Qu'importe le flacon, pourvu qu'on aille à Reims

Le Sciences Po International Tasting, ou SPIT pour les intimes, est le plus grand concours étudiant de dégustation de vin en France. La 8ème édition de cette compétition internationale a eu lieu les 1er & 2 avril 2016 sur le campus de Sciences Po à Reims, au pays du Champagne. Récit d'un rendez-vous qui rassemble des passionnés du monde entier. 

In vino veritas : dans le vin, la vérité. Pour les passionnés de grands vins qui ont pu mesurer leurs qualités de dégustateurs au cours du Sciences Po International Tasting, le dicton a acquis une nouvelle signification. Cette fameuse locution latine renvoie aussi au nom de l’association d’œnologie de Sciences Po, qui organisait ce concours de dégustation pour la 8e année consécutive, les 1er et 2 avril 2016, au pays du Champagne. À la recherche de la vérité dans le vin, entre Reims, Aÿ et les prestigieuses Caves Legrand à Paris, 12 équipes du monde entier ont dévolu leur week-end à l’art de la dégustation.

Le concours de dégustation étudiant le plus réputé de France

Le Sciences Po International Tasting, ou "SPIT" pour les intimes, est le concours de dégustation étudiant le plus réputé de France. Cette année, la compétition rassemblait six écoles françaises et six universités étrangères*. Et pour la première fois depuis sa création, une équipe asiatique, celle de l’Université Chinoise de Hong Kong, était présente. Les festivités ont débuté le vendredi soir sur le campus de Sciences Po à Reims, dans une salle des Actes richement ornementée, où les participants eurent la chance de déguster un florilège de vins de haute volée.

Le concours en lui-même n’a commencé que le lendemain. Sous l’œil d’un jury de professionnels du monde du vin**, les participants se sont d’abord affrontés autour d’une série de questions théoriques sur des grands crus de champagnes Bollinger, puis autour de trois vins blancs sur la thématique « le long du Rhin ». Trois vins rouges issus d’un unique cépage, le pinot noir, clôturaient la phase des qualifications. Les trois meilleures équipes – Oxford, Cambridge et l’EM Lyon – se sont départagées lors d’une finale d’exception qui fut l’occasion de découvrir deux nectars mythiques : un Bollinger Vieilles Vignes Françaises 1985 et un Château Climens 1975. L’équipe de l’EM Lyon l’a finalement emporté d’une courte tête, soulignant l’exceptionnelle qualité des équipes en présence.

12 équipes du monde entier

Comme en 2015, le cocktail d’ouverture du concours s’est tenu le vendredi 1er avril sur le campus de Reims, qui accueille les programmes Europe-Amérique et Europe-Afrique du Collège universitaire, le premier cycle de Sciences Po. « C’est en faisant rayonner l’événement sur les différents campus de Sciences Po que le concours étendra son engouement et son audience », explique Ségolène Bon, membre de l’équipe d’organisation du SPIT. « Le caractère international de l’événement est notre ambition première. Nous organisons des dégustations ouvertes à tous à Sciences Po une à deux fois par semaine. Notre objectif est de nous rapprocher de notre équivalent rémois, le Champagne Tasting Club et d’organiser des événements ensemble. »

L’internationalisation croissante du SPIT est apparue comme une évidence lors de cette édition. Entre la préférence d’un William Kinney Jr, étudiant à Cornell University, pour les vins espagnols, et l’amour d’un Ronald Chan, étudiant à la Chinese University of Hong Kong, pour la complexité des vins de Bourgogne, c’est un très riche dialogue entre étudiants et vins du monde entier qui s’est noué lors de ces deux jours.

Le prestigieux président du jury, Andreas Larsson, élu meilleur sommelier du monde en 2007, était enthousiaste à l’idée d’évaluer pour la première fois des étudiants pour leurs compétences en dégustation. « Ce concours est une excellente initiative », a-t-il estimé.

Ce sont des voies très différentes qui ont mené ces étudiants à découvrir et à aimer le vin. Contrairement à certains membres de l’association In Vino Veritas, comme Jean-Quentin Prats qui a « quasiment grandi dans un vignoble », beaucoup d’étudiants ont rencontré l’art de la dégustation plus tardivement. Robin Lenfant, un des vainqueurs de l’EM Lyon, en apprécie le côté « convivial et grisant. C’est une façon ludique d’approfondir nos connaissances autour du vin ».

"Le vin est une école de la vie"

Pour les membres de l’équipe de Cornell University, c’est un cours avec un de leurs professeurs favoris qui a été à l’origine de leur passion pour le vin. Pour l’équipe de Saint-Andrews, dont deux membres participaient pour la première fois au SPIT, ce concours est avant tout un évènement passionnant qui leur offre l’opportunité de découvrir Reims et ses trésors, dont le campus de Sciences Po.

L’équipe d’organisation a désormais les yeux rivés sur les prochaines éditions. Ségolène Bon souhaiterait organiser un jour une sélection plus ardue pour les équipes souhaitant participer au concours. Elle espère aussi une encore plus grande présence internationale avec des équipes venant des quatre coins du globe. Mais l’équipe du SPIT a déjà de quoi être fière de cette édition 2016: dans la sublime salle des Actes résonnant de conversations dans toutes les langues, une coupe de champagne à la main, elle peut savourer la récompense de ces mois de travail acharné. Un photographe, recruté pour l’occasion, immortalise les équipes, toutes prêtes à défendre avec acharnement les couleurs de leur université. Comme Andreas Larsson l’a souligné dans son discours plus tôt dans la soirée, le vin est une « école de vie…et un immense plaisir ». Partager cette passion avec une partie toujours plus importante du globe est le défi à poursuivre pour les années à venir pour les étudiants du SPIT. Espérons qu’elle soit célébrée pour de nombreuses années encore dans l’atmosphère pétillante de Reims.

Par Sarah Klena et Marion Lefèvre, étudiantes du campus de Sciences Po à Reims et journalistes du Sundial Press.

Traduit de l’anglais par Marion Lefèvre et Baudouin de Dreuille.

*Les écoles et universités en compétition étaient l’École Normale Supérieure, l'EM Lyon, l'ESSEC, l'ESTP, Polytechnique et HEC en France, et Cambridge University (UK), Copenhagen Business School (Danemark), Cornell University (USA), Chinese University of Hong Kong (Hong Kong), Oxford University (UK), et St Andrews (Scotland, UK). 

**Le jury était composé d’Andreas Larsson (meilleur sommelier du monde 2007), Angélique de Lencquesaing (cofondatrice d’IdealWine), Joëlle Weiss Boisson (journaliste à Terres de Vins), Jérôme Philipon (président de Champagne Bollinger), Gilles Descotes (Chef de Caves chez Bollinger) et Franck Ramage (responsable du département vins de l’École Le Cordon Bleu).

En savoir plus

Rendez-vous sur la page Facebook du SPIT. 

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

Envie de faire une thèse en sociologie ? Discipline-phare enseignée dès le Collège universitaire, la sociologie est aussi l’un des piliers de la recherche à Sciences Po. Comment la pratique-t-on ? Comment trouver un sujet de thèse dans cette discipline ? Les conseils et réponses de Ettore Recchi, sociologue et directeur des études doctorales en sociologie. 

Lire la suite
Que peut faire le droit pour les animaux ?

Que peut faire le droit pour les animaux ?

Le combat pour limiter ou supprimer la souffrance animale est de le plus en plus présent dans le débat public. Expériences scientifiques, corrida ou encore foie gras sont l’objet de critiques insistantes. Des vidéos dénonçant les conditions de vie et de mort des animaux sont largement diffusées et le véganisme, encore confidentiel il y a quelques années, fait de plus en plus d’adeptes. Quel est l’apport du droit dans ce contexte ? Régis Bismuth, professeur à l’École de droit de Sciences Po et co-directeur de l’ouvrage Sensibilité animale. Perspectives juridiques (CNRS éd.) dresse un tableau des avancées des droits des animaux.

Lire la suite
“Guérir le capitalisme”

“Guérir le capitalisme”

Transition économique, transition sociétale, politique ou encore écologique... Et si tout cela était lié ? “Une société doit placer l’humain au coeur de son développement. Pour moi, c'est cela le vrai sens de "être libéral”", rappelle Marie-Laure Djelic. Chaque semaine, dans son cours “The Great Transition”, Marie-Laure Djelic invite les étudiants de Sciences Po à interroger les transformations du capitalisme. Avec un objectif : repenser notre modèle économique pour qu’il devienne plus humain et durable.

Lire la suite
“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

Se lancer dans l’entrepreneuriat, négocier son salaire, accéder à des responsabilités… Comment aider les femmes à atteindre des postes de leadership ? Mieux comprendre les freins auxquels les femmes sont confrontées et mener des actions pour les lever, c’est l’objectif de la nouvelle “Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes” lancée par Sciences Po. Interview avec Anne Boring, chercheuse spécialisée dans l’analyse des inégalités femmes-hommes dans le monde du travail et responsable de la Chaire.

Lire la suite
Le bilan très lourd de la politique migratoire

Le bilan très lourd de la politique migratoire

L’Europe est devenue aujourd’hui la première destination mondiale de l’immigration en termes de flux. Face au drame qui se joue chaque jour en Méditerranée, le continent devrait-il ouvrir plus largement ses frontières ? Si oui, à quelles conditions ? Chaque semaine, dans son cours “Migrations”, Catherine de Wenden analyse avec les étudiants les enjeux de la crise migratoire dans une perspective transversale et comparatiste. Replacer l’immigration dans son contexte historique, analyser les politiques d’accueil qui fonctionnent, rappeler qu’une frontière n’est pas que territoriale mais aussi culturelle... Ou comment apprendre aux étudiants à penser un enjeu contemporain aux solutions infiniment complexes.

Lire la suite
« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

Par Alizée Delpierre (CSO). Une jeune Parisienne construisant un dispensaire dans une région désertique de l’Inde, un Danois à peine sorti du lycée forant un puits au fin fond du Ghana, un groupe d’Italiens tout sourires, posant pour l’objectif dans une rizière du Mékong… qui n’a pas été un jour confronté à l’idée de voyager en offrant ses services et son aide à l’autre bout du monde ?

Lire la suite

"Être libre de choisir sa propre vie"

Que signifie être libéral ? Dans son cours “Introduction à la pensée libérale”, le philosophe Gaspard Koenig explore les facettes d’une notion si familière qu’on en oublie l’histoire, la complexité et la profondeur. Car le libéralisme, c'est avant tout une “doctrine de l’individu”, dont les contours et le sens varient en fonction des cultures, des pays, et des courants de pensée. Un cours de philosophie, en sorte, bien plus que de politique.

Lire la suite
Les multiples trajectoires des printemps arabes

Les multiples trajectoires des printemps arabes

Printemps 2011. Le monde arabe est secoué par des mouvements contestataires. Rapidement, certains “Printemps” se transforment en cauchemars, d’autres donnent naissance à des régimes démocratiques, d’autres encore tournent court. Pourquoi des trajectoires si différentes ? Entretien avec Eberhard Kienle, directeur de recherche au CERI, ancien directeur de l’Institut français du Proche-Orient et auteur de “The Arab Uprisings. Transforming and Challenging State Power”.

Lire la suite