La campagne présidentielle et le web

Finies les longues nuits passées par les militants dévoués à coller des affiches ! Activisme en ligne, vidéos sur YouTube, campagnes Twitter... Internet est désormais devenu le terrain de jeu privilégié des candidats à la présidentielle pour se rendre visibles. Mais cela contribue-t-il pour autant à la qualité du débat démocratique ? Thierry Vedel, chercheur CNRS au Centre d’études politiques de Sciences Po (CEVIPOF) s’intéresse aux transformations contemporaines de la communication politique. Il nous détaille quels rapports entretiennent aujourd’hui le web et la campagne présidentielle.

Internet a-t-il contribué à court-circuiter les schémas traditionnels de la politique ?

Thierry Vedel : Depuis une vingtaine d’années, internet a substantiellement modifié le fonctionnement des systèmes politiques : il a considérablement accru et diversifié les sources d’information des citoyens, il offre des espaces inédits (forums, blogs, réseaux sociaux) pour l’échange des opinions individuelles et, dans certains cas, il a facilité des mouvements sociaux, notamment en réduisant les coûts de mobilisation. Il offre de nouveaux outils pour la démocratie, mais reste à savoir si ces outils sont bien utilisés ou suffisants. Par ailleurs, la démocratie ne se réduit pas à la discussion, mais implique aussi des choix. Or, si internet est un fabuleux instrument d’expression, on voit moins bien comment il peut contribuer à la construction de choix collectifs et au renouvellement des procédures de décision politique.

Pourrait-il être un remède à l’abstention électorale et au vote contestataire ?

T. V. : L’une des questions les plus débattues entre chercheurs est de savoir si l’internet a élargi l’espace public en intéressant de nouveaux publics, et tout particulièrement les jeunes. Les travaux sur le sujet ne sont pas univoques mais tendent de plus en plus à suggérer que ce sont les citoyens les plus politisés qui sont les plus actifs en ligne : internet renforcerait les capacités d’action de ceux qui ont déjà du pouvoir, et servirait surtout à « prêcher les convaincus » pour reprendre la formule de la politologue américaine Pippa Norris. Une autre question est celle de la signification de l’engagement en ligne qui n’a pas forcément le même degré d’implication que la participation politique traditionnelle.

Pourtant, la façon de faire de la politique a changé ?

T. V. : La communication politique s’est adaptée aux nouveaux outils numériques. Lors d’une campagne électorale, les candidats sont présents sur tous les réseaux sociaux. Le militant dévoué qui colle des affiches appartient au passé. Aujourd’hui est apparu un nouvel activisme en ligne. Mais de quel engagement s’agit-il ? Certains comme le chercheur Evgeny Morozov critiquent ce “clicktivism”, la pratique qui consiste à signer des pétitions en ligne ou à rejoindre des groupes Facebook sans réellement s'impliquer. Enfin, le vote électronique perçu comme un symbole de la nouveauté lié aux nouvelles technologies, me paraît difficilement envisageable pour les grandes élections aux enjeux importants.

Internet n’est-il pas un lieu de débats et de discussions ?

T. V. : Jamais dans l’histoire de l’humanité il n’a été aussi facile de diffuser ses opinions. Le problème aujourd’hui n’est pas de s’exprimer mais d’être entendu. Les réseaux sociaux servent de supports à des conversations politiques qui ont toujours existé, mais qui autrefois n’étaient pas visibles. Toutefois, les réseaux sociaux ne sont pas forcément représentatifs de ce que pense l’ensemble de la population. Sur 85 % d’utilisateurs réguliers d’internet, les deux tiers utilisent Facebook et 15% sont sur Twitter. Parmi ceux-ci, 35% seulement suivent les débats politiques. Les réseaux sociaux constituent certainement une nouvelle arène politique, mais qui n’est pas un reflet de la société et qui draine également des idées racistes ou liberticides.

Peut-on considérer internet comme un nouvel espace public ?

T. V. : L’espace numérique est devenu une arène supplémentaire de la compétition électorale. Et à ce titre, il fait l’objet de stratégies visant à occuper l’espace numérique pour maximiser la visibilité de candidats, contrôler l’agenda des discussions ou mettre en cause des adversaires. Si une part des commentaires, des likes, des posts qu’on trouve sur les réseaux sociaux émane bien de simples citoyens, d’autres sont produits par les équipes de campagne ou des militants, voire des robots. En politique, il est sain de faire jouer son esprit critique, mais c’est encore plus nécessaire lorsqu’on est sur l’internet.

Déplacer le débat sur YouTube, est-ce une bonne stratégie ?

T. V. : YouTube présente plusieurs avantages : c’est un moyen de communication quasi gratuit, et en tout cas bien plus économique que d’autres supports tels que les affiches ou les tracts. Il permet de délivrer un message politique en toute liberté, en s’affranchissant des formats imposés par les médias, ou des contraintes réglementaires qui s’imposent à ceux-ci (règles de pluralisme politique qui obligent les médias audiovisuels à respecter un équilibre dans les temps d’antenne consacrés aux différents candidats). Enfin, être présent sur YouTube permet d’attirer l’attention des médias, qui s’intéressent beaucoup aux stratégies de campagne et de communication (ce sujet représente jusqu’à 40% de la couverture médiatique d’une campagne).

YouTube, et plus généralement les réseaux sociaux, permettent-ils de mieux atteindre les jeunes électeurs ?

T. V. : Traditionnellement, les jeunes citoyens s’intéressent moins à la politique et participent moins aux élections que leurs aînés. On pourrait penser que l’internet permet de mieux entrer en contact avec eux. Les enquêtes du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) montrent que seuls 12 % d’entre eux utilisent les réseaux à des fins politiques.

En savoir plus

  • Sur Thierry Vedel, chercheur au CEVIPOF
  • Toutes les actualités de l'année présidentielle à Sciences Po : suivez #scpo2017

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po !

Un nouveau master Innovation & transformation numérique

Un nouveau master Innovation & transformation numérique

Un nouveau master “Innovation & transformation numérique” proposé par l’École de management et de l’innovation ouvrira à la rentrée 2017. ll a pour objectif de former des acteurs de l’innovation en s’appuyant sur leur potentiel créatif et réflexif. La diversité et la complémentarité des profils recrutés sera un atout de la formation qui veut croiser les compétences, les connaissances et les cultures pédagogiques pour former des professionnels capables de penser les technologies et les usages numériques comme des leviers d’innovation et transformation structurelles. Ce projet se concrétise par un premier partenariat avec Télécom ParisTech.

Lire la suite

"Médias : la pression du sensationnel"

"On n'a pas besoin d'être journaliste pour s'intéresser aux médias". Notre Prof. de la semaine, l'économiste Julia Cagé, explique dans son cours sur l'avenir des médias les mécanismes à l'œuvre dans une industrie en pleine révolution. Avec une préoccupation majeure : comment préserver l'indépendance dans un secteur soumis à la pression du sensationnel et au poids de la concentration ? Un cours d'économie, et de démocratie. 

Lire la suite

La vie rêvée des algorithmes

La vie rêvée des algorithmes

Les algorithmes chiffrent le monde, le classent et prédisent notre avenir. Mais ce système de calcul très complexe nous a-t-il déjà tous phagocytés ? Comprendre les statistiques et cette forme nouvelle du lien social n’est pas mathématique mais relève d’un enjeu politique. C’est ce que démontre Dominique Cardon, professeur associé en sociologie au Médialab à Sciences Po, dans son livre, À quoi rêvent les algorithmes, nos vies à l’heure des big data, lauréat du jury prix du Livre Afci*.

Lire la suite
5 réformes pour bousculer la présidentielle

5 réformes pour bousculer la présidentielle

François Hollande en avait fait l’un des thèmes majeurs de sa campagne en 2012. Cinq années plus tard, en pleine campagne présidentielle, la jeunesse semble aujourd’hui être la grande absente des programmes des candidats. Lutte contre la corruption des élus, revenu universel, loi contre l’obsolescence programmée… les jeunes ne manquent pourtant pas d’idées ! Avec #Inventons2017, Sciences Po entend redonner voix aux moins de trente ans grâce à de nouvelles formes de démocratie participative. Explications.

Lire la suite
Euthanasie : comprendre les positions des candidats à la présidentielle

Euthanasie : comprendre les positions des candidats à la présidentielle

Par Virginie Tournay (CEVIPOF). La légalisation de l’euthanasie s’invite à chaque élection présidentielle parmi les questions de société, et celle de 2017 ne fait pas exception. Le mot ne signifie pourtant rien d’autre, littéralement, que la « mort douce », en grec, celle-ci pouvant être d’origine naturelle ou provoquée. Au cours des 20 dernières années, la mobilisation des associations et la médiatisation de cas tragiques ont transformé l’euthanasie en enjeu politique. The Conversation

Lire la suite
L'Europe est-elle menacée par les partis d'extrême droite ?

L'Europe est-elle menacée par les partis d'extrême droite ?

Ces dernières années, les partis d'extrême droite ont inexorablement gagné du terrain. L’Union européenne est-elle en passe de se cloisonner totalement ? Pas nécessairement. En raison de fortes disparités d'un pays à l'autre et une situation bien plus complexe qu'il n'y paraît, les Européens semblent en demande à la fois de davantage d'ouverture… et de plus de protection. Explications par Caterina Froio, chercheure au Centre d’études européennes et chercheure invitée à l’Université d’Oxford (réseau de recherche VOX-Pol) et Nonna Mayer, directrice de recherche émérite au CNRS, rattachée au Centre d’études européennes de Sciences Po.

Lire la suite

"Négocier au-delà des belles paroles"

Notre Prof. de la semaine vous ouvre les coulisses des négociations climatiques internationales. Tractations, pressions, jeux d'influence, vrais engagements et faux-semblants : Henri Landes, spécialiste des COP et co-auteur de l'ouvrage Le déni climatique, décrypte pour ses étudiants du campus de Poitiers la mécanique complexe et fragile sur laquelle repose l'avenir du globe. Au-delà des belles paroles, un épisode 16 qui ne se paye pas de mots.

Lire la suite

Sciences Po obtient le label Qualité Français langue étrangère

Sciences Po obtient le label Qualité Français langue étrangère

Sciences Po, grâce aux activités de son département des langues et de la Summer School du campus de Paris, a obtenu le label Qualité Français langue étrangère. La note maximale, celle des trois étoiles, a été attribuée pour la qualité des formations en Français langue étrangère (FLE), le professionnalisme et l’implication des enseignants et des personnels ainsi que les conditions dans lesquelles sont accueillis les étudiants.

Lire la suite
Sciences Po fête 10 ans d'excellence scientifique

Sciences Po fête 10 ans d'excellence scientifique

C'est le Graal de la recherche européenne : particulièrement sélectives, les bourses du Conseil Européen de la Recherche (European Research Council - ERC) distinguent chaque année les chercheurs les plus talentueux et les plus innovants du continent. Avec une communauté académique resserrée de 200 chercheurs permanents, Sciences Po peut s'enorgueillir de compter près de 12 % des lauréats ERC français en sciences humaines et sociales.

Lire la suite