La campagne présidentielle et le web

Finies les longues nuits passées par les militants dévoués à coller des affiches ! Activisme en ligne, vidéos sur YouTube, campagnes Twitter... Internet est désormais devenu le terrain de jeu privilégié des candidats à la présidentielle pour se rendre visibles. Mais cela contribue-t-il pour autant à la qualité du débat démocratique ? Thierry Vedel, chercheur CNRS au Centre d’études politiques de Sciences Po (CEVIPOF) s’intéresse aux transformations contemporaines de la communication politique. Il nous détaille quels rapports entretiennent aujourd’hui le web et la campagne présidentielle.

Internet a-t-il contribué à court-circuiter les schémas traditionnels de la politique ?

Thierry Vedel : Depuis une vingtaine d’années, internet a substantiellement modifié le fonctionnement des systèmes politiques : il a considérablement accru et diversifié les sources d’information des citoyens, il offre des espaces inédits (forums, blogs, réseaux sociaux) pour l’échange des opinions individuelles et, dans certains cas, il a facilité des mouvements sociaux, notamment en réduisant les coûts de mobilisation. Il offre de nouveaux outils pour la démocratie, mais reste à savoir si ces outils sont bien utilisés ou suffisants. Par ailleurs, la démocratie ne se réduit pas à la discussion, mais implique aussi des choix. Or, si internet est un fabuleux instrument d’expression, on voit moins bien comment il peut contribuer à la construction de choix collectifs et au renouvellement des procédures de décision politique.

Pourrait-il être un remède à l’abstention électorale et au vote contestataire ?

T. V. : L’une des questions les plus débattues entre chercheurs est de savoir si l’internet a élargi l’espace public en intéressant de nouveaux publics, et tout particulièrement les jeunes. Les travaux sur le sujet ne sont pas univoques mais tendent de plus en plus à suggérer que ce sont les citoyens les plus politisés qui sont les plus actifs en ligne : internet renforcerait les capacités d’action de ceux qui ont déjà du pouvoir, et servirait surtout à « prêcher les convaincus » pour reprendre la formule de la politologue américaine Pippa Norris. Une autre question est celle de la signification de l’engagement en ligne qui n’a pas forcément le même degré d’implication que la participation politique traditionnelle.

Pourtant, la façon de faire de la politique a changé ?

T. V. : La communication politique s’est adaptée aux nouveaux outils numériques. Lors d’une campagne électorale, les candidats sont présents sur tous les réseaux sociaux. Le militant dévoué qui colle des affiches appartient au passé. Aujourd’hui est apparu un nouvel activisme en ligne. Mais de quel engagement s’agit-il ? Certains comme le chercheur Evgeny Morozov critiquent ce “clicktivism”, la pratique qui consiste à signer des pétitions en ligne ou à rejoindre des groupes Facebook sans réellement s'impliquer. Enfin, le vote électronique perçu comme un symbole de la nouveauté lié aux nouvelles technologies, me paraît difficilement envisageable pour les grandes élections aux enjeux importants.

Internet n’est-il pas un lieu de débats et de discussions ?

T. V. : Jamais dans l’histoire de l’humanité il n’a été aussi facile de diffuser ses opinions. Le problème aujourd’hui n’est pas de s’exprimer mais d’être entendu. Les réseaux sociaux servent de supports à des conversations politiques qui ont toujours existé, mais qui autrefois n’étaient pas visibles. Toutefois, les réseaux sociaux ne sont pas forcément représentatifs de ce que pense l’ensemble de la population. Sur 85 % d’utilisateurs réguliers d’internet, les deux tiers utilisent Facebook et 15% sont sur Twitter. Parmi ceux-ci, 35% seulement suivent les débats politiques. Les réseaux sociaux constituent certainement une nouvelle arène politique, mais qui n’est pas un reflet de la société et qui draine également des idées racistes ou liberticides.

Peut-on considérer internet comme un nouvel espace public ?

T. V. : L’espace numérique est devenu une arène supplémentaire de la compétition électorale. Et à ce titre, il fait l’objet de stratégies visant à occuper l’espace numérique pour maximiser la visibilité de candidats, contrôler l’agenda des discussions ou mettre en cause des adversaires. Si une part des commentaires, des likes, des posts qu’on trouve sur les réseaux sociaux émane bien de simples citoyens, d’autres sont produits par les équipes de campagne ou des militants, voire des robots. En politique, il est sain de faire jouer son esprit critique, mais c’est encore plus nécessaire lorsqu’on est sur l’internet.

Déplacer le débat sur YouTube, est-ce une bonne stratégie ?

T. V. : YouTube présente plusieurs avantages : c’est un moyen de communication quasi gratuit, et en tout cas bien plus économique que d’autres supports tels que les affiches ou les tracts. Il permet de délivrer un message politique en toute liberté, en s’affranchissant des formats imposés par les médias, ou des contraintes réglementaires qui s’imposent à ceux-ci (règles de pluralisme politique qui obligent les médias audiovisuels à respecter un équilibre dans les temps d’antenne consacrés aux différents candidats). Enfin, être présent sur YouTube permet d’attirer l’attention des médias, qui s’intéressent beaucoup aux stratégies de campagne et de communication (ce sujet représente jusqu’à 40% de la couverture médiatique d’une campagne).

YouTube, et plus généralement les réseaux sociaux, permettent-ils de mieux atteindre les jeunes électeurs ?

T. V. : Traditionnellement, les jeunes citoyens s’intéressent moins à la politique et participent moins aux élections que leurs aînés. On pourrait penser que l’internet permet de mieux entrer en contact avec eux. Les enquêtes du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) montrent que seuls 12 % d’entre eux utilisent les réseaux à des fins politiques.

En savoir plus

  • Sur Thierry Vedel, chercheur au CEVIPOF
  • Toutes les actualités de l'année présidentielle à Sciences Po : suivez #scpo2017

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po !

Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

Vous avez été déclaré admissible à un master de Sciences Po. Il vous reste à réussir l’entretien oral pour intégrer l’une de nos 7 écoles. Les épreuves d’admission se déroulent du 25 avril au 10 mai. Elle peuvent parfois générer du stress car vous vous posez encore des questions sur le profil des candidats recherchés, sur votre capacité à démontrer votre motivation et à défendre votre projet…. Restez serein et gardez confiance en vous ! Voici nos derniers conseils pour cette dernière ligne droite. 

Lire la suite
Et le vainqueur est… le populisme

Et le vainqueur est… le populisme

Une analyse de Luc Rouban (Cevipof). Le premier tour de l’élection présidentielle de 2017 a mis au jour la transformation de l’espace politique français. Cette transformation apparaît clairement dans le faible score cumulé par les candidats des deux principaux partis politiques qui ont dominé la scène électorale depuis 1981. Au total, François Fillon pour LR et Benoît Hamon pour le PS ne totalisent que 26 % des suffrages exprimés alors que 74 % de ces suffrages sont portés par des candidats qui n’ont ni joué le jeu des primaires ni dominé la vie parlementaire avec leurs députés depuis des décennies. The Conversation

Lire la suite

"Il manque un débat de fond pour savoir ce qui est acceptable pour un candidat"

“Renouvellement”, “éthique”, “système”... jusqu'au second tour de la présidentielle, les étudiants internationaux du Collège universitaire (le 1er cycle de Sciences Po) prennent la parole dans Paris Match sur un mot qui compte pour eux en politique. Lukas Hochscheidt, 19 ans, étudiant allemand en double diplôme avec la Freie Universität Berlin sur le campus de Nancy a choisi de commenter le mot “éthique”. Il nous explique pourquoi.

Lire la suite
Présidentielle : tracts & slogans collector

Présidentielle : tracts & slogans collector

Professions de foi, bulletins de vote, affiches officielles... ou officieuses, autocollants et tracts pour... ou contre. Depuis sa création en 1960, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) collecte les documents se rapportant aux élections françaises. Après avoir publié les fonds consacrés aux élections législatives, le CEVIPOF et la bibliothèque de Sciences Po rendent accessible le fonds présidentiel, soit plus d'un millier de documents collectés entre 1965 et 2012 au cours de 9 campagnes présidentielles ! Best-of en diaporama.

Lire la suite
La Boussole présidentielle : une arme contre l’indécision

La Boussole présidentielle : une arme contre l’indécision

Dans cette campagne où le débat de fond a bien souvent fait les frais des révélations sur les affaires, la Boussole présidentielle mise au point par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes, a déjà aidé plus d’un million de citoyens à retrouver le cap. Un outil scientifique et civique qui replace les programmes au centre du jeu. Explications avec Thomas Vitiello, doctorant au Cevipof, qui travaille sur l’outil depuis 2012.

Lire la suite
Quand la bande dessinée raconte l’Histoire

Quand la bande dessinée raconte l’Histoire

Depuis quelques années, la bande dessinée a gagné ses lettres de noblesse, au point de devenir un objet de recherche en soi. Isabelle Delorme, qui vient de soutenir sa thèse au Centre d’histoire de Sciences Po, s’intéresse à ce qu’elle nomme « les récits mémoriels historiques en bande dessinée », des ouvrages dans lesquels les auteurs croisent histoire familiale et grande Histoire, tel le célèbre Persepolis de Marjane Satrapi. Qu’apporte l’étude de la bande dessinée à la recherche ? Réponse d’une chercheuse passionnée par son sujet.

Lire la suite
“L’humanitaire est un outil de la diplomatie”

“L’humanitaire est un outil de la diplomatie”

Notre Prof. de cette semaine n’est pas que « prof », il est « french doctor ». Afghanistan, Kosovo, Haïti... pendant des années, Frédéric Tissot a parcouru le monde pour sauver des vies. Mais notre prof' de cette semaine n’est pas que “french doctor”, il est également diplomate. Passionné par la culture kurde, il fut longtemps Consul général de France dans le Kurdistan iranien. Aujourd’hui, cet homme aux multiples vies enseigne les questions humanitaires aux étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po. Qu’est-ce que le droit d’ingérence ? En quoi se distingue-t-il du devoir d’assistance ? Croisant les questions éthiques et une approche réaliste et pragmatique grâce à sa fine connaissance du terrain, il interroge le rôle de l’humanitaire et ses liens avec la diplomatie.

Lire la suite
Comment faire adopter la loi Macron au Parlement ?

Comment faire adopter la loi Macron au Parlement ?

Comment faire adopter la loi Macron au Parlement ? Lancer l’initiative French Tech ? Légiférer sur la congélation des ovocytes ? Toutes ces problématiques sont abordées de manière concrète dans des cours un peu à part à Sciences Po : les études de cas. Parties intégrantes du cursus des étudiants en deuxième année de l’École d’affaires publiques, les études de cas permettent aux étudiants d'appréhender les différentes facettes d’un cas réel et concret à l'aide de jeux de rôles, de mises en perspectives et de simulations. Ou comment aborder les enjeux cruciaux d'une action publique en se mettant à la place de ses acteurs... Explications en vidéo.

Lire la suite