Les espaces de la colère

Occuper l’espace pour contester. C’est l’angle d’attaque choisi par Hélène Combes, David Garibay, Camille Goirand, et une équipe de chercheurs pluridisciplinaire pour aborder un thème encore peu exploré : les lieux où se cristallisent les contestations populaires. Interview

Les citoyens lorsqu’ils souhaitent manifester se rassemblent dans la ville et choisissent un espace. Pourquoi analyser cet espace ?

Les mobilisations sont souvent associées, dans les médias, à des lieux physiques. Pendant les révolutions arabes, elles ont souvent été nommées en fonction de la place où elle se tenait : place Tahrir, la place du Changement à Sanaa, puis Gezi en Turquie, etc. En revanche, si on regarde la production académique française sur les mouvements sociaux, cette question est peu traitée. Dans les années 1990, il y a eu un renouveau de l’étude de l’action collective qui est souvent passé par l’analyse du répertoire d’action: manifestations, grèves de la faim, occupations. Paradoxalement, ces travaux, même s’ils s’intéressent à des mobilisations situées dans l’espace, ne traitent pas de la question spatiale de façon  spécifique. On a donc souhaité combler cette lacune à travers un regard pluridisciplinaire. L’ouvrage réunit donc des politistes, géographes, urbanistes, sociologues et anthropologues qui ont apporté leur regard sur des situations locales et nationales contrastées : la France dont la Guyane,  les Etats-Unis, le Pérou, le Mexique, le Chili, l’Argentine ou encore le Yémen.

Concrètement, en quoi l’espace compte ?

La question de l’espace est abordée sous différents angles. Nous montrons tout d’abord comment l’espace structure physiquement la mobilisation. Prenons l’exemple de Nuit Debout : l’espace de la place a un effet sur les possibilités de ce mouvement. L’ampleur de l’assemblée dépend en partie de questions techniques : la sono ne permet pas de couvrir l’ensemble de la place. Rapidement, l’espace s’est divisé entre un côté consacré aux discussions et un autre consacré à la dimension plus festive de la mobilisation. La localisation de la place de la République, au centre de Paris, a permis des mobilisations flash en forme de toile d’araignée : on allait faire telle action, on revenait. Le statut d’espace public – et la relation avec les pouvoirs publics qui en découle- a conditionné le caractère non permanent des installations qui sont démontées le soir et remontées le lendemain.

L’espace définit-il le type de mobilisation ? 

Le chapitre d’Héloïse Nez revient sur le mouvement des Indignés en Espagne et  nous donne ainsi des pistes pour éclairer le mouvement Nuit Debout. Elle montre comment le choix de la délibération va être contraint, et modifié en fonction des espaces qui sont choisis. Les espaces ouverts de la première étape du mouvement– la Plaza del Sol mais aussi des places de quartier–sont partagés avec d’autres usagers, ce qui n’est pas toujours simple. Cet espace ouvert est aussi parfois excluant : les sans-papiers craignent des arrestations, les personnes les plus âgées sont incommodées par l’absence de siège, etc.  Puis l’hiver arrivant, les militants se replient sur des espaces fermés, comme des locaux associatifs. La configuration de ces espaces, avec une estrade, des chaises, va modifier la manière de délibérer. L’espace a ainsi des effets sur la forme mais aussi, in fine, sur la question du maintien de la mobilisation. Dans d’autres pays, comme le Yémen, le Chili, le Pérou, le Mexique etc., les mobilisations sont régulièrement réprimées et conduisent parfois à la mort de personnes mobilisées. Le contrôle de l’espace est alors crucial pour les militants : à travers des barricades comme à Oaxaca ou des contrôles à l’entrée des places comme à Tahrir au Caire ont garanti la sécurité du collectif contre l’intrusion d’adversaires ou l’action de la police. Il y a donc des dimensions très pratiques. L’espace physique contraint la mobilisation, a des effets sur les interactions avec les autres acteurs, notamment la police ou les groupes d’opposants.

Comment l’espace façonne les identités militantes ?

C’est un deuxième axe traité dans l’ouvrage : la dimension symbolique des lieux. Plusieurs contributions montrent comment le lieu contribue à construire ou réaffirmer une identité collective, et comment ce choix des lieux nourrit la mobilisation à travers les symboles qu’ils portent en eux. Cette dimension symbolique peut aussi être construite par la mobilisation. C’est ce que montre Anahi Alviso à travers l’analyse du travail des artistes sur la Place du changement à Sanaa. ll existe une géographie politique des lieux : les mobilisations liées à des causes de gauche ne se déroulent dans les mêmes endroits que celles de la droite. C’est une première dimension assez évidente, et qui a été documentée, notamment dans le cas français : Danielle Tartakowsky montre que pour les mobilisations de droite, c’est plutôt Champs-Elysées et Trocadéro, et pour les mobilisations de gauche, de République à Nation.

L’occupation des places constitue une pratique qui se diffuse de plus en plus à l’échelle globale. Avec toutefois, des situations très locales.

Regardez l’exemple de la mobilisation des enseignants (Maestros) au Mexique, expliqué dans le livre par Julie Métais. L’Etat de Oaxaca a une très forte tradition de syndicalisme indépendant depuis les années 1980. En 2006, la capitale régionale a été occupée pendant près de 4 mois par des enseignants qui venaient de zones rurales et qui ont mis en place des barricades. La référence à la Commune de Paris résonne toute de suite en nous et a été reprise par de nombreux observateurs. Mais, ce mode d’action renvoie beaucoup plus à des pratiques villageoises locales: les communautés indigènes cherchent à contrôler les circulations sur leurs territoires dans un contexte de montée en puissance du narcotrafic ou de conflits entre villages. Il faut donc être prudent sur la question de la diffusion. Plus généralement, l’occupation des places est à mettre en lien avec la transformation des pratiques militantes et la volonté de se réapproprier le débat collectif. De même à Nuit Debout, ce n’est pas au nom d’un collectif qu’on prend la parole : un responsable syndical a le même temps de parole qu’un novice. L’occupation d’une place renvoie souvent à un militantisme de proximité fondé sur la volonté de débattre en dehors des formats spatiaux et militants des organisations politiques où le débat est très encadré, comme le montre Martin Baloge dans le cas du Parti socialiste.

Les espaces traversés par les militants ne sont pas seulement géographiques, mais aussi sociaux.

Cette question est aujourd’hui au cœur des préoccupations sur des analyses sur l’espace. Ainsi, la géographe Charlotte Pujol montre à partir du mouvement des chômeurs en Argentine comment les manifestations permettent aux chômeurs, venus de quartiers populaires, de se réapproprier la ville. Cela modifie leur routine de vie, mais aussi la perception que peuvent en avoir le reste des habitants. Dans un espace urbain très clivé et très inégalitaire, cette mobilité remet en cause une partie de l’ordre social. Par exemple, une association de lutte pour le logement sur laquelle j’ai travaillé a reconstruit un quartier populaire sur la place centrale de Mexico ; les militants ont habité un temps ce campement pour montrer ce qu’est un bidonville en le plaçant au centre de la ville. Imaginez, par exemple, la reconstitution d'une cité du 93 sur la place de l’Hôtel de Ville à Paris  !

Propos recueillis par Nathalie Tenenbaum, Sciences Po-CERI

Transcription Luca Taiariol

En savoir plus

Les sciences sociales au prisme du genre

Les sciences sociales au prisme du genre

PRESAGE, le Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre de Sciences Po, a été créé en 2010. Destiné à promouvoir la recherche sur le genre, à développer l’offre de cours et à diffuser les savoirs sur ce champ, c’est l’un des plus anciens programmes transversal et pluridisciplinaire dédié au genre en France. Rencontre avec ses fondatrices, Hélène Périvier et Françoise Milewski, chercheuses à l'Observatoire français des conjonctures économiques.

Lire la suite
Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Écologiste convaincue et diplômée de Sciences Po en 2015, Tiphaine Guerout a mis ambition entrepreneuriale au service de la cause environnementale. Elle a fondé Koovee, une start-up qui propose une alternative aux couverts jetables en plastique : des cuillères et fourchettes en biscuit, fabriqués en France, qui ont la particularité d’être suffisamment résistants pour que l’on puisse manger avec. Rencontre avec une jeune diplômée qui ambitionne d’inonder les marchés français et européens dans les prochaines années.

Lire la suite
La France est-elle vraiment une

La France est-elle vraiment une "startup nation" ?

Spécialiste de l’histoire politique des États-Unis, Denis Lacorne enquête dans son ouvrage Tous Milliardaires !, paru chez Fayard en novembre 2019, sur le mythe de la "startup nation". L'ambition de la France à figurer parmi les nations capables de produire des géants du numérique est-elle une réalité ?

Lire la suite
Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Après Kamel Daoud et Marie Darrieussecq, Patrick Chamoiseau est le nouveau titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. Lauréat du Prix Goncourt 1992, primé à maintes reprises, Patrick Chamoiseau est auteur de romans, contes, essais, scénarios. À partir de janvier 2020, il donnera cours aux étudiants de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite

"On peut sortir de la croissance sans sortir du capitalisme"

Économiste engagé pour une société visant le bien-être, Éloi Laurent démontre dans son dernier ouvrage, Sortir de la croissance, mode d’emploi, pourquoi la crise écologique ne pourra être résolue sans abandonner l’objectif de croissance. Utopiste ? Non, d’après lui, il s’agit au contraire d’un objectif non seulement humaniste mais aussi tout à fait réaliste. Preuves à l’appui.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite
Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir'

“Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Fariba Adelkhah a entamé une grève de la faim

Fariba Adelkhah a entamé une grève de la faim

26 décembre 2019 - En cette période de fêtes de fin d’année, notre collègue et amie Fariba Adelkhah, injustement emprisonnée en Iran depuis plus de six mois, a débuté une grève de la faim illimitée. Cette grave nouvelle nous bouleverse profondément et porte à son comble l’inquiétude que nous éprouvons devant le sort terrible imposé à nos collègues.

Lire la suite