"Il manque un débat de fond pour savoir ce qui est acceptable pour un candidat"

“Renouvellement”, “éthique”, “système”... jusqu'au second tour de la présidentielle, les étudiants internationaux du Collège universitaire (le 1er cycle de Sciences Po) prennent la parole dans Paris Match sur un mot qui compte pour eux en politique. Lukas Hochscheidt, 19 ans, étudiant allemand en double diplôme avec la Freie Universität Berlin sur le campus de Nancy a choisi de commenter le mot “éthique”. Il nous explique pourquoi.

#LePoidsdesMotsParis Match a analysé plus d'un million de mots prononcés par les prétendants à l’Elysée, et propose un moteur de recherche et des analyses sur "ce que les candidats disent". C'est dans le cadre de ce projet que les étudiants internationaux de Sciences Po apportent, chaque semaine, un regard extérieur sur la campagne. 

Quel regard portez-vous sur la campagne présidentielle française ?

Lukas Hochscheidt : Pour un Allemand, la campagne présidentielle est une expérience assez étrange : les scandales et les révélations des semaines passées auraient eu des conséquences très différentes en Allemagne. M. Fillon, par exemple, aurait certainement dû démissionner après sa mise en examen ; de même pour Marine Le Pen qui refuse de suivre sa convocation au commissariat. Les Allemands sont, à travers leur histoire, très attachés à l'intégrité morale de leurs représentants ; un candidat à la chancellerie engagé dans une affaire judiciaire, c'est complètement inconcevable !

Pourquoi avoir choisi le mot éthique ?

L. H. : Parce que je crois que la question de l'éthique n'est pas assez posée à l'égard de toutes les affaires qui se sont produites depuis le début de la campagne. Les candidats concernés essaient de culpabiliser la justice et les médias, les analystes renvoient souvent vers la présomption d'innocence et beaucoup d'électeurs estiment que, de toute façon, ils sont "tous pourris" à la tête de l'État. Ce qui manque, c'est un débat de fond autour de la question de savoir ce qui est acceptable ou pas si l'on se présente aux élections présidentielles. Personnellement, je crois qu'un prétendant à la présidence devrait être doublement irréprochable : juridiquement et moralement. Un casier judiciaire vierge ne suffit pas pour remplir les deux critères.

Que vous apporte à titre personnel mais aussi dans le cadre de vos études cette collaboration avec un média ?

L. H. : C'était la première fois que je participais à un tel projet et je suis très content de l'avoir fait : le suivi de mon projet de rédaction de la part de Paris Match m'a beaucoup aidé à mettre en valeur mes idées pour rédiger un article cohérent et intéressant. Même si mon projet professionnel ne m’oriente pas vers le journalisme, les médias sont un acteur très important de la vie publique auquel j'aurai certainement affaire un jour, peu importe dans quel domaine je travaillerai. Cette collaboration m'a permis de découvrir le travail journalistique d'un autre point de vue, et je vais en garder un très bon souvenir.

Pour aller plus loin :

Tout savoir sur le projet "Le poids des mots"

Abonnez-vous à notre newsletter "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po !

Le Parti Socialiste : transformation ou destruction ?

Le Parti Socialiste : transformation ou destruction ?

Par Fadi Kassem, agrégé et doctorant au Centre d’histoire. Pour la première fois depuis 1974, le candidat du Parti socialiste à l’élection présidentielle a obtenu (largement) moins de 10 % des suffrages au premier tour. Doublé sur sa droite par Emmanuel Macron reprenant le projet giscardien de créer un grand centre, et sur sa gauche par Jean-Luc Mélenchon qui envisage une sortie des traités européens pour mener une politique ancrée à gauche, le PS a connu un échec sans précédent depuis 1969. Incontestablement, l’élection présidentielle de 2017 constitue un tournant et amène à s’interroger sur la survie du Parti né au Congrès d’Epinay en 1971.

Lire la suite
50% d'admis à l'agrégation de science politique issus de Sciences Po

50% d'admis à l'agrégation de science politique issus de Sciences Po

Concours très sélectif organisé tous les deux ans, l’agrégation de science politique permet d’accéder directement au titre de Professeur des universités. L’édition 2017 constitue un cru exceptionnel pour l’École doctorale de Sciences Po : ses jeunes docteurs représentent en effet 50% des admis, soit deux sur quatre. Entretien avec Carole Bachelot et Simon Persico, reçus respectivement premier et troisième, qui reviennent sur leur préparation et leur parcours scientifique.

Lire la suite
Emmanuel Macron, promotion 2001

Emmanuel Macron, promotion 2001

“Un étudiant tchèque en échange universitaire qui n’a pas vu un coiffeur depuis des décennies” : c’est ainsi qu’Emmanuel Macron apparaît pour la première fois à Sciences Po à Marc Ferraci, un autre étudiant fraîchement admis, qui va devenir son plus proche ami, et qui sera son témoin de mariage quelques années plus tard - l’occasion de rappeler cette anecdote capillaire dans son discours. Portrait des années d'étudiant du plus jeune président de la Ve République.

Lire la suite
Savez-vous prendre la parole dans les médias ?

Savez-vous prendre la parole dans les médias ?

Structurer ses idées pour être lu, utiliser les réseaux sociaux, écrire une tribune ou encore répondre à une interview face caméra ou à la radio. Autant de situations auxquelles les diplômés peuvent être confrontés un jour dans leur vie professionnelle. Afin d’y répondre, l’École de journalisme de Sciences Po crée son « Centre des médias » et propose aux étudiants non-journalistes de se former à la logique et aux techniques des médias.

Lire la suite
«Une privatisation de la démocratie est en train de s'opérer»

«Une privatisation de la démocratie est en train de s'opérer»

Fracture entre le peuple et les élites, inégalités, rejet du projet européen, tentation du nationalisme… De quoi ces signaux sont-ils le nom ? Dans La Démocratie de l’entre-soi, plusieurs chercheurs de Sciences Po livrent une nouvelle grille d’analyse pour comprendre pourquoi notre démocratie doute. Entretien avec Luc Rouban, co-directeur de publication de l’ouvrage et chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF).

Lire la suite

"Staff Ride" en Normandie : rejouer le Débarquement

C’est une première. 40 étudiants du master International Security de l’École des Affaires internationales de Sciences Po (PSIA), ont participé, dans le cadre de leur formation au premier "Normandy Student Staff Ride", un cours innovant permettant la mise en application pratique sur les champs de bataille de la théorie apprise en classe.

Lire la suite
Perturbateurs endocriniens : au cœur des controverses

Perturbateurs endocriniens : au cœur des controverses

Jean-Noël Jouzel, chercheur au Centre de sociologie des organisations, concentre ses recherches sur les risques environnementaux tels qu’ils sont traités (ou pas) dans les milieux professionnels. Aujourd’hui il nous éclaire sur la question des perturbateurs endocriniens. Peu centrale dans la campagne qui vient de s’achever, elle figure toutefois dans le programme du président élu, Emmanuel Macron, qui prévoit de “protéger les Français de leur exposition” à ces substances, notamment en évaluant mieux leurs effets. C’est là l’objet d’une intense controverse alimentée par les industriels pour retarder l’adoption de mesures contraignantes. Un enjeu scientifique, juridique, et économique de premier plan pour la santé des Français et des Européens.

Lire la suite