Décès de Pierre Milza, un des plus grands professeurs de Sciences Po

Pierre Milza, historien, éminent spécialiste de l’histoire politique et culturelle contemporaine, de l’Italie et des relations internationales, qui a joué un rôle majeur dans l’histoire de sa discipline à Sciences Po et, plus largement, dans l’histoire de l'institution où il enseigna de 1968 à 2000 est décédé le 28 février 2018. Avec lui c'est un des plus grands professeurs de Sciences Po qui disparaît. 

Ancien instituteur, agrégé et docteur en histoire, Pierre Milza fut un professeur et un pédagogue, soucieux d’une diffusion de qualité et d’un dialogue constant avec le plus grand nombre – comme en témoignent ses cours et ses manuels, co-écrits avec son collègue et ami Serge Berstein, devenus de véritables classiques pour des générations d’étudiants. Directeur de collections (chez Fernand Nathan, Hatier, Autrement, etc.), il fut un auteur prolixe, autant qu’un éditeur inspiré.

Un inlassable "entrepreneur académique" dont les ouvrages ont marqué des générations d'étudiants

À Sciences Po, où il fut nommé professeur des universités en 1978, après avoir été recruté comme assistant en 1968, Pierre Milza fut, avec Serge Berstein, un inlassable « entrepreneur académique » et un fervent défenseur de la discipline historique, fondateur et premier directeur du Centre d’histoire de l’Europe du Vingtième Siècle de Sciences Po en 1984, au sein duquel il a intégré le service des Archives d’histoire contemporaine ; qu’il dirigea quinze ans, jusqu’en 2000.

De sa thèse d’État sur Français et Italiens à la fin du 19e siècle. Aux origines du rapprochement franco-italien de 1900-1902 (École française de Rome, 1981) à ses ouvrages consacrés à des grandes personnalités transalpines du XIXème et du XXème siècle, Pierre Milza s’est imposé comme l’un des principaux spécialistes de l’histoire de l’Italie contemporaine, en particulier du fascisme, un champ qu’il a développé en créant un groupe de recherche sur l’histoire contemporaine de l’Italie et en présidant le Comité franco-italien d’études historiques. Il s’est intéressé également à l’histoire de la France,  a animé un séminaire fameux au Centre d’histoire de l’Europe du Vingtième Siècle de Sciences Po, dirigé la Revue d’histoire moderne et contemporaine et suivi de très nombreuses thèses, formant ainsi une génération d’historiens et d’historiennes, dont des italianistes de premier plan.

Un spécialiste des fascismes et des extrêmes-droites européennes

Dans la continuité de ses maîtres, Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle, Pierre Milza fut également un éminent représentant de l’École française d’histoire des relations internationales qu’il a contribué à renouveler en s’intéressant de manière pionnière aux jeux d’échelle (des migrants anonymes aux hommes d’État fameux ; du village aux banlieues ouvrières), aux « forces profondes » – opinion publique, mentalités, représentations, cultures –, à l’analyse « à chaud » de l’évolution du monde (Le nouveau désordre mondial, Flammarion, 1983), à l’histoire globale des migrations (dir. Les Italiens en France de 1914 à 1940, Rome, EFR, 1986), autant qu’aux « grands décideurs » auxquels il a consacré de grandes biographies (Mussolini, Fayard 1999 ; Verdi, Perrin, 2001 ; Napoléon III, Fayard, 2004 ; Voltaire, Perrin, 2007, Garibaldi, Fayard, 2012 ; Pie XII, Paris, Fayard, 2014) qui ont connu un succès populaire et ont été couronnées par des prix prestigieux.

Homme d’engagement, historien du politique du XIXe siècle au temps présent, Pierre Milza a apporté sa pierre au débat historiographique sur les fascismes et les extrêmes-droites européennes, adoptant une perspective comparée, attentive aux contextes et aux pratiques, ainsi qu’une contribution importante à la réflexion sur le concept de totalitarisme (Fascisme français. Passé et Présent, Paris, Flammarion, 1987 et L’Europe en chemise noire. Les extrêmes droites européennes de 1945 à nos jours, Paris, Fayard, 2002).

Ouvrir l'étude historique des immigrations

« Migrant, inconfortablement posté entre deux cultures cousines et pourtant dissemblables », ayant contribué à ouvrir l’étude historique des immigrations, dont celle des Italiens en France, Pierre Milza nous invite à l’accompagner dans son Voyage en Ritalie (Paris, Plon, 1993), à la fois essai d’égo-histoire personnelle et intellectuelle et brillante synthèse des connaissances de la présence italienne dans notre pays. Ses élèves lui ont rendu hommage dans des Mélanges en l’honneur de Pierre Milza. D’Italie et d’ailleurs (Rennes, PUR, 2014).

Dynamique, ouvert d’esprit, profondément humain, Pierre Milza, dont la notoriété scientifique était connue et reconnue, notamment en France et en Italie -  les nombreuses distinctions qu’il a reçues en témoignent - était, à bien des égards, l’un des meilleurs représentants de la communauté académique de Sciences Po.

Marc Lazar et Marie Scot

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Depuis sa création en 1872, Sciences Po a accueilli des milliers d’étudiants issus d’universités outre-Manche. Sir Austen Chamberlain, un diplômé de Cambridge promis à un brillant avenir dans la diplomatie européenne, fut parmi les tout premiers à y étudier. Célèbre pour son rôle dans les négociations des Accords de Locarno, pour lequel il reçut le prix Nobel de la paix, Austen Chamberlain occupa le poste de ministre des Affaires étrangères britannique pendant l’entre-deux-guerres de 1924 à 1929. Qu’a-t-il retenu de son passage à Sciences Po en tant qu’unique élève britannique de la promotion 1886, et comment ce séjour a-t-il forgé sa politique à une époque aussi charnière de l’histoire européenne ?

Lire la suite
“Retrouver le goût du partage démocratique”

“Retrouver le goût du partage démocratique”

Professeur à Sciences Po et ancien directeur du Centre d’études politiques de Sciences Po (Cevipof), Pascal Perrineau a été nommé le 17 janvier 2019 parmi les 5 garants du grand débat national. Comment envisage-t-il le débat ? Quels seront ses objectifs ? Réponse en vidéo.

Lire la suite
Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Par Dominique Boullier, Mariannig Le Béchec et Maxime Crépel. Les livres qui s’entassent dans votre bibliothèque sont-ils encore vivants ? Pourquoi les garder s’ils ne le sont plus ? Pourquoi l’attachement au livre imprimé ne se dément-il pas à l’heure du livre numérique ?

Lire la suite
“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

Depuis 10 ans, le Baromètre de la confiance politique du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) mesure les niveaux de confiance accordés par les Français à leurs acteurs politiques, sociaux et économiques. Il révèle aussi les degrés de confiance personnelle et interpersonnelle : famille, voisins... et mesure les perceptions de l’avenir par les Français. À l’occasion de la parution de la 10e vague, entretien avec Martial Foucault, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2019 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Par Michele Di Donato, Centre d'histoire de Sciences Po - En apparence spontanée et souvent même grossière, la communication de Matteo Salvini est coordonnée soigneusement et s'appuie sur un outil informatique très efficace. Il faut toutefois se garder de la tentation d’attribuer seulement à ces techniques la réussite de la communication de la Ligue. En effet depuis la crise de 2008, les partis qui proposent une distinction entre un « peuple » homogène et des « élites » corrompues, ont le vent en poupe un peu partout dans le monde.

Lire la suite
Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 45 % au concours 2018 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 180 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours, 79 ont été admis. Huit d’entre eux figurent dans les dix premiers du classement, et vingt parmi les trente premiers.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite
L’espionne qui venait de Sciences Po

L’espionne qui venait de Sciences Po

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

Lire la suite