La campagne présidentielle et le web

Finies les longues nuits passées par les militants dévoués à coller des affiches ! Activisme en ligne, vidéos sur YouTube, campagnes Twitter... Internet est désormais devenu le terrain de jeu privilégié des candidats à la présidentielle pour se rendre visibles. Mais cela contribue-t-il pour autant à la qualité du débat démocratique ? Thierry Vedel, chercheur CNRS au Centre d’études politiques de Sciences Po (CEVIPOF) s’intéresse aux transformations contemporaines de la communication politique. Il nous détaille quels rapports entretiennent aujourd’hui le web et la campagne présidentielle.

Internet a-t-il contribué à court-circuiter les schémas traditionnels de la politique ?

Thierry Vedel : Depuis une vingtaine d’années, internet a substantiellement modifié le fonctionnement des systèmes politiques : il a considérablement accru et diversifié les sources d’information des citoyens, il offre des espaces inédits (forums, blogs, réseaux sociaux) pour l’échange des opinions individuelles et, dans certains cas, il a facilité des mouvements sociaux, notamment en réduisant les coûts de mobilisation. Il offre de nouveaux outils pour la démocratie, mais reste à savoir si ces outils sont bien utilisés ou suffisants. Par ailleurs, la démocratie ne se réduit pas à la discussion, mais implique aussi des choix. Or, si internet est un fabuleux instrument d’expression, on voit moins bien comment il peut contribuer à la construction de choix collectifs et au renouvellement des procédures de décision politique.

Pourrait-il être un remède à l’abstention électorale et au vote contestataire ?

T. V. : L’une des questions les plus débattues entre chercheurs est de savoir si l’internet a élargi l’espace public en intéressant de nouveaux publics, et tout particulièrement les jeunes. Les travaux sur le sujet ne sont pas univoques mais tendent de plus en plus à suggérer que ce sont les citoyens les plus politisés qui sont les plus actifs en ligne : internet renforcerait les capacités d’action de ceux qui ont déjà du pouvoir, et servirait surtout à « prêcher les convaincus » pour reprendre la formule de la politologue américaine Pippa Norris. Une autre question est celle de la signification de l’engagement en ligne qui n’a pas forcément le même degré d’implication que la participation politique traditionnelle.

Pourtant, la façon de faire de la politique a changé ?

T. V. : La communication politique s’est adaptée aux nouveaux outils numériques. Lors d’une campagne électorale, les candidats sont présents sur tous les réseaux sociaux. Le militant dévoué qui colle des affiches appartient au passé. Aujourd’hui est apparu un nouvel activisme en ligne. Mais de quel engagement s’agit-il ? Certains comme le chercheur Evgeny Morozov critiquent ce “clicktivism”, la pratique qui consiste à signer des pétitions en ligne ou à rejoindre des groupes Facebook sans réellement s'impliquer. Enfin, le vote électronique perçu comme un symbole de la nouveauté lié aux nouvelles technologies, me paraît difficilement envisageable pour les grandes élections aux enjeux importants.

Internet n’est-il pas un lieu de débats et de discussions ?

T. V. : Jamais dans l’histoire de l’humanité il n’a été aussi facile de diffuser ses opinions. Le problème aujourd’hui n’est pas de s’exprimer mais d’être entendu. Les réseaux sociaux servent de supports à des conversations politiques qui ont toujours existé, mais qui autrefois n’étaient pas visibles. Toutefois, les réseaux sociaux ne sont pas forcément représentatifs de ce que pense l’ensemble de la population. Sur 85 % d’utilisateurs réguliers d’internet, les deux tiers utilisent Facebook et 15% sont sur Twitter. Parmi ceux-ci, 35% seulement suivent les débats politiques. Les réseaux sociaux constituent certainement une nouvelle arène politique, mais qui n’est pas un reflet de la société et qui draine également des idées racistes ou liberticides.

Peut-on considérer internet comme un nouvel espace public ?

T. V. : L’espace numérique est devenu une arène supplémentaire de la compétition électorale. Et à ce titre, il fait l’objet de stratégies visant à occuper l’espace numérique pour maximiser la visibilité de candidats, contrôler l’agenda des discussions ou mettre en cause des adversaires. Si une part des commentaires, des likes, des posts qu’on trouve sur les réseaux sociaux émane bien de simples citoyens, d’autres sont produits par les équipes de campagne ou des militants, voire des robots. En politique, il est sain de faire jouer son esprit critique, mais c’est encore plus nécessaire lorsqu’on est sur l’internet.

Déplacer le débat sur YouTube, est-ce une bonne stratégie ?

T. V. : YouTube présente plusieurs avantages : c’est un moyen de communication quasi gratuit, et en tout cas bien plus économique que d’autres supports tels que les affiches ou les tracts. Il permet de délivrer un message politique en toute liberté, en s’affranchissant des formats imposés par les médias, ou des contraintes réglementaires qui s’imposent à ceux-ci (règles de pluralisme politique qui obligent les médias audiovisuels à respecter un équilibre dans les temps d’antenne consacrés aux différents candidats). Enfin, être présent sur YouTube permet d’attirer l’attention des médias, qui s’intéressent beaucoup aux stratégies de campagne et de communication (ce sujet représente jusqu’à 40% de la couverture médiatique d’une campagne).

YouTube, et plus généralement les réseaux sociaux, permettent-ils de mieux atteindre les jeunes électeurs ?

T. V. : Traditionnellement, les jeunes citoyens s’intéressent moins à la politique et participent moins aux élections que leurs aînés. On pourrait penser que l’internet permet de mieux entrer en contact avec eux. Les enquêtes du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) montrent que seuls 12 % d’entre eux utilisent les réseaux à des fins politiques.

En savoir plus

  • Sur Thierry Vedel, chercheur au CEVIPOF
  • Toutes les actualités de l'année présidentielle à Sciences Po : suivez #scpo2017

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po !

“Les peuples arabes n’ont pas dit leur dernier mot”

“Les peuples arabes n’ont pas dit leur dernier mot”

Syrie, Égypte, Libye, Yémen… Après avoir connu, en 2011, un élan  démocratique sans précédent, ces pays subissent aujourd’hui un retournement glaçant avec une répression féroce et des guerres meurtrières. Dans son dernier ouvrage « Généraux, gangsters et jihadistes. Histoire de la contre-révolution arabe » (La Découverte), Jean-Pierre Filiu, historien à Sciences Po, s’emploie à décrire la fragilité de régimes autoritaires trop souvent présentés comme un “moindre mal”.

Lire la suite
Projet Artillerie : premières impressions

Projet Artillerie : premières impressions

Sciences Po dévoilait jeudi 11 janvier 2018 le projet architectural qui va redessiner le site de l'Artillerie, acquis en 2016, et plus largement recomposer son campus parisien à l'horizon 2022, date de ses 150 ans. Premières impressions de nos étudiants, partenaires, alumni et invités lors de l'événement organisé sur place à cette occasion. 

Lire la suite
Artillerie : découvrez notre futur campus !

Artillerie : découvrez notre futur campus !

Une nouvelle histoire débute pour Sciences Po. L’équipe qui a été choisie pour redessiner le site de l’Artillerie, acquis fin 2016, vient d’être révélée : le projet sera emmené par Sogelym Dixence, avec les architectes Jean-Michel Wilmotte, Moreau-Kusunoki et Sasaki. Au delà du défi architectural - transformer en campus universitaire durable et innovant un ancien noviciat fondé au XVIIè siècle - c’est pour Sciences Po une véritable refondation, 150 ans après sa création.

Lire la suite
Qui possède les médias ?

Qui possède les médias ?

Qui possède les médias ? Pas facile de répondre à cette question tant l’actionnariat des médias d’information se caractérise par sa complexité et son manque de transparence. Dans une étude récente, Julia Cagé, Assistant Professor au Département d’économie et chercheuse affiliée au Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP) de Sciences Po, tente de retracer qui détient nos radios, télés et médias de presse écrite et en ligne, en France et en Espagne.

Lire la suite
Tout savoir sur l'insertion professionnelle de nos diplômés

Tout savoir sur l'insertion professionnelle de nos diplômés

D’après notre dernière enquête d’insertion professionnelle portant sur la promotion 2015, nos diplômés s’insèrent toujours aussi aisément sur le marché du travail. 91% de ceux qui ont choisi d’entrer dans la vie active ont ainsi un emploi un an après leur diplôme. A 71%, ils travaillent dans le privé et, à 35%, hors de France. Découvrez tous les résultats de notre enquête !

Lire la suite
Qui est entré à Sciences Po en 2017 ?

Qui est entré à Sciences Po en 2017 ?

Avec près de 17 000 candidats au total, le bilan des admissions 2017 confirme l’attractivité de Sciences Po, notamment auprès des candidats internationaux qui sont de plus en plus nombreux. Beau succès aussi pour nos masters, avec une hausse de 6 % pour les candidats à nos sept Écoles de second cycle.

Lire la suite
Que reste-t-il de la gauche ?

Que reste-t-il de la gauche ?

Nous devons repenser les formations politiques”. C’est le constat de Manuel Valls le 13 décembre dernier lors d’un débat organisé à l’initiative du Centre d’histoire de Sciences Po sur l’avenir des gauches en Europe. Le député de l’Essonne et ex-candidat à l’élection présidentielle s’est entretenu avec Marc Lazar, directeur du Centre d'histoire, et Piero Fassino, président du Centro Studi di Politica Internazionale (CeSPI) et auteur du livre Pd davvero. Interview.

Lire la suite
Migrations : des faits pour déconstruire les idées reçues

Migrations : des faits pour déconstruire les idées reçues

Les États de l'Union Européenne multiplient les actions pour empêcher les migrants d'approcher de leurs frontières et ce, jusqu'à coopérer avec des pays tel la Libye qui ne respecte pas les droits de l'Homme. Pourtant, entre ces actions qui ressemblent davantage à des tentatives de flatter les électorats européens et la réalité des faits, il y a beaucoup d'idées reçues. Interview avec Virginie Guiraudon, chercheur au Centre d'études européennes de Sciences Po.

Lire la suite
Découvrez nos masters en vidéo

Découvrez nos masters en vidéo

Vous êtes étudiant ou jeune professionnel, vous vous interrogez sur les programmes de master et les différents métiers auxquels nous préparons nos diplômés ? Retrouvez l'intégralité des présentations de notre Journée des masters du samedi 25 novembre. L’occasion de tout savoir sur les programmes et les spécialisations de nos 7 écoles : l’École d’affaires publiques, l’École des affaires internationales, l’École de droit, l’École de journalisme, l’École du management et de l’innovation, l’École urbaine et l’École doctorale.

Lire la suite