L’Europe peut-elle devenir championne de l’intelligence artificielle responsable ?

Par Florent Parmentier (Sciences Po) et Christian Dargnat (Sciences Po). « Qui maîtrise l’intelligence artificielle domine le monde » : cette déclaration de Vladimir Poutine, en septembre dernier, à la tonalité prophétique a soulevé de nombreuses questions. Cette perspective faisait-elle référence à une vision essentiellement économique ou à une représentation plus militaire et géopolitique des choses ? Même sans avoir de certitude sur ce sujet, il apparaît bien que l’intelligence artificielle (IA) est un enjeu essentiel, complété par celui non moins important des données (le « nouveau pétrole »).

Cette déclaration avait également de quoi surprendre si l’on considère que la Russie n’est pas perçue comme un pays leader en matière d’IA, ses acteurs restant loin des GAFA américains (Google-Apple-Facebook-Amazon) et des BATX chinois (Baidu-Alibaba-Tencent-Xiaomi). A la différence de l’Europe toutefois, elle dispose d’acteurs nationaux importants, avec le moteur de recherche Yandex ou le réseau social Vkontakte.

Précisément, les Européens se trouvent aujourd’hui marginalisés par rapport aux grands acteurs mondiaux ainsi que dans les débats technologiques, étant parfois considérés comme appartenant à une « colonie numérique américaine ». L’Europe n’est-elle vraiment condamnée qu’à rester marginale face aux développements de l’IA ?

A contrario, peut-elle s’affirmer comme une championne de l’IA responsable, non pas en s’affichant contre le progrès mais au contraire en intégrant les craintes formulées par des personnalités telles que Elon Musk ou Stephen Hawking, tout en proposant des solutions éthiques ?

La marginalisation de l’Europe sur l’IA provient d’un retard technologique qui engendre des menaces de sécurité géostratégique. Dans ce domaine, les enjeux, comme on va le voir, sont prioritairement de trois ordres.

Le retard économique des acteurs européens

Le premier défi est celui du retard économique des acteurs européens. Quelques chiffres permettent de le caractériser : parmi les dix plus importantes capitalisations boursières au monde figurent huit sociétés américaines, deux chinoises et donc aucune européenne ; et parmi celles-ci, sept sont des sociétés technologiques.

Déjà fortes d’un avantage technologique réel, la faiblesse d’imposition qui caractérise ces sociétés leur permet d’investir massivement et de maintenir un avantage innovant comparatif. Ces atouts leur permettent également de prévenir l’émergence de concurrence future en rachetant toute start-up ou entreprise ayant développé une innovation qui leur aurait échappé.

Face au gigantisme des GAFA et BATX, les licornes européennes sont peu nombreuses et bien modestes. Comment l’Europe peut-elle se positionner dans cette compétition technologique ? Dans un univers compétitif régit par le principe selon lequel le premier emporte la mise (« the winner takes all »), il semble aléatoire de miser sur une réaction spontanée de rattrapage d’hypothétiques concurrents européens face à des « champions » technologiques omniprésents.

La mise en place d’une vraie politique industrielle est nécessaire afin de retrouver de la souveraineté numérique. Cette stratégie passera, d’une part, par des mesures de « vigilance » à l’égard de l’acquisition de groupes technologiques et/ou de talents par des acteurs non européens ; et, d’autre part, par la mise en place de partenariats entre nouvelles et anciennes industries.

Mais si le simple rattrapage n’est plus une option pour des sociétés européennes, déjà trop distancées par leurs homologues américaines et chinoises, elles doivent donc rechercher la mise en place d’innovations de ruptures dans les domaines structurants du XXIe siècle : IA, cybersécurité, nano et biotechnologies, ordinateurs quantiques, impression 3D, neurosciences, stockage et mobilité d’énergie.

Pour réussir, cette stratégie requiert des investissements massifs avec des échéances temporelles souvent supérieures à cinq ans alors que les domaines visés sont risqués. Cette combinaison de caractéristiques implique donc une mise en place stratégique paneuropéenne avec un rôle indispensable de coordination par les États, des États stratèges.

Une Europe dans un environnement sécuritaire incertain

Le deuxième défi européen concerne l’environnement géopolitique incertain, qui va nourrir le développement de sa propre politique en matière d’IA : après tout, la conquête spatiale est le fruit de la Guerre froide, comme les drones sont le résultat d’une volonté israélienne de ne pas perdre de pilotes au combat.

La prise en compte de nouveaux risques est déjà largement observable dans l’évolution de nos forces armées. Aux côtés des traditionnels corps d’armée (terre – air – maritime) s’érige une nouvelle force – cyber – dont la dépendance à l’égard de quelques pays et entreprises révèle une vulnérabilité inacceptable pour des pays souverains. Aujourd’hui, l’Europe ne peut affirmer avec certitude posséder une autonomie souveraine en matière de cybersécurité et encore moins la revendiquer en matière d’IA.

La cybersécurité, une priorité stratégique pour la France, et pour l’Europe. Pixabay

Ces risques ne sont pas homogènes, répartis selon une géographie européenne des peurs connue. En Europe centrale et parmi les pays baltes, réside la peur d’un changement des rapports de force favorable à la Russie. L’expérience de la « guerre hybride » en Ukraine fait craindre l’émergence de nouvelles formes de conflits et de manipulation des données qui peuvent se faire jour par le biais de l’IA.

En France, en Allemagne et dans les pays du Sud et du Nord notamment, la question du terrorisme islamiste reste centrale, avec de nombreux attentats sur le sol européen. Or, l’IA, combinée notamment aux potentialités de l’imprimante 3D, pourrait demain permettre de fabriquer des armes à bas coûts en plastique pour les mouvements terroristes.

Un enjeu démocratique

Le troisième défi concerne la pérennité de nos systèmes démocratiques européens, entre aspirations au renouveau et force du populisme.

Certes, notre siècle n’a pas l’apanage de l’irruption dans le débat politique démocratique d’interventions dissimulées, d’outils de propagande, de diffusion de fausses informations intentionnelles. En revanche, suite à l’apparition de ruptures technologiques, nous assistons à des changements d’échelle et de moyens de ces menaces qui peuvent mettre en péril l’ordre même du bon fonctionnement des institutions démocratiques, et miner le vivre-ensemble.

Ensuite, les pratiques de surveillance massive induite par l’IA nous renvoient au dilemme classique entre sécurité et liberté, déjà observé dans le cyberespace : opportunité pour la sécurité autant que menace réelle pour les droits civils et les libertés. La reconnaissance faciale, vocale et de l’iris posent déjà de nombreuses questions éthiques pour les démocraties avancées. D’où une demande de plus en plus forte pour une IA responsable au niveau international.

Le précédent de la bataille du climat

L’Europe n’est pas le premier pollueur mondial, mais elle s’est pourtant affirmée comme le leader mondial sur le changement climatique. Peut-elle également devenir, demain, la championne de l’IA responsable ? Les Européens peuvent se saisir de ce dossier pour affirmer son rôle en matière internationale, de même qu’elle a su le faire sur le climat.

Car l’affirmation de l’Europe comme leader climatique n’allait pas de soi, et pas uniquement parce qu’elle n’était pas le principal pollueur mondial. En effet, les préférences environnementales des États-Unis ont longtemps été plus fortes que celles régnant en Europe, le renversement ayant eu lieu au cours des années 1980-1990 avec notamment la multiplication des crises sanitaires européennes (crise de la vache folle, OGM, etc.). En outre, de réelles divergences existaient entre l’Allemagne et le nord de l’Europe, plus sensibles à ces thèmes que ne l’était l’Europe du Sud.

L’Europe comme leader climatique est, en réalité, le produit d’un système de gouvernance et d’une dynamique politique. Le changement des opinions publiques des États membres, sur fond de scandales sanitaires et de prise de conscience politique, ne suffit pas à justifier la place prise par les Européens sur ce dossier.

La COP21 à Paris, en décembre 2015 : un succès pour la diplomatie française. Cop21/Flickr

Le Parlement et la Commission ont également joué un rôle décisif, notamment par leur capacité à négocier, édicter des règles communes à l’intérieur des frontières européennes et promouvoir à l’extérieur des normes et standards. Les acteurs de l’UE ont su gagner en légitimité avec des normes élevées, à même d’avoir un impact en matière de changement climatique. Enfin, si la logique de souveraineté partagée a allongé les périodes de négociation, elle a dans le même temps permis de diffuser au mieux les résultats au niveau international.

L’exemple de la « petite » Estonie

En matière d’intelligence artificielle, l’enjeu est tout aussi complexe à négocier dans la mesure où, pour le moment, le régulateur est en retard sur le développement technologique. De fait, l’IA avance sans entrave, alors que les domaines régaliens et ceux de la bioéthique sont largement impactés. Or, les Européens sont distancés dans ce domaine.

Un article de Forbes, dressant le portrait des sept prochains leaders de l’IA, mettait de côté la France et l’Allemagne, ne mentionnant que l’Estonie parmi ceux-ci. Disposant de moins de ressources que Paris et Berlin, la République balte doit cette place honorable à sa capacité à réguler l’IA, faisant face à des questions sans précédent face à des machines intelligentes.

L’Europe peut donc s’inspirer de l’Estonie pour penser à l’édiction de normes, gagner en légitimité sur ce secteur en proposant des normes élevés (notamment, en France, à l’occasion de la réflexion sur l’IA avec la mission Villani et la discussion de la loi bioéthique) et en utilisant au mieux sa souveraineté partagée.

Pour une IA responsable

Être le leader de l’IA responsable ne signifie pas limiter les progrès dans ce domaine, mais poser les termes d’une réflexion de long terme que la « course à l’armement en matière d’IA » ne permet pas de tenir. Or, face à cette course, il faut remarquer que nos institutions internationales et nos traités de désarmement du XXe siècle ne sont pas adaptés.

Le désarmement supposera vraisemblablement à l’avenir de mettre autour de la table les grandes puissances autour de politiques communes (par exemple sur la limitation de l’utilisation de l’IA pour les armes offensives), et d’établir des lignes rouges et de déterminer un cadre pour faire respecter les obligations contractées, tout en limitant la désinformation.

Précisément, les Européens ont montré qu’ils disposaient de l’ensemble des qualités requises mentionnées en matière de politique de changement climatique. Ils ont mis tout leur poids politique dans la balance à l’occasion de la ratification du protocole de Kyoto, convainquant par exemple la Russie à ratifier celui-ci.

Ils ont également été capables de faire du changement climatique une question politique mondiale, tout en prenant des engagements crédibles. Ces engagements, critiqués pour être contraignant, ont permis un essor des énergies renouvelables en Europe et une stimulation des recherches en ce domaine. De la COP21 de décembre 2015 au Sommet climat de Paris de décembre 2017, l’Europe, et particulièrement la France, a pu démontrer que son rôle restait important en la matière.

Pour cela, elle doit s’emparer du débat sur l’IA dès à présent. Si plusieurs crises sanitaires ont pu faire évoluer les mentalités sur l’environnement, il est préférable d’agir avant l’émergence de possibles futures crises de l’IA, et de participer dès à présent à la réflexion éthique en matière d’intelligence artificielle.

The ConversationContre toute attente, malgré sa marginalisation en matière d’IA, l’Europe pourrait donc bien être de retour prochainement, à condition qu’une volonté commune soit véritablement incarnée.

Florent Parmentier, enseignant à l'École d'affaires publiques de Sciences Po. Chercheur-associé au Centre HEC Paris de Géopolitique et Christian Dargnat, Maitre de conférences en géoéconomie à Sciences Po.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

Les libertés politiques et syndicales

Les libertés politiques et syndicales

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Huitième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, les étudiants réclament les libertés politiques et syndicales au sein de leur école.

Lire la suite
La démocratie en clair-obscur

La démocratie en clair-obscur

Par Olivier Dabène (CERI). À quelques semaines d’intervalle, le Venezuela et la Colombie ont tenu des élections présidentielles que tout oppose. Le 20 mai, au Venezuela, Nicolas Maduro a mis en scène sa réélection à l’issue d’un simulacre de scrutin que l’opposition avait boycotté. La participation électorale n’a pas atteint les 50 %, alors qu’elle avait flirté les 80 % en 2013, et le candidat chaviste a été crédité de 67 % des voix. La Colombie, de son côté, a connu ses premières élections sans violence dans un contexte inédit de post-conflit.

Lire la suite

"Montrer la révolution entrepreneuriale au féminin"

Diplômée du master en communication de Sciences Po, Nora Poggi est la réalisatrice du film documentaire « She Started It ». Projeté plus de 300 fois, entre autres aux universités de Harvard, de Columbia, de Yale… mais aussi à la Banque Mondiale, à Disney, ou encore chez Google et dans de nombreux festivals, ce film suit le parcours de cinq jeunes femmes qui ont lancé leur start-up dans la Silicon Valley. Interview avec la réalisatrice à l’occasion d’une conférence à Sciences Po.

Lire la suite
Un nouveau master en marketing et luxe

Un nouveau master en marketing et luxe

À la rentrée 2019, l’Ecole du management et de l’innovation ouvre un nouveau master intitulé « Master Marketing : New Luxury & Art de Vivre ». Entièrement en anglais, il a pour vocation d’accueillir 25 étudiants français et internationaux. Les participants auront des parcours très divers. Des connaissances préalables en marketing ne sont pas nécessaires.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec ses tutoriels en vidéo. Dans “Sciences Po passe le Bac”, nos profs planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Dans nos fiches méthodo, on vous explique comment éviter le hors-sujet, lire une carte ou encore travailler en temps limité. De quoi se préparer aux épreuves en toute sérénité.

Lire la suite
« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

Adjoint à la mairie de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, Jean-Louis Missika a suivi le projet du campus de l’Artillerie depuis ses prémisses. Il raconte comment la Ville de Paris s’est impliquée dans le dossier. L’enjeu ? Le déploiement, au cœur de l’espace urbain, d’un campus symbolisant le rôle prépondérant que les établissements universitaires sont appelés à jouer dans la métropole de demain.

Lire la suite
Mieux prévenir la criminalité

Mieux prévenir la criminalité

Comment prévenir la criminalité ? L’incarcération permet-elle de réduire durablement la récidive ? Roberto Galbiati, chercheur à Sciences Po, se penche sur “l’économie du crime”. Il propose d’ouvrir la boîte noire des politiques d’incarcération et de lutte contre la récidive en France, en Italie et aux États-Unis. Il présentera les enseignements de ses travaux le 4 juillet prochain lors d’un colloque co-organisé par le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po, en partenariat avec France Stratégie.

Lire la suite
La cogestion

La cogestion

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Septième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, le statut de cogestion, élaboré par le comité paritaire des études, est voté par les étudiants. Il sert de matrice à la réforme des statuts de l’IEP de janvier 1969.

Lire la suite
Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Enseigner l’économie comme si les 30 dernières années avaient vraiment eu lieu. Et (re)donner le goût pour cette discipline aux étudiants. Telles sont les ambitions de CORE, un nouveau cours et son manuel élaborés par des professeurs d’économie du monde entier, parmi lesquels Yann Algan à Sciences Po. Objectif de ce cours : montrer que l’économie, jugée souvent trop abstraite et théorique, peut contribuer à résoudre les problèmes et les crises du monde réel.

Lire la suite
Le mai des professeurs et des chercheurs

Le mai des professeurs et des chercheurs

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Sixième épisode de “Ça s’est passé…”, le 8 juin 1968, les enseignants de Sciences Po se réunissent pour la seconde fois en Assemblée générale. Leur action, conjointe à celle des étudiants, contribue à révolutionner leur statut au sein de l’école.

Lire la suite