Le cours de Badie en version mondiale

22 000 fans : plus qu’un concert de Beyoncé à Bercy. C’est le nombre d’internautes qui ont suivi le cours en ligne de Bertrand Badie, en 2014 et 2015. Depuis un village de Saintonge, Rabat, La Réunion ou Mexico, au bureau, ou en faisant le ménage, ces étudiants de tous les âges et du monde entier ont plébiscité cette première édition du MOOC “Espace mondial”. Bonne nouvelle pour les accros, l’aventure redémarre sur la plate-forme Coursera, avec une nouvelle version internationale, multilingue, et à la demande.

En janvier 2014, Bertrand Badie, professeur de relations internationales à Sciences Po, s’installait dans un amphi un peu particulier : pour la première fois, son cours d’Espace mondial s’ouvrait à tous, gratuitement et en libre accès sur la plate-forme France Université Numérique (FUN) . En deux éditions, son cours a fait le tour du monde et passionné 22 000 internautes âgés de 15 à 85 ans. Une expérience de démocratisation du savoir inégalée pour Sciences Po, qui a redémarré depuis le 3 juin dernier dans une version internationale sur la plate-forme américaine Coursera.

Délivrée en anglais et bientôt sous-titrée en arabe, mandarin, français, portugais et espagnol, cette nouvelle leçon d“Espace mondial” a désormais la possibilité de s’adresser à un public encore plus vaste que celui, déjà très divers, de la première édition. Près de 15% des internautes qui ont suivi la première version en français résidaient en effet à l’étranger.

  • À la carte et en 6 langues : une nouvelle version enrichie encore plus accessible

Mexique, Brésil, Maroc, Sénégal, Chili, Madagascar, Chine, États-Unis...mais aussi le Var, l’Aquitaine rurale, le village de Sausset-les-Pins et la Nouvelle-Calédonie : les commentaires enthousiastes des “étudiants” virtuels dessinent les contours d’une “communauté d’intérêt intellectuel” - selon l’expression d’un des élèves -  qui se joue de toutes les frontières. Même pour ceux qui ne parlent pas couramment le français : “Je suis philippine et mon niveau de français est assez bas, raconte une des internautes, mais grâce aux sous-titres et aux fiches je pouvais comprendre et améliorer mon français en plus de ma connaissance de l’Espace mondial !”.

Avec cette nouvelle version multilingue sur Coursera, ce MOOC se donne ainsi les moyens d’aller encore plus loin dans ce qu’un autre internaute appelle “l’espace mondial du savoir”, qui a également aboli les distinctions de classe, d’âge, ou de statut social. Les témoignages font ainsi entendre la voix d’un ancien agriculteur de 56 ans, d’une étudiante en Côte d’Ivoire, d’une psychologue, d’un ingénieur, d’une créatrice textile aussi bien que d’un retraité qui se réjouit de “retourner sur les bancs de l’école” qu’il a “quittée à 16 ans pour aller à l’usine.

  • Un cours déclaré “d’utilité publique” par 22 000 internautes

Je me sens enfin la capacité de mieux comprendre notre monde et ses mécanismes”. “Bertrand Badie m’a affûté le regard.” “Vos cours nous aident à garder une certaine distance vis-à-vis de l’actualité” : au-delà de leurs différences, ces profils partagent avec une immense jubilation intellectuelle leur “chance” d’avoir accès à ce “cours d’utilité publique”, “passionnant et addictif”, selon l’expression d’un élève.

Ces fans étaient déjà nombreux à réécouter le cours “la nuit, quand toute la maison dort”, “en faisant le ménage” ou “à l’aube avant d’aller au travail”. Pour les anciens et les nouveaux “addicts” d’Espace mondial, cette nouvelle version anglaise disponible sur Coursera promet encore plus de flexibilité.  Avec un format plus court “à la demande”, toutes les séances ouvrent en même temps : chacun peut circuler dans le cours à sa guise et selon sa disponibilité. Autre bonus de cette nouvelle saison : plus de 200 cartes, diagrammes et photos viennent à l’appui des 9 h de vidéos, ainsi que de très nombreux textes, QCM et forums de discussion.

Ce cours d’histoire-géo mêlé de philo, de droit, de sciences humaines est un vrai cours d’humanité, et je suis pour sa mondialisation immédiate” : le souhait de cet étudiant est désormais exaucé sur Coursera !

En savoir plus

Sarah, entre études et ballon rond

Sarah, entre études et ballon rond

Allier études en affaires publiques et football, c’est le pari fait par Sarah Boudaoud, étudiante en master Public Policy - spécialité Management and Public Affairs et joueuse professionnelle au prestigieux club de football féminin d’Issy-les-Moulineaux. Comment alterne-t-elle études à Sciences Po, séances d’entraînement et matchs, et un CDD d’assistante parlementaire ? Découvrez son parcours en vidéo !

Lire la suite
Handicap :

Handicap : "En parler sans tabou"

Diplômée 2018 du master en Sécurité internationale de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), Marie-Line a passé le prestigieux concours du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères via une voie spécifique de recrutement dédiée aux personnes en situation de handicap. Dans deux mois, elle prendra son premier emploi en tant que “secrétaire des Affaires étrangères”, un poste de catégorie A. Préparation des concours, futures missions à l’étranger ou encore accompagnement du handicap à Sciences Po, elle nous détaille son parcours.

Lire la suite
“Les réseaux sont des espaces culturels”

“Les réseaux sont des espaces culturels”

La Joconde aurait-elle fait un selfie ? Présents à chaque instant dans la vie des étudiants, les réseaux sociaux bouleversent aussi la création : ils créent de nouveaux usages, renouvellent l’expression de soi, réinventent les codes. Dans son cours sur les “Sociologies des cultures web”, Naveen Minai emmène les étudiants explorer ces espaces de la modernité culturelle…

Lire la suite
De Nairobi à Paris

De Nairobi à Paris

Sciences Po et l’université de Strathmore ouvrent un nouveau double diplôme en bachelor et master. Cette formation permettra aux étudiants de premier cycle inscrits à l’université de Strathmore d’obtenir, en cinq ans, un diplôme de bachelor de l’université de Strathmore suivi d’un diplôme de master de Sciences Po.

Lire la suite

"L'amour des textes"

Qu’est-ce qui peut réunir une ancienne ministre de la Culture et des étudiants réfugiés dans une salle de cours ? L'amour des textes d'Albert Camus et de Victor Hugo ! Avec la culture comme langage universel et outil d’intégration, Aurélie Filippetti transmet sa passion des grands textes aux étudiants réfugiés accueillis par Sciences Po depuis 2015. Quand littérature rime avec ouverture...

Lire la suite
FEMPO, la success story

FEMPO, la success story

FEMPO est une start-up qui propose des culottes en tissu lavable destinées à remplacer les protections hygiéniques. Accompagné par l’incubateur de Sciences Po en 2018, ce projet est né de la rencontre de deux alumnae, Fanny Abes, diplômée du master en politique économique internationale, et Claudette Lovencin, diplômée du master en politique publique. Lire la suite

Une histoire de femmes

Une histoire de femmes

Des premières étudiantes entrées dans nos murs en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment la place des femmes a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Sciences Po 3ème université mondiale en

Sciences Po 3ème université mondiale en "science politique et relations internationales"

Sciences Po améliore encore son positionnement international en "science politique et relations internationales" en passant de la quatrième à la troisième place mondiale dans le classement international QS 2019 des meilleures universités par discipline, dévoilé ce 26 février 2019. Classée derrière Harvard et Oxford, Sciences Po est la première université d'Europe continentale dans cette discipline, devant LSE et Cambridge.

Lire la suite
“La propagande a été le ciment de la démocratie libérale”

“La propagande a été le ciment de la démocratie libérale”

La persuasion de masse n’est pas née avec Internet, mais le numérique et les réseaux sociaux marquent une révolution dans l’histoire de la propagande. Loin d’avoir disparu avec les régimes totalitaires du XXè siècle, la voici plus présente, plus efficace, et plus dangereuse que jamais pour la démocratie. Entretien avec David Colon, historien et enseignant à Sciences Po, sur son ouvrage Propagande. La manipulation de masse dans le monde contemporain.

Lire la suite