Quels sont les liens entre politique et croyance ?

Dans l’essai collectif Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance (éd. Presses de Sciences Po), Anne Muxel, chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), a réuni plusieurs contributions sur les ressorts de la croyance dans nos sociétés contemporaines. Des fake news à l’engagement djihadiste, un ouvrage qui met en évidence les liens intimes qu’entretiennent croyance et vérité. Interview.

Qu’est-ce qu’une croyance ? Croit-on encore dans la France d’aujourd’hui ?

La croyance est une matrice au sein de laquelle se développent les mentalités et les représentations d’une société à un moment donné de son histoire. Elle exprime les répertoires de sens et les cartes mentales auxquels font appel les individus pour se repérer dans le monde social et politique. La croyance a plusieurs dimensions : elle est un dispositif qui nourrit et articule la capacité de croire et de faire croire, mais aussi la certitude et le doute en tant que forces de subversion. Se passer de croire est une éventualité peu réaliste, voire impossible. Certes, la société française figure parmi les plus sécularisées d’Europe, mais les croyances n’ont pas disparu, loin de là. Cependant, elles sont de plus en plus éclatées, compartimentées. Elles s’expriment au travers d’une mosaïque de références, de modèles et  de finalités. Même les croyances collectives - par exemple le rapport aux idéologies ou à des valeurs telles que les droits de l’homme - se sont particularisées et individualisées.

Votre ouvrage fait appel à des domaines tels que la littérature et les arts visuels (cinéma, peinture). En quoi le rapprochement de ces disciplines avec les sciences sociales et humaines est-il fécond ?

Ce livre propose en effet d’éclairer les mutations et les recompositions de la croyance à partir d’une diversité de regards. La croyance opère dans tous les secteurs de la vie sociale, de la famille à la politique, en passant par les choix privés, religieux, et culturels. On pourra lire des chapitres très divers, portant sur la représentation de la prière dans l’histoire de la peinture, sur la manière de mettre en scène le pouvoir au cinéma, sur la difficile transaction des enfants de collaborateurs avec ce à quoi avaient pu croire leurs parents, ou encore sur la façon dont les mères considèrent l’engagement djihadiste de leurs enfants. 

Vous montrez un lien entre croyance et politique….

Un certain nombre de contributions mettent en évidence une prolifération des institutions du croire, et donc des croyances, qui vont de pair avec un affaiblissement de la croyance en la politique. Les nouvelles formes du populisme par exemple, accompagne le déclin des idéologies politiques constituées, tout en promouvant une idéologie faible, éclectique, capable de répondre à la diversité des frustrations et des malaises identitaires. Nul étonnement à ce qu’il attire notamment les jeunes générations.

Comment situez-vous cet ouvrage par rapport aux deux précédents que vous avez aussi dirigés à savoir “La vie privée des convictions” et “Temps et politique. Les recompositions de l’identité” ?

Les trois constituent une série qui résulte d’un travail sur la thématique « Politique, affectivité, intimité » que j’ai conduit ces cinq dernières années. Le but était de déporter certains questionnements de science politique en s’appuyant sur des champs disciplinaires tels que l’histoire, la psychanalyse, la philosophie ou encore la littérature et le cinéma, et d’étudier la construction des identités politiques, la temporalité et la durabilité des engagements, ou encore la fin des idéologies, sous des angles encore peu explorés. Dans “La vie privée des convictions” nous analysons les liens entre sphère privée et sphère publique, à ce que j’ai appelé la « politisation intime » des individus.  Nous y démontrons que chacun élabore ses choix à partir de critères fondés sur des notions de ressemblance et de proximité. Ce qui fait que la sphère privée est un terrain à part entière de l’aventure démocratique. Dans “Temps et politique. Les recompositions de l’identité” nous nous penchons sur les recompositions des identités politiques et l’impact des temporalités historiques, sociales et biographiques sur le rapport au politique. Il met au jour la manière dont le politique est travaillé par le temps, qu'il s’agisse du temps collectif des générations ou de celui, plus intime, des âges de la vie. “Croire et faire croire” clôt cette série en s’attaquant à un socle essentiel de l’ordre social et politique : la croyance.

À lire

Anne Muxel (dir.), Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance, Presses de Sciences Po. Avec : Vincent de Gaulejac, Bertrand Delais, Gil Delannoi, Marie Gautheron, Janine Mossuz-Lavau, Janie Pélabay, Pascal Perrineau, Myriam Revault d'Allonnes, Carole Widmaier, Annette Wieviorka

Retrouvez Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance, en prêt à la bibliothèque, ainsi qu’à la librairie de Sciences Po.

Abonnez-vous à nos newsletters !

“La fiction permet d’évoquer des questions qui traversent la société”

“La fiction permet d’évoquer des questions qui traversent la société”

Passée par la London School of Economics et par Sciences Po, Fanny Herrero débute une carrière de comédienne avant de devenir scénariste. Elle est la créatrice et la femme-orchestre de l’écriture de la série Dix pour cent, dont la très attendue troisième saison démarre le 14 novembre 2018. Rencontre avec cette "showrunner" qui a façonné la série phare de France 2.

Lire la suite
On vous dit tout sur le Collège universitaire !

On vous dit tout sur le Collège universitaire !

Le Collège universitaire, qui donne le grade de bachelor, est la formation de premier cycle de Sciences Po. On répond à vos questions concernant les procédures d'admission, la préparation aux épreuves, les enseignements ou encore la vie quotidienne sur les sept campus de Sciences Po dans nos émissions live en français le 14 novembre à 19h30 et en anglais le 26 novembre à 14h.

Lire la suite
Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Vous êtes lycéen, vous voulez vous porter candidat à Sciences Po ? Enseignements, vie de campus : venez poser toutes vos questions lors des Journées Portes Ouvertes de nos campus en régions. Une occasion unique de rencontrer étudiants, professeurs et responsables pédagogiques du Collège universitaire (le 1er cycle de Sciences Po en trois ans).

Lire la suite
États-Unis : des militants écologistes de plus en plus organisés

États-Unis : des militants écologistes de plus en plus organisés

Par Mario Del Pero (CHSP). Les questions environnementales n’ont certes pas été au centre de la campagne des midterms au États-Unis. Mais cette réalité ne signifie pas que le déni de Donald Trump concernant le dérèglement climatique et le démantèlement des règles établies par Barack Obama n’ont pas suscité dans le pays une riposte vigoureuse, et souvent efficace, voire une forme de résistance.

Lire la suite
70 chefs d’État au Paris Peace Forum

70 chefs d’État au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2018, se tient à Paris la première édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 6 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 70 chefs d’État ont répondu présents.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite