"Quoi de plus rhétorique qu'une scène de ménage ?"

Clément Viktorovitch, docteur en science politique et chercheur au CNRS (Laboratoire Communication et Politique) enseigne la rhétorique aux étudiants de Sciences Po. D'Aristote à Steve Jobs, il nous explique comment il apprend à convaincre. Un pouvoir puissant qu'il entend mettre à la portée de tous, convaincu qu'il est aussi essentiel à notre vie quotidienne qu'à la santé de notre démocratie. Entretien.

À quoi peut bien ressembler un cours de rhétorique en 2016 ?

Clément Viktorovitch : Il s’agit d’un atelier plutôt que d’un cours, et c’est précisément ce qui fait toute son originalité. On trouve, à l’université, des cours d’histoire ou de théorie de la rhétorique. L’art oratoire est par ailleurs enseigné au sein de nombreuses écoles ; les étudiants y apprennent à s’exprimer en public. A Sciences Po, nous avons imaginé un module combinant ces différentes approches, afin de proposer un cours pratique d’argumentation. L’objectif est d’amener les étudiants à présenter leurs idées et leurs propositions de la manière la plus impactante possible, pour gagner en capacité de conviction. Cet enseignement est désormais obligatoire en première année de Master Communication, ce qui en fait l’une des spécificités de l’École de la Communication.

Concrètement, comment fonctionnent les ateliers ?

C. V. : Nous travaillons dans l’alliance des contraires. La rhétorique est une discipline ancienne, dont les grandes notions n’ont pas beaucoup évolué depuis Aristote. Nous nous attachons toutefois à l’illustrer avec des exemples ultra-contemporains, issus tout à la fois des discours politiques, du cinéma, des séries et de la publicité. Par ailleurs, s’il est essentiel pour nous que les étudiants ressortent de l’atelier avec une solide armature conceptuelle, la théorie ne vaut que si elle est appliquée. Chaque séance pivote ainsi autour de nombreux exercices pratiques.

Quels genres d’exercices demandez-vous aux étudiants ?

C. V. : Nous proposons aux étudiants de se mettre en scène dans des situations très diverses : discours politique, communication de crise, présentation marketing, voire même oraison funèbre et discours de mariage. Nous travaillons d’autre part l’argumentation en interaction à travers, là encore, de nombreux cas pratiques : débats contradictoires, négociations, plaidoiries…Notre objectif est que les étudiants soient capables d’utiliser ces outils dans leur vie professionnelle, quels que soient leurs choix de carrière. Sans oublier non plus la vie de tous les jours ! Car la rhétorique est présente au cœur de notre quotidien. Nous ne cessons jamais d’argumenter. Après tout, quoi de plus rhétorique qu’une scène de ménage ou qu’un dîner de famille ?

Mais peut-on réellement apprendre à convaincre à tous les coups ?

C. V. : Non bien sûr, et heureusement ! Il n’existe pas de formule magique. La conviction n’est jamais assurée. Nous ne trouverons probablement jamais la pierre philosophale capable de transformer les « non » en « oui » ! En revanche, on peut apprendre à gagner en efficacité. Et pour cela il faut être capable de mobiliser les différentes dimensions de l’argumentation : les arguments que l’on avance, l’image que l’on renvoie, les émotions que l’on suscite. Il faut également apprendre à s’adapter à l’auditoire auquel on s’adresse. Force est de constater que cela fonctionne ! Au cours de l’atelier, tous les étudiants progressent, quel que soit leur niveau initial. Et j’ai parfois vu des rhéteurs catastrophiques se transformer, au fil des semaines, en de véritables Cicéron !

Vous enseignez donc l’art de la manipulation ?

C. V. : On peut présenter la rhétorique comme l’art de la manipulation. Mais, pour être un brin provocant : est-ce grave ? Si manipuler c’est avoir un impact sur un interlocuteur, alors nous ne pouvons pas communiquer sans nous inter-manipuler ! La véritable question est de savoir à quelles fins sont déployées les entreprises de conviction. Sont-elles mises au service d’une individualité égoïste, ou d’une vision du bien commun ? Dans cette perspective, nous sensibilisons les étudiants à une éthique de l’orateur. Et surtout, en enseignant l’emploi de ces techniques, nous enseignons aussi la capacité à s’en défendre. L’analyse du discours et l’exercice de la persuasion sont les deux faces d’une même pièce : on ne peut pas faire l’un sans faire l’autre.

La rhétorique comme outil d’auto-défense intellectuelle ?

C. V. : Exactement. C’est pourquoi je ne conçois pas la formation des élites sans l’éducation populaire. La rhétorique, c’est vrai, est un pouvoir que l’on acquiert sur autrui. Une fois que l’on a admis cela, il devient essentiel de partager ce pouvoir le plus largement possible. C’est à cette seule condition que nous parviendrons à faire émerger un débat public équitable et de qualité. L’enseignement que je propose s’inscrit au sein de cet idéal démocratique, selon lequel tous les citoyens devraient bénéficier des mêmes armes pour décrypter les discours et argumenter leurs idées. C’est dans ce cadre que j’ai impulsé deux initiatives. D’une part, l’association Aequivox, qui propose de la rhétorique une approche ludique et ouverte à tous. D’autre part, Politeia, la première université populaire intégralement consacrée aux savoirs politiques, que j’ai fondée en partenariat avec le Centre d’études européennes de Sciences Po et les bibliothèques de la ville de Paris,

À quelle personnalité publique d’aujourd’hui décernez-vous la meilleure note en rhétorique ?

C. V. : La politique continue d’apporter son lot de bons rhéteurs. Nicolas Sarkozy, par exemple, est un orateur né, capable de soulever les foules. François Hollande est plus irrégulier, mais il s’est illustré par de véritables coups de génie, et son humour fait souvent mouche. Marine Le Pen se distingue par son sens de la formule et sa capacité mobiliser les émotions de ses auditeurs. Quant à Jean-Luc Mélenchon, c’est le tribun de la Troisième République ressuscité : un esthète de la métaphore, capable de parler des heures sans notes. Dans un autre registre, on peut citer Steve Jobs, dont la technicité rhétorique était irréprochable, ou encore le comédien Alexandre Astier, qui s’est hissé à une maîtrise virtuose du langage familier. Un « parler vrai » réussi, à faire pâlir d’envie nombre de responsables politiques...

En savoir plus

“Ce campus est un incroyable microcosme culturel

“Ce campus est un incroyable microcosme culturel"

Parmi tous les campus de Sciences Po, celui du Havre est un peu le campus des arts. Visiblement inspirés par l’air du large, les étudiants du Collège universitaire (1er cycle) le choisissent pour le programme Europe-Asie bien sûr, mais aussi pour son intense activité créative. Entretien avec Sixtine Le Bourdonnec, présidente du Bureau des Arts du campus en 2015/2016.

Lire la suite
Présidentielles en Autriche : du catastrophisme au soulagement ? Pas si vite !

Présidentielles en Autriche : du catastrophisme au soulagement ? Pas si vite !

Après un suspense de vingt-quatre heures, les résultats ont enfin été rendus publics ce lundi 23 mai : pour les six prochaines années, la République d’Autriche aura pour président non pas le favori, Norbert Hofer du FPÖ, mais le candidat écologiste, Alexander Van der Bellen. Le professeur d’économie, challenger du premier tour (il avait réuni un peu plus de 20 % des voix) devance de quelques dizaines de milliers de voix issues du vote par correspondance le candidat du parti de la Liberté d’Autriche qui avait, quant à lui, distancé tous ses rivaux à plus de 36 % des voix au premier tour.

Lire la suite
Pourquoi l’État veut gouverner nos comportements

Pourquoi l’État veut gouverner nos comportements

"Manger, bouger", "J'éco-rénove, j'économise", "Les médicaments génériques, c’est génial", "Fumer tue" : Que fait l’État lorsqu’il s’immisce ainsi dans nos vies privées et cherche à orienter nos pratiques ? La sociologue Sophie Dubuisson-Quellier, auteur de l’ouvrage Gouverner les conduites qui vient de paraître aux Presses de Sciences Po,   revient sur ces politiques qui visent autant à façonner le citoyen-consommateur qu’à intervenir sur l’économie.

Lire la suite
Sciences Po parmi les meilleures institutions de recherche en économie au monde

Sciences Po parmi les meilleures institutions de recherche en économie au monde

Les classements Ideas 2016 de la recherche en économie viennent d’être publiés. Établis à partir de la base de données Repec (Research papers in economics), ils se fondent sur les publications et citations scientifiques des dix dernières années. Sciences Po s'y classe parmi les 5% des meilleures institutions de recherche en économie au monde, aux côtés d’Harvard, la première, du Massachussets Institute of Technology (MIT) et de la London School of Economics (LSE).

Lire la suite

"Le blasphème est autant politique que religieux"

Dans son ouvrage, Les bûchers de la liberté, Anastasia Colosimo, doctorante à Sciences Po, analyse la notion de blasphème - d'une actualité brûlante - et ses évolutions. Elle révèle à quel point son usage reste ancré, alors même qu’il aurait dû disparaître dans des sociétés laïques. Et combien ses nouvelles acceptions peuvent s’avérer dangereuses. Explications.  

Lire la suite

"Faire des cartes, c’est acquérir un regard critique"

L’atelier de cartographie de Sciences Po fêtait ses 20 ans en 2015. Depuis sa création, il a imposé la carte comme un outil pédagogique innovant et interdisciplinaire, une marque de fabrique de la formation à Sciences Po. Un savoir-faire unique mis à disposition du grand public grâce à une cartothèque en ligne qui vient de faire peau neuve. Retour sur cette aventure de passionnés avec Patrice Mitrano, géographe-cartographe à l’atelier depuis 18 ans.

Lire la suite
“Génération Erasmus” au pouvoir : 3 questions à Sandro Gozi

“Génération Erasmus” au pouvoir : 3 questions à Sandro Gozi

Sandro Gozi, secrétaire d’État italien aux affaires européennes - et enseignant à Sciences Po depuis une quinzaine d'années - donnera une conférence le 18 mai 2016 sur le thème de son dernier livre, intitulé Génération Erasmus. Ils sont déjà au pouvoir (éd. Plon). Dans cet ouvrage, il met en lumière l'arrivée d'une nouvelle génération de dirigeants, anciens Erasmus comme lui, qui renouvellent les perspectives d'avenir pour l'Union. Entretien. 

Lire la suite
Le retour inattendu de la tolérance

Le retour inattendu de la tolérance

Tous les ans, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) remet au premier ministre un rapport sur « La lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie », qui dresse le bilan tant des actes racistes – tels que les recense le ministère de l’Intérieur – que des préjugés, mesurés depuis 1990 par un sondage auprès d’un échantillon national représentatif de la population adulte résidant en France métropolitaine.

Lire la suite