"Aucune catastrophe n'est totalement naturelle"

À l’occasion de la sortie de l’ouvrage Governing Disasters. Beyond Risk Culture qu’elle a co-dirigé avec Julien Langumier aux éditions Palgrave, nous avons rencontré Sandrine Revet. Anthropologue, chargée de recherches au CERI depuis 2009. Sandrine Revet a co-dirigé cet ouvrage collectif, publié en France en 2013 (Éditions Karthala). Elle revient sur la réalité et les enjeux de l’étude du gouvernement des catastrophes.

  • Comment expliquer simplement ce que recouvre la notion de gouvernement des catastrophes?

La notion du gouvernement des catastrophes vient d’un séminaire organisé avec Julien Langumier au CERI entre 2010 et 2012 : « Catastrophes, risques et sciences sociales ». Nous faisons le constat qu’il existe tout un tas de dispositifs qui se mettent en place après un désastre. On regarde à la fois comment ces dispositifs sont conçus, se déploient et comment les gens s’en emparent, les modifient, et sont affectés par ces nouvelles pratiques. Ce qui caractérise ce travail, c’est sa dimension empirique : tous les auteurs ont travaillé à partir d’enquêtes de terrain.

Le thème du gouvernement des catastrophes recouvre beaucoup de choses disparates, de l’ordre de la loi, du décret, du guide de bonnes pratiques, mais aussi de l’intime, de la mémoire. Et cela peut concerner de très nombreux acteurs : des victimes, des acteurs internationaux, des acteurs humanitaires, mais aussi les autorités locales.

  • Quelle est la spécificité de l’anthropologue dans l’étude des catastrophes par rapport à d’autres acteurs ?

J’étudie les catastrophes dans la longue durée. Dans le présent, mais aussi en regardant ses racines, son histoire. J’observe aussi la reconstruction. Les médias renvoient une image brutale d’une catastrophe. Ils sont là à chaud. Or il existe déjà une vulnérabilité en amont, qu’on ne perçoit pas. L’après aussi est invisible. En s’y intéressant de près, on se rend compte que les sociétés reprennent forme vite, mais les médias ne sont plus là pour le voir. Nous, on reste et c’est ce qui permet de nous démarquer.

Ma méthode c’est l’ethnographie. Cela fait 6 ans que je suis les acteurs du gouvernement des catastrophes à la fois dans les organisations internationales à Genève et dans leurs projets en Amérique latine. Je voyage avec eux. J’étudie leurs aspirations, l’évolution de leur vie quotidienne. Je regarde comment ils font circuler les outils et les idées. Les idées ont des jambes et des bras, elles se déploient. Moi, je les suis.

Je me concentre en particulier sur les acteurs internationaux, mais aussi sur les acteurs gouvernementaux et ceux des ONG. D’un point de vue différent que des politologues ou des sociologues, puisque je n’étudie pas la sociologie des organisations, ou l’efficacité des politiques publiques déployées. Ce qui m’intéresse c’est la manière dont ces dispositifs affectent les acteurs.

  • Quelles catastrophes en particulier vous intéressent ?

Je travaille sur les catastrophes dites « naturelles ». J’utilise des guillemets parce qu’aucune catastrophe n’est un phénomène purement naturel. Un désastre dont les origines sont naturelles survient toujours en relation avec des conditions sociales données.

Dans l’ouvrage « Le gouvernement des catastrophes » nous ne nous sommes pas cantonnés aux catastrophes dites « naturelles », mais avons tenté d’ouvrir le spectre des situations étudiées. Par exemple, nous avons travaillé sur un cas de catastrophe technologique (Seveso), sur une pandémie (le SRAS), ou encore sur les inondations du Rhône ou le Tsunami au Sri Lanka. Ce qui nous intéresse c’est comment les acteurs eux-mêmes définissent une catastrophe, pourquoi ils la définissent comme ça, et comment ils vont y répondre.

  • Votre ouvrage sur le "gouvernement des catastrophes" évoque beaucoup les difficultés du chercheur à trouver sa place juste après une catastrophe. Pourquoi ?

L’un des fils rouges du livre c’est la réflexivité, c’est-à-dire de réfléchir à comment la présence du chercheur sur le terrain peut impacter la recherche. Il est important d’inclure nos attentes, peurs, projections, et comment elles ont été bouleversées sur le terrain. C'est pourquoi nous avons demandé aux auteurs de l'ouvrage de prendre le temps de réfléchir à cela dans leurs textes.

C’est toujours difficile de trouver sa place au milieu d’une pléthore d’acteurs différents : humanitaires, politiques, médiatiques. Les gens voient débarquer tout un tas de personnes étrangères qui soudain s’intéressent à elles. Mais il faut savoir que je ne pars pas sur une catastrophe à chaud quand elle est en train de se dérouler. De plus, les acteurs que j’observe  actuellement sont ceux qui interviennent sur la catastrophe, et non ceux qui la subissent.

  • Comment vos recherches influencent-elles les acteurs publics lorsqu’ils ont à gérer une catastrophe ?

Nous nous adressons aux acteurs de la gouvernance des catastrophes : des étudiants dans l’humanitaire, des autorités locales, par exemple. Nos travaux peuvent agir comme un miroir pour eux. C’est une très bonne chose que notre ouvrage ait été traduit en anglais, grâce à un accord entre Karthala et Palgrave, parce cela nous permet de toucher des lecteurs dans le monde entier.

Cependant, les sciences sociales ne sont pas systématiquement reprises par les acteurs politiques, surtout à cause de la temporalité. Eux ont des demandes de réponses très rapides, alors que nous avons une temporalité de recherche beaucoup plus lente.

Il faut considérer la recherche comme un ensemble de travaux qui infusent les pratiques politiques, diplomatiques au fur et à mesure. Si on regarde depuis les années 70 comment le gouvernement des catastrophes se déploie, on voit une évolution du purement technique vers des dispositifs imprégnés par les sciences sociales. Cela nous pousse à être optimistes sur le long terme.

Propos recueillis par Laura Wocjik

Pour aller plus loin

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Promo 2020 : une année historique

Promo 2020 : une année historique

Après trois ou cinq années d’efforts, ils ont accompli toutes les étapes les menant au précieux diplôme de Sciences Po, plus une : avoir vécu et réussi un semestre en pleine pandémie. Quel impact aura ce moment historique sur leur vie future ? En attendant de le savoir, voici le portrait d’une promo à nulle autre pareille : félicitations aux diplômés 2020 !

Lire la suite
Que deviennent nos diplômés ?

Que deviennent nos diplômés ?

L’enquête jeunes diplômés 2020 portant sur la promotion 2018 conforte l’attractivité des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Parmi eux, 86 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont de plus en plus nombreux (37 %) à travailler à l’étranger, dans 87 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête* !

Lire la suite
“L’égalité des chances doit aussi être territoriale”

“L’égalité des chances doit aussi être territoriale”

Originaire de l’Allier, Salomé Berlioux a livré une longue bataille contre l’autocensure avant d’obtenir son diplôme de l’École d’affaires publiques de Sciences Po. En 2016, elle engage le combat à grande échelle en fondant l’association Chemin d’avenirs, qui aide aujourd’hui 1000 jeunes issus des campagnes et des petites villes à surmonter les obstacles qui entravent leurs ambitions. Entretien avec une alumna déterminée.

Lire la suite
Leçons d’un semestre pas comme les autres

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Les étudiants de l’année 2019/2020 viennent de clôturer une année académique à nulle autre pareille. Quel bilan tirer de cette expérience ? Comment s’est déroulée cette bascule en urgence pour les étudiants et les enseignants ? Le bilan que nous publions aujourd’hui montre un pari plutôt réussi pour la grande majorité d’entre eux. Et permet de tirer d’utiles leçons pour le semestre à venir. 

Lire la suite
Féminicides : cartographie d'une controverse

Féminicides : cartographie d'une controverse

En 2020, Auriane, Cassandre, Cloë, Fiona et Huifang, étudiantes en Master Communication, médias et industries créatives à l'École du Management et de l’Innovation de Sciences Po, ont cartographié les controverses autour des féminicides en France. Cette méthode pédagogique, créée par Bruno Latour, professeur émérite à Sciences Po, a pour but d’apprendre aux étudiants à se repérer dans l'univers de la recherche en sélectionnant une controverse sur laquelle ils accumulent une documentation complète qu’ils mettent en forme et publient sur un site web. Chaque thème devient alors une sorte de "parlement virtuel" aidant à la mise en politique des nouvelles "choses publiques". Elles racontent leur expérience.

Lire la suite
Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Bouclage en beauté pour les étudiants de l’École de journalisme de Sciences Po ! Sept d’entre eux ont été distingués par l'un des prix remis chaque année par des rédactions prestigieuses pour identifier leurs prochaines recrues ou récompenser des reportages et enquêtes de qualité, et 15 d'entre eux ont été invités à rejoindre les rédactions de TF1/LCI et France Télévisions. Alors que l’École s’apprête à accueillir une nouvelle promotion, présentation du palmarès 2020. 

Lire la suite
Peuplecratie : le nouveau populisme

Peuplecratie : le nouveau populisme

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
À l'écoute des campagnes

À l'écoute des campagnes

Fondée par des diplômés de l’Ecole urbaine, l’association La Traverse a pour mission d’accompagner les territoires ruraux dans leurs démarches de transition écologique et sociale. Pour étudier et diffuser les bonnes pratiques, cette association produit le podcast “Transitions en terrain connu”, qui met en valeur des stratégies territoriales ambitieuses. Elle a ainsi réalisé un “tour de France des territoires ruraux” dont elle vient de publier le bilan. À cette occasion, Alexia Beaujeux, une des fondatrices, témoigne. 

Lire la suite