Quels sont les liens entre politique et croyance ?

Dans l’essai collectif Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance (éd. Presses de Sciences Po), Anne Muxel, chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), a réuni plusieurs contributions sur les ressorts de la croyance dans nos sociétés contemporaines. Des fake news à l’engagement djihadiste, un ouvrage qui met en évidence les liens intimes qu’entretiennent croyance et vérité. Interview.

Qu’est-ce qu’une croyance ? Croit-on encore dans la France d’aujourd’hui ?

La croyance est une matrice au sein de laquelle se développent les mentalités et les représentations d’une société à un moment donné de son histoire. Elle exprime les répertoires de sens et les cartes mentales auxquels font appel les individus pour se repérer dans le monde social et politique. La croyance a plusieurs dimensions : elle est un dispositif qui nourrit et articule la capacité de croire et de faire croire, mais aussi la certitude et le doute en tant que forces de subversion. Se passer de croire est une éventualité peu réaliste, voire impossible. Certes, la société française figure parmi les plus sécularisées d’Europe, mais les croyances n’ont pas disparu, loin de là. Cependant, elles sont de plus en plus éclatées, compartimentées. Elles s’expriment au travers d’une mosaïque de références, de modèles et  de finalités. Même les croyances collectives - par exemple le rapport aux idéologies ou à des valeurs telles que les droits de l’homme - se sont particularisées et individualisées.

Votre ouvrage fait appel à des domaines tels que la littérature et les arts visuels (cinéma, peinture). En quoi le rapprochement de ces disciplines avec les sciences sociales et humaines est-il fécond ?

Ce livre propose en effet d’éclairer les mutations et les recompositions de la croyance à partir d’une diversité de regards. La croyance opère dans tous les secteurs de la vie sociale, de la famille à la politique, en passant par les choix privés, religieux, et culturels. On pourra lire des chapitres très divers, portant sur la représentation de la prière dans l’histoire de la peinture, sur la manière de mettre en scène le pouvoir au cinéma, sur la difficile transaction des enfants de collaborateurs avec ce à quoi avaient pu croire leurs parents, ou encore sur la façon dont les mères considèrent l’engagement djihadiste de leurs enfants. 

Vous montrez un lien entre croyance et politique….

Un certain nombre de contributions mettent en évidence une prolifération des institutions du croire, et donc des croyances, qui vont de pair avec un affaiblissement de la croyance en la politique. Les nouvelles formes du populisme par exemple, accompagne le déclin des idéologies politiques constituées, tout en promouvant une idéologie faible, éclectique, capable de répondre à la diversité des frustrations et des malaises identitaires. Nul étonnement à ce qu’il attire notamment les jeunes générations.

Comment situez-vous cet ouvrage par rapport aux deux précédents que vous avez aussi dirigés à savoir “La vie privée des convictions” et “Temps et politique. Les recompositions de l’identité” ?

Les trois constituent une série qui résulte d’un travail sur la thématique « Politique, affectivité, intimité » que j’ai conduit ces cinq dernières années. Le but était de déporter certains questionnements de science politique en s’appuyant sur des champs disciplinaires tels que l’histoire, la psychanalyse, la philosophie ou encore la littérature et le cinéma, et d’étudier la construction des identités politiques, la temporalité et la durabilité des engagements, ou encore la fin des idéologies, sous des angles encore peu explorés. Dans “La vie privée des convictions” nous analysons les liens entre sphère privée et sphère publique, à ce que j’ai appelé la « politisation intime » des individus.  Nous y démontrons que chacun élabore ses choix à partir de critères fondés sur des notions de ressemblance et de proximité. Ce qui fait que la sphère privée est un terrain à part entière de l’aventure démocratique. Dans “Temps et politique. Les recompositions de l’identité” nous nous penchons sur les recompositions des identités politiques et l’impact des temporalités historiques, sociales et biographiques sur le rapport au politique. Il met au jour la manière dont le politique est travaillé par le temps, qu'il s’agisse du temps collectif des générations ou de celui, plus intime, des âges de la vie. “Croire et faire croire” clôt cette série en s’attaquant à un socle essentiel de l’ordre social et politique : la croyance.

À lire

Anne Muxel (dir.), Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance, Presses de Sciences Po. Avec : Vincent de Gaulejac, Bertrand Delais, Gil Delannoi, Marie Gautheron, Janine Mossuz-Lavau, Janie Pélabay, Pascal Perrineau, Myriam Revault d'Allonnes, Carole Widmaier, Annette Wieviorka

Retrouvez Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance, en prêt à la bibliothèque, ainsi qu’à la librairie de Sciences Po.

Abonnez-vous à nos newsletters !

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

Envie de faire une thèse en sociologie ? Discipline-phare enseignée dès le Collège universitaire, la sociologie est aussi l’un des piliers de la recherche à Sciences Po. Comment la pratique-t-on ? Comment trouver un sujet de thèse dans cette discipline ? Les conseils et réponses de Ettore Recchi, sociologue et directeur des études doctorales en sociologie. 

Lire la suite
Que peut faire le droit pour les animaux ?

Que peut faire le droit pour les animaux ?

Le combat pour limiter ou supprimer la souffrance animale est de le plus en plus présent dans le débat public. Expériences scientifiques, corrida ou encore foie gras sont l’objet de critiques insistantes. Des vidéos dénonçant les conditions de vie et de mort des animaux sont largement diffusées et le véganisme, encore confidentiel il y a quelques années, fait de plus en plus d’adeptes. Quel est l’apport du droit dans ce contexte ? Régis Bismuth, professeur à l’École de droit de Sciences Po et co-directeur de l’ouvrage Sensibilité animale. Perspectives juridiques (CNRS éd.) dresse un tableau des avancées des droits des animaux.

Lire la suite
“Guérir le capitalisme”

“Guérir le capitalisme”

Transition économique, transition sociétale, politique ou encore écologique... Et si tout cela était lié ? “Une société doit placer l’humain au coeur de son développement. Pour moi, c'est cela le vrai sens de "être libéral”", rappelle Marie-Laure Djelic. Chaque semaine, dans son cours “The Great Transition”, Marie-Laure Djelic invite les étudiants de Sciences Po à interroger les transformations du capitalisme. Avec un objectif : repenser notre modèle économique pour qu’il devienne plus humain et durable.

Lire la suite
“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

Se lancer dans l’entrepreneuriat, négocier son salaire, accéder à des responsabilités… Comment aider les femmes à atteindre des postes de leadership ? Mieux comprendre les freins auxquels les femmes sont confrontées et mener des actions pour les lever, c’est l’objectif de la nouvelle “Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes” lancée par Sciences Po. Interview avec Anne Boring, chercheuse spécialisée dans l’analyse des inégalités femmes-hommes dans le monde du travail et responsable de la Chaire.

Lire la suite
Le bilan très lourd de la politique migratoire

Le bilan très lourd de la politique migratoire

L’Europe est devenue aujourd’hui la première destination mondiale de l’immigration en termes de flux. Face au drame qui se joue chaque jour en Méditerranée, le continent devrait-il ouvrir plus largement ses frontières ? Si oui, à quelles conditions ? Chaque semaine, dans son cours “Migrations”, Catherine de Wenden analyse avec les étudiants les enjeux de la crise migratoire dans une perspective transversale et comparatiste. Replacer l’immigration dans son contexte historique, analyser les politiques d’accueil qui fonctionnent, rappeler qu’une frontière n’est pas que territoriale mais aussi culturelle... Ou comment apprendre aux étudiants à penser un enjeu contemporain aux solutions infiniment complexes.

Lire la suite
« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

Par Alizée Delpierre (CSO). Une jeune Parisienne construisant un dispensaire dans une région désertique de l’Inde, un Danois à peine sorti du lycée forant un puits au fin fond du Ghana, un groupe d’Italiens tout sourires, posant pour l’objectif dans une rizière du Mékong… qui n’a pas été un jour confronté à l’idée de voyager en offrant ses services et son aide à l’autre bout du monde ?

Lire la suite

"Être libre de choisir sa propre vie"

Que signifie être libéral ? Dans son cours “Introduction à la pensée libérale”, le philosophe Gaspard Koenig explore les facettes d’une notion si familière qu’on en oublie l’histoire, la complexité et la profondeur. Car le libéralisme, c'est avant tout une “doctrine de l’individu”, dont les contours et le sens varient en fonction des cultures, des pays, et des courants de pensée. Un cours de philosophie, en sorte, bien plus que de politique.

Lire la suite
Les multiples trajectoires des printemps arabes

Les multiples trajectoires des printemps arabes

Printemps 2011. Le monde arabe est secoué par des mouvements contestataires. Rapidement, certains “Printemps” se transforment en cauchemars, d’autres donnent naissance à des régimes démocratiques, d’autres encore tournent court. Pourquoi des trajectoires si différentes ? Entretien avec Eberhard Kienle, directeur de recherche au CERI, ancien directeur de l’Institut français du Proche-Orient et auteur de “The Arab Uprisings. Transforming and Challenging State Power”.

Lire la suite