La campagne présidentielle et le web

Finies les longues nuits passées par les militants dévoués à coller des affiches ! Activisme en ligne, vidéos sur YouTube, campagnes Twitter... Internet est désormais devenu le terrain de jeu privilégié des candidats à la présidentielle pour se rendre visibles. Mais cela contribue-t-il pour autant à la qualité du débat démocratique ? Thierry Vedel, chercheur CNRS au Centre d’études politiques de Sciences Po (CEVIPOF) s’intéresse aux transformations contemporaines de la communication politique. Il nous détaille quels rapports entretiennent aujourd’hui le web et la campagne présidentielle.

Internet a-t-il contribué à court-circuiter les schémas traditionnels de la politique ?

Thierry Vedel : Depuis une vingtaine d’années, internet a substantiellement modifié le fonctionnement des systèmes politiques : il a considérablement accru et diversifié les sources d’information des citoyens, il offre des espaces inédits (forums, blogs, réseaux sociaux) pour l’échange des opinions individuelles et, dans certains cas, il a facilité des mouvements sociaux, notamment en réduisant les coûts de mobilisation. Il offre de nouveaux outils pour la démocratie, mais reste à savoir si ces outils sont bien utilisés ou suffisants. Par ailleurs, la démocratie ne se réduit pas à la discussion, mais implique aussi des choix. Or, si internet est un fabuleux instrument d’expression, on voit moins bien comment il peut contribuer à la construction de choix collectifs et au renouvellement des procédures de décision politique.

Pourrait-il être un remède à l’abstention électorale et au vote contestataire ?

T. V. : L’une des questions les plus débattues entre chercheurs est de savoir si l’internet a élargi l’espace public en intéressant de nouveaux publics, et tout particulièrement les jeunes. Les travaux sur le sujet ne sont pas univoques mais tendent de plus en plus à suggérer que ce sont les citoyens les plus politisés qui sont les plus actifs en ligne : internet renforcerait les capacités d’action de ceux qui ont déjà du pouvoir, et servirait surtout à « prêcher les convaincus » pour reprendre la formule de la politologue américaine Pippa Norris. Une autre question est celle de la signification de l’engagement en ligne qui n’a pas forcément le même degré d’implication que la participation politique traditionnelle.

Pourtant, la façon de faire de la politique a changé ?

T. V. : La communication politique s’est adaptée aux nouveaux outils numériques. Lors d’une campagne électorale, les candidats sont présents sur tous les réseaux sociaux. Le militant dévoué qui colle des affiches appartient au passé. Aujourd’hui est apparu un nouvel activisme en ligne. Mais de quel engagement s’agit-il ? Certains comme le chercheur Evgeny Morozov critiquent ce “clicktivism”, la pratique qui consiste à signer des pétitions en ligne ou à rejoindre des groupes Facebook sans réellement s'impliquer. Enfin, le vote électronique perçu comme un symbole de la nouveauté lié aux nouvelles technologies, me paraît difficilement envisageable pour les grandes élections aux enjeux importants.

Internet n’est-il pas un lieu de débats et de discussions ?

T. V. : Jamais dans l’histoire de l’humanité il n’a été aussi facile de diffuser ses opinions. Le problème aujourd’hui n’est pas de s’exprimer mais d’être entendu. Les réseaux sociaux servent de supports à des conversations politiques qui ont toujours existé, mais qui autrefois n’étaient pas visibles. Toutefois, les réseaux sociaux ne sont pas forcément représentatifs de ce que pense l’ensemble de la population. Sur 85 % d’utilisateurs réguliers d’internet, les deux tiers utilisent Facebook et 15% sont sur Twitter. Parmi ceux-ci, 35% seulement suivent les débats politiques. Les réseaux sociaux constituent certainement une nouvelle arène politique, mais qui n’est pas un reflet de la société et qui draine également des idées racistes ou liberticides.

Peut-on considérer internet comme un nouvel espace public ?

T. V. : L’espace numérique est devenu une arène supplémentaire de la compétition électorale. Et à ce titre, il fait l’objet de stratégies visant à occuper l’espace numérique pour maximiser la visibilité de candidats, contrôler l’agenda des discussions ou mettre en cause des adversaires. Si une part des commentaires, des likes, des posts qu’on trouve sur les réseaux sociaux émane bien de simples citoyens, d’autres sont produits par les équipes de campagne ou des militants, voire des robots. En politique, il est sain de faire jouer son esprit critique, mais c’est encore plus nécessaire lorsqu’on est sur l’internet.

Déplacer le débat sur YouTube, est-ce une bonne stratégie ?

T. V. : YouTube présente plusieurs avantages : c’est un moyen de communication quasi gratuit, et en tout cas bien plus économique que d’autres supports tels que les affiches ou les tracts. Il permet de délivrer un message politique en toute liberté, en s’affranchissant des formats imposés par les médias, ou des contraintes réglementaires qui s’imposent à ceux-ci (règles de pluralisme politique qui obligent les médias audiovisuels à respecter un équilibre dans les temps d’antenne consacrés aux différents candidats). Enfin, être présent sur YouTube permet d’attirer l’attention des médias, qui s’intéressent beaucoup aux stratégies de campagne et de communication (ce sujet représente jusqu’à 40% de la couverture médiatique d’une campagne).

YouTube, et plus généralement les réseaux sociaux, permettent-ils de mieux atteindre les jeunes électeurs ?

T. V. : Traditionnellement, les jeunes citoyens s’intéressent moins à la politique et participent moins aux élections que leurs aînés. On pourrait penser que l’internet permet de mieux entrer en contact avec eux. Les enquêtes du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) montrent que seuls 12 % d’entre eux utilisent les réseaux à des fins politiques.

En savoir plus

  • Sur Thierry Vedel, chercheur au CEVIPOF
  • Toutes les actualités de l'année présidentielle à Sciences Po : suivez #scpo2017

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po !

Vivre ensemble en Europe avec nos différences

Vivre ensemble en Europe avec nos différences

Par Nonna Mayer (CEE). De 2012 à 2015, à l’initiative du Forum Bruno Kreisky pour un Dialogue International, un séminaire biannuel s’est tenu à Vienne pour réfléchir au rapport à l’Autre. Sous la direction d’Antony Lerman, chercheur honoraire au Parkes Institute for the Study of Jewish/Non-Jewish Relations à l’Université de Southampton et rédacteur adjoint à la revue Patterns of Prejudice, un livre collectif en est issu : « Do I belong ? Reflections from Europe ». Ce n’est pas un ouvrage de sciences sociales, il ne s’appuie par sur des statistiques, des sondages ou des entretiens, les contributeurs devaient se fonder sur leur propre expérience. Les essais qui en résultent, très personnels, souvent émouvants, apportent un regard neuf sur ce qu’appartenir à l’Europe signifie aujourd’hui, dans un contexte de fortes turbulences marqué par la crise des réfugiés, le terrorisme, la dynamique électorale des partis populistes et, il y a tout juste un an, le Brexit.

Lire la suite
Les livres qu’il faut avoir lu (sans les lire)

Les livres qu’il faut avoir lu (sans les lire)

Cet été, la librairie de Sciences Po vous fait partager sa bibliothèque idéale. Du roman au manuel pratique, en passant par la bande dessinée, une sélection de livres pour mieux comprendre le monde ! Cette semaine, un ouvrage de culture générale que tout étudiant qui entre à Sciences Po trouve précieux : La culture générale en livres, de Jean-Claude Bibas.

Lire la suite
Parents : les autres héros de la cérémonie du diplôme

Parents : les autres héros de la cérémonie du diplôme

Les 30 juin et 1er juillet 2017, Sciences Po célébrait les 2406 diplômés de la promotion 2017 en présence, dans le public, d’invités prestigieux : les familles des diplômés. Chine, Iran, Inde, Australie… Avec des diplômés de 150 nationalités différentes, ces proches sont souvent venus de très loin pour le grand jour. Qu’ont-ils pensé des études de leurs enfants à Sciences Po ? Comment imaginent-ils l’avenir ? La parole aux parents.

Lire la suite
Législatives : un rendez-vous manqué avec la jeunesse

Législatives : un rendez-vous manqué avec la jeunesse

Par Anne Muxel (CEVIPOF). Les élections législatives, transformées en seule chambre d’écho de la victoire présidentielle, n’ont pas mobilisé les Français, qu’ils aient été lassés par les vicissitudes d’une séquence électorale trop longue, qu’ils aient exprimé une défiance ou qu’ils aient conforté par leur silence le choix présidentiel considéré comme le seul déterminant. Le nombre d’électeurs restés en dehors de la décision électorale a atteint un record historique : 51,3 % au premier tour et au second tour 57,4 %.

Lire la suite
Nos projets de recherche ont le vent en poupe !

Nos projets de recherche ont le vent en poupe !

Pour la quatrième année, l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) a lancé son appel à projets générique. Ouvert à toutes les disciplines scientifiques et à tous types de recherche, cet appel permet aux porteurs de projets sélectionnés de se voir attribuer des fonds afin de développer, de façon autonome, des travaux sur une thématique propre. Cette année, 7 projets présentés par Sciences Po ont été retenus, soit un taux de réussite exceptionnel de 38%, contre 12 à 15% seulement au niveau national.

Lire la suite

"L’entrepreneuriat permet de construire le futur"

Fondatrice de Zéphyr Solar, une start-up de ballons solaires ayant reçu de nombreux prix pour son engagement social et environnemental, Julie Dautel était l’une des diplômées d’honneur lors de la Cérémonie du diplôme 2017. Agir en accord avec les défis de demain, que cela soit en faveur du développement durable, d’une plus grande richesse sociale et culturelle, ou encore de la lutte contre les inégalités d’accès à des besoins fondamentaux : tels sont les engagements auxquels Julie tient. Son témoignage est un plaidoyer pour l’entrepreneuriat qu’elle conçoit comme une voie de contribution au changement.

Lire la suite
Un Premier campus où

Un Premier campus où "tout est possible"

"Une expérience de vie étudiante avant l'heure" : c'est ce qu'ont vécu les lycéens du nouveau programme Premier Campus, organisé du 6 au 13 juillet sur le campus de Reims. Une cinquante d'élèves de Seconde, issus de 14 lycées d'Île-de-France, ont inauguré ce dispositif d'un nouveau genre destiné à des lycéens boursiers de l'enseignement secondaire. Objectif : les aider à réussir dans l'enseignement supérieur, quelle que soit la voie choisie. Reportage sur cette semaine d'immersion pédagogique riche en découvertes. Lire la suite

La féminisation élitiste de l’Assemblée nationale

La féminisation élitiste de l’Assemblée nationale

Par Luc Rouban (CEVIPOF). La féminisation de l’Assemblée nationale issue des élections législatives de 2017 apparaît comme l’un des principaux facteurs de renouvellement du personnel politique revendiqué par la République en Marche (LREM). Cette féminisation a considérablement progressé, mais elle ne concerne toujours en 2017 que 38,8 % de tous les députés contre 27 % en 2012 et 18,4 % en 2007. On est donc encore loin d’une parité réelle et cela d’autant plus que les postes les plus importants de l’Assemblée, comme la présidence, sont revenus à des hommes.

Lire la suite