agit d’un atelier plutôt que d’un cours, et c’est précisément ce qui fait toute son originalité. On trouve, à l’université, des cours d’histoire ou de théorie de la rhétorique. L’art oratoire est par ailleurs enseigné au sein de nombreuses écoles ; les étudiants y apprennent à s’exprimer en public. A Sciences Po, nous avons imaginé un module combinant ces différentes approches, afin de proposer un cours pratique d’argumentation. L’objectif est d’amener les étudiants à présenter leurs idées et leurs propositions de la manière la plus impactante possible, pour gagner en capacité de conviction. Cet enseignement est désormais obligatoire en première année de Master Communication, ce qui en fait l’une des spécificités de l’École de la Communication.

Concrètement, comment fonctionnent les ateliers ?

C. V. : Nous travaillons dans l’alliance des contraires. La rhétorique est une discipline ancienne, dont les grandes notions n’ont pas beaucoup évolué depuis Aristote. Nous nous attachons toutefois à l’illustrer avec des exemples ultra-contemporains, issus tout à la fois des discours politiques, du cinéma, des séries et de la publicité. Par ailleurs, s’il est essentiel pour nous que les étudiants ressortent de l’atelier avec une solide armature conceptuelle, la théorie ne vaut que si elle est appliquée. Chaque séance pivote ainsi autour de nombreux exercices pratiques.

Quels genres d’exercices demandez-vous aux étudiants ?

C. V. : Nous proposons aux étudiants de se mettre en scène dans des situations très diverses : discours politique, communication de crise, présentation marketing, voire même oraison funèbre et discours de mariage. Nous travaillons d’autre part l’argumentation en interaction à travers, là encore, de nombreux cas pratiques : débats contradictoires, négociations, plaidoiries…Notre objectif est que les étudiants soient capables d’utiliser ces outils dans leur vie professionnelle, quels que soient leurs choix de carrière. Sans oublier non plus la vie de tous les jours ! Car la rhétorique est présente au cœur de notre quotidien. Nous ne cessons jamais d’argumenter. Après tout, quoi de plus rhétorique qu’une scène de ménage ou qu’un dîner de famille ?

Mais peut-on réellement apprendre à convaincre à tous les coups ?

C. V. : Non bien sûr, et heureusement ! Il n’existe pas de formule magique. La conviction n’est jamais assurée. Nous ne trouverons probablement jamais la pierre philosophale capable de transformer les « non » en « oui » ! En revanche, on peut apprendre à gagner en efficacité. Et pour cela il faut être capable de mobiliser les différentes dimensions de l’argumentation : les arguments que l’on avance, l’image que l’on renvoie, les émotions que l’on suscite. Il faut également apprendre à s’adapter à l’auditoire auquel on s’adresse. Force est de constater que cela fonctionne ! Au cours de l’atelier, tous les étudiants progressent, quel que soit leur niveau initial. Et j’ai parfois vu des rhéteurs catastrophiques se transformer, au fil des semaines, en de véritables Cicéron !

Vous enseignez donc l’art de la manipulation ?

C. V. : On peut présenter la rhétorique comme l’art de la manipulation. Mais, pour être un brin provocant : est-ce grave ? Si manipuler c’est avoir un impact sur un interlocuteur, alors nous ne pouvons pas communiquer sans nous inter-manipuler ! La véritable question est de savoir à quelles fins sont déployées les entreprises de conviction. Sont-elles mises au service d’une individualité égoïste, ou d’une vision du bien commun ? Dans cette perspective, nous sensibilisons les étudiants à une éthique de l’orateur. Et surtout, en enseignant l’emploi de ces techniques, nous enseignons aussi la capacité à s’en défendre. L’analyse du discours et l’exercice de la persuasion sont les deux faces d’une même pièce : on ne peut pas faire l’un sans faire l’autre.

La rhétorique comme outil d’auto-défense intellectuelle ?

C. V. : Exactement. C’est pourquoi je ne conçois pas la formation des élites sans l’éducation populaire. La rhétorique, c’est vrai, est un pouvoir que l’on acquiert sur autrui. Une fois que l’on a admis cela, il devient essentiel de partager ce pouvoir le plus largement possible. C’est à cette seule condition que nous parviendrons à faire émerger un débat public équitable et de qualité. L’enseignement que je propose s’inscrit au sein de cet idéal démocratique, selon lequel tous les citoyens devraient bénéficier des mêmes armes pour décrypter les discours et argumenter leurs idées. C’est dans ce cadre que j’ai impulsé deux initiatives. D’une part, l’association Aequivox, qui propose de la rhétorique une approche ludique et ouverte à tous. D’autre part, Politeia, la première université populaire intégralement consacrée aux savoirs politiques, que j’ai fondée en partenariat avec le Centre d’études européennes de Sciences Po et les bibliothèques de la ville de Paris,

À quelle personnalité publique d’aujourd’hui décernez-vous la meilleure note en rhétorique ?

C. V. : La politique continue d’apporter son lot de bons rhéteurs. Nicolas Sarkozy, par exemple, est un orateur né, capable de soulever les foules. François Hollande est plus irrégulier, mais il s’est illustré par de véritables coups de génie, et son humour fait souvent mouche. Marine Le Pen se distingue par son sens de la formule et sa capacité mobiliser les émotions de ses auditeurs. Quant à Jean-Luc Mélenchon, c’est le tribun de la Troisième République ressuscité : un esthète de la métaphore, capable de parler des heures sans notes. Dans un autre registre, on peut citer Steve Jobs, dont la technicité rhétorique était irréprochable, ou encore le comédien Alexandre Astier, qui s’est hissé à une maîtrise virtuose du langage familier. Un « parler vrai » réussi, à faire pâlir d’envie nombre de responsables politiques...

En savoir plus

Engagé pour l’Afrique

Engagé pour l’Afrique

Il vient du Burkina Faso et travaille sur un projet pour faciliter l’accès à l’eau dans son village. Romaric Compaoré fait partie de la première promotion des boursiers Sciences Po - MasterCard Foundation, un programme qui permet d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés.

Lire la suite
Mieux comprendre la finance pour mieux la réguler

Mieux comprendre la finance pour mieux la réguler

L’École de droit et l’École du management et de l’innovation de Sciences Po créent le premier cursus intégré qui combine une formation en droit et une formation en finance au sein d’un même établissement. Ce master joint en trois ans est destiné aux étudiants de Licence 3 (ou niveau équivalent), et ne nécessite aucun prérequis en droit ou en finance à l’entrée de la formation. La première promotion fera sa rentrée en septembre 2018. Entretien croisé avec Christophe Jamin, doyen de l’École de droit, et Marie-Laure Djelic, co-doyenne de l’École du management et de l’innovation, qui assurent la direction scientifique de ce programme.

Lire la suite
Docteurs honoris causa : 3 profils exceptionnels

Docteurs honoris causa : 3 profils exceptionnels

Après Vaclav Havel, Boutros Boutros Ghali ou Lakhdar Brahimi, Sciences Po s’apprête à honorer, le 12 décembre, trois nouveaux docteurs honoris causa. Une promotion 2017 exceptionnelle à plus d’un titre. D’abord parce qu’elle distinguera deux femmes, qui rejoignent Helen Wallace, première Docteure honorée en 2011. C’est également la première fois que Sciences Po décerne ce titre à un universitaire d’Afrique subsaharienne. Trois profils remarquables et inédits à découvrir ci-dessous.

Lire la suite
Quartiers fragiles

Quartiers fragiles

Année après année, les politiques dédiées aux quartiers dits “sensibles” s’enchaînent et… rien ne semble changer. Clément Boisseuil, chercheur au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po (CEE) s’est intéressé à l’application de ces politiques, en comparant les méthodes utilisées à Chicago et à Paris. Il nous explique pourquoi une telle différence entre les objectifs affichés et des résultats mitigés.

Lire la suite
Sociologie et basket-ball

Sociologie et basket-ball

Après avoir étudié pendant deux années sur le campus de Reims, Lukas Noah Drammeh s’est envolé pour les États-Unis où il effectue actuellement sa troisième année à l’Université de Caroline du Nord, à Chapel Hill. L’occasion d’approfondir ses connaissances en sociologie et en études afro-américaines, mais aussi de réaliser un vieux rêve : intégrer une équipe de basket-ball réputée et jouer une saison sur le sol américain. Portrait vidéo d’un fan de basket.

Lire la suite
Apprendre, ça s’apprend

Apprendre, ça s’apprend

Comment apprendre à apprendre ? C'est le défi de tout élève, en particulier au moment de l'arrivée dans l'enseignement supérieur. Sciences Po a mis en place depuis septembre 2017 une innovation pédagogique qui apporte des réponses pratiques à ce défi :  des cours inédits baptisés "ateliers de métacognition". Objectif de ces séances : mieux connaître le fonctionnement de son cerveau pour améliorer ses stratégies d’apprentissage. 

Lire la suite
Tous inégaux face aux banques ?

Tous inégaux face aux banques ?

Besoin d’un crédit bancaire ? Mieux vaut être un homme blanc. C’est le résultat d’une large opération de test de discrimination menée à l’initiative de la municipalité de Villeurbanne auprès des banques locales. Jeanne Lazarus, sociologue au Centre de sociologie des organisations de Sciences Po (CSO) qui travaille sur les rapports des citoyens aux institutions monétaires, faisait partie du comité scientifique de ce testing. Elle commente les résultats de cette opération.

Lire la suite
Travailler le dimanche est-il vraiment utile ?

Travailler le dimanche est-il vraiment utile ?

Travailler le dimanche est-il utile ? Non, répondent Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard dans leur dernier ouvrage Les Batailles du dimanche. Dépassant les habituels clivages idéologiques, les deux sociologues ont analysé le travail dominical sous l’angle de son utilité sociale. Interview de Laurent Lesnard, chercheur à l’Observatoire sociologique du changement (OSC) de Sciences Po.

Lire la suite
Christian Dior, un alumnus toujours à la mode

Christian Dior, un alumnus toujours à la mode

Par Serge Carreira, enseignant à Sciences Po. Qui se doute aujourd’hui que Christian Dior a fait un passage à Sciences Po ? Entré rue Saint-Guillaume sous la pression familiale, il a fui aussitôt une carrière de diplomate toute tracée pour le destin de créateur que l’on sait. À l’occasion de l’exposition qui lui est consacrée jusqu’en janvier au musée des Arts Décoratifs, retour sur un alumnus en avance sur son temps, qui a traversé les modes et les époques. Et se serait peut-être davantage épanoui dans le Sciences Po de 2017 ?

Lire la suite