1989, place Tiananmen

Les 26, 27 et 28 juin 2017, Sciences Po accueille le prestigieux congrès international des études asiatiques. Pendant ces trois jours, de nombreux spécialistes vont s’exprimer devant des participants du monde entier sur les recherches les plus récentes sur ces zones géographiques. À cette occasion, Sciences Po a souhaité accueillir un témoin majeur de l’évolution du continent asiatique : Wang Dan, l’un des principaux porte-paroles du mouvement de la place Tiananmen en 1989 et aujourd’hui encore fervent défenseur de la démocratie. Jean-Philippe Béja, directeur de recherche émérite CNRS au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po et spécialiste de la Chine, lui rend hommage. Portrait.

Le front ceint d’un bandeau marqué des caractères jueshi (grève de la faim), empoignant un mégaphone, le regard dissimulé derrière des lunettes à monture d’écaille, Wang Dan s’adresse à la foule sur la place Tiananmen. L’image de cet étudiant de vingt ans est devenue un symbole de l’immense mouvement populaire qui a fait trembler le parti communiste chinois au printemps 1989. Inscrit en deuxième année d’histoire à la prestigieuse Beida (l’université de Pékin), ce fils de professeur est devenu l’un des principaux porte-paroles d’un mouvement pour la démocratie dont les téléspectateurs du monde entier ont suivi l’évolution avec passion.

L’un des jeunes opposants les plus mûrs de sa génération

Étudiant brillant, il avait créé en 1988 le Salon démocratique de Beida qui était devenu un haut lieu des discussions sur la démocratisation de la Chine qui enflammaient la jeunesse. Proche de Fang Lizhi, le Sakharov chinois, il apparaissait comme l’un des jeunes les plus mûrs de sa génération. En 1989, il a participé au mouvement dès son déclenchement, en créant avec d’autres camarades la Fédération autonome des étudiants de Pékin qui s’est trouvée à l’avant-garde du mouvement. Plutôt réservé, doté d’un grand calme à la différence de l’autre porte-parole du mouvement, l’étudiant ouighour Wuerkaixi, Wang Dan n’a pourtant pas hésité à lancer avec lui la grève de la faim qui a conduit à l’occupation de la place Tiananmen à partir du 13 mai 1989. Malgré les nombreuses luttes entre les étudiants, il est resté l’un des porte-paroles du mouvement, apprécié des médias étrangers pour sa capacité d’analyse. Le 19 mai, il a participé au dialogue avec le premier ministre Li Peng qui s’est refusé à toute concession et a proclamé la loi martiale. »

En prison pour cause de « complot contre le gouvernement »

Numéro un sur la liste des « criminels » recherchés après le massacre du 4 juin, il a été condamné à quatre ans de prison pour « propagande et agitation contre-révolutionnaires ». À sa sortie de la geôle de Qincheng, il s’est à nouveau engagé en faveur de la démocratie en compagnie de Liu Xiaobo, lauréat du Prix Nobel de la Paix en 2010 toujours emprisonné, et de l’historien Bao Zunxin, dirigeant de la Fédération autonome des intellectuels de Pékin pendant le printemps 1989. Avec eux, il a lancé des pétitions, fondé des groupes d’aides aux familles des prisonniers politiques, dénoncé les abus du régime, ce qui lui a valu d’être arrêté en 1995 et condamné à onze ans de prison en 1996 pour « complot en vue de renverser le gouvernement ».

Opposant en exil

En 1998, à la veille de la visite de Bill Clinton en Chine, Wang Dan a été autorisé à se rendre aux États-Unis. Désireux de parfaire son itinéraire universitaire, il s’est inscrit à Harvard où il a obtenu un doctorat d’histoire en 2008. Il a travaillé dans de nombreuses universités américaines et enseigne l’histoire de la Chine depuis plusieurs années à l’Université Tsinghua à Taïwan, tout en continuant à œuvrer pour la démocratisation de son pays. Il participe au comité de rédaction de nombreuses revues favorables à la démocratie, écrit de nombreux articles et parvient à faire connaître ses idées en Chine par l’intermédiaire d’Internet. Il jouit d’un grand respect dans les milieux de l’opposition en exil.

Jean-Philippe Béja, directeur de recherche émérite CNRS au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po

Wang Dan est interviendra dans deux conférences à Sciences Po dans le cadre des Asia Days :

Democracy in Asia. A Discussion around Wang Dan, Former Student Leader of the 1989 pro-Democracy Movement. Le 27 juin 2017 de 18h00 à 19h30, amphithéâtre Émile Boutmy.

Introduction par Karoline Postel-Vinay, directrice de recherche, Sciences Po - CERI, et Jean-François Huchet, vice-président du conseil scientifique, INALCO. Modération par François Bougon, Le Monde.

Beijing, Tiananmen 1989: A prefiguration of the “Occupy” Movement? A testimony by Wang Dan, Student Leader of the 1989 pro-Democracy Movement. Le 28 juin 2017de 17h00 à 19h00, salle de conférence du CERI, 6, rue Jacob, 75006 Paris.

Introduction par Jean-Philippe Béja, directeur de recherche émérite au CNRS, Sciences Po - CERI.

 

Interview de Wang Dan réalisée le 26 juin 2017 à Sciences Po, dans le cadre des Asia Days

 

En savoir plus

Le Centre de recherches internationales de Sciences Po

Le Groupement d'intérêt scientifique Études asiatiques (GIS Asie) vise à mettre en commun des compétences scientifiques et des moyens en faveur de la recherche française en sciences humaines et sociale sur l’Asie. Il compte aujourd’hui 21 institutions membres.

Abonnez-vous à notre newsletter

L’Europe peut-elle devenir championne de l’intelligence artificielle responsable ?

L’Europe peut-elle devenir championne de l’intelligence artificielle responsable ?

Par Florent Parmentier (Sciences Po) et Christian Dargnat (Sciences Po). « Qui maîtrise l’intelligence artificielle domine le monde » : cette déclaration de Vladimir Poutine, en septembre dernier, à la tonalité prophétique a soulevé de nombreuses questions. Cette perspective faisait-elle référence à une vision essentiellement économique ou à une représentation plus militaire et géopolitique des choses ? Même sans avoir de certitude sur ce sujet, il apparaît bien que l’intelligence artificielle (IA) est un enjeu essentiel, complété par celui non moins important des données (le « nouveau pétrole »).

Lire la suite
Sciences Po mise sur les talents africains

Sciences Po mise sur les talents africains

Sciences Po inaugure aujourd’hui son premier bureau de représentation sur le continent africain, à Nairobi, au Kenya, et devient ainsi la première université française à ouvrir une délégation en Afrique anglophone. Ce bureau pilotera et animera tout un ensemble d’actions en Afrique Subsaharienne.

Lire la suite
Tout savoir sur l’apprentissage à Sciences Po

Tout savoir sur l’apprentissage à Sciences Po

Oui, on peut faire son master en apprentissage à Sciences Po ! Près du tiers des formations de 2ème cycle proposent cette possibilité. Une option plébiscitée par tous : les étudiants pour l’insertion professionnelle, les employeurs pour le recrutement, et l’université pour son intérêt pédagogique. Point d’étape avec Cornelia Woll, Directrice des études et de la scolarité. 

Lire la suite
Frédéric Mion reconduit à la tête de Sciences Po

Frédéric Mion reconduit à la tête de Sciences Po

Les instances de gouvernance de Sciences Po ont décidé de reconduire Frédéric Mion, directeur depuis 2013, pour un second mandat à la tête de l’institution. L’occasion de revenir sur son bilan, et d’esquisser son projet à l’horizon des 150 ans de Sciences Po : ouvrir, rassembler et innover.
Lire la suite

Luca Vergallo reçoit le prix Érignac pour ses simulations qui permettent de mieux comprendre les services de secours

Luca Vergallo reçoit le prix Érignac pour ses simulations qui permettent de mieux comprendre les services de secours

Le Prix Claude Érignac récompense chaque année une étudiante ou un étudiant de Sciences po pour son engagement au service de valeurs républicaines et humanistes. Cette année, c'est Luca Vergallo, étudiant en Master politiques publiques qui a été distingué pour son développement d’une pédagogie innovante qui valorise les services publics de secours et sensibilise à la gestion et à la communication de crise.

Lire la suite
“Si ce Mooc peut ouvrir l’esprit à ceux qui érigent des murs, nous aurons réussi notre pari”

“Si ce Mooc peut ouvrir l’esprit à ceux qui érigent des murs, nous aurons réussi notre pari”

Après le succès du Mooc Espace Mondial et ses 25 000 inscrits, Bertrand Badie présente son nouveau cours en ligne intitulé "Afrique et mondialisation, regards croisés", qui démarre sur la plateforme Coursera lundi 12 février 2018. Accessible à tous et réalisé par une équipe de neuf enseignants africains, latino-américains et européens, ce nouveau Mooc propose une vision inédite du continent et de son avenir. Et invite à repenser la gouvernance globale. Entretien. 

Lire la suite
Comment fonctionne le dopage ? Les enseignements de l’affaire russe

Comment fonctionne le dopage ? Les enseignements de l’affaire russe

Par Didier Demazière (CSO). Le spectre du dopage resurgit avec chaque grand événement sportif. Celui-ci mêle, de façon quelque peu schizophrène, célébration d’une éthique méritocratique fièrement affichée et rumeurs plus ou moins sourdes de tricheries et de manquements à cet idéal. Les Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang en Corée du Sud n’échappent pas à cette règle. En effet, leur préparation a été marquée par l’affaire de la disqualification des sportifs russes, certains étant finalement autorisés à concourir sous la bannière « Olympic Athlete from Russia », sans pouvoir arborer les couleurs de leur pays.

Lire la suite
Une semaine dans la Silicon Valley

Une semaine dans la Silicon Valley

Afin de sensibiliser les étudiants aux révolutions du digital, le Centre pour l’entrepreneuriat de Sciences Po a proposé à quinze d’entre eux de découvrir la Silicon Valley à la rencontre des acteurs du numérique : Facebook, Google, Airbnb... Yaël, en master recherche de théorie politique à l’École doctorale de Sciences Po, et Thomas, étudiant ingénieur à l'École polytechnique, faisaient partie de ce road trip original d’apprentissage par l’immersion. Machine learning, blockchain, data sciences… Ils nous expliquent tout.

Lire la suite
Quels sont les liens entre politique et croyance ?

Quels sont les liens entre politique et croyance ?

Dans l’essai collectif Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance (éd. Presses de Sciences Po), Anne Muxel, chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), a réuni plusieurs contributions sur les ressorts de la croyance dans nos sociétés contemporaines. Des fake news à l’engagement djihadiste, un ouvrage qui met en évidence les liens intimes qu’entretiennent croyance et vérité. Interview.

Lire la suite