1989, place Tiananmen

Les 26, 27 et 28 juin 2017, Sciences Po accueille le prestigieux congrès international des études asiatiques. Pendant ces trois jours, de nombreux spécialistes vont s’exprimer devant des participants du monde entier sur les recherches les plus récentes sur ces zones géographiques. À cette occasion, Sciences Po a souhaité accueillir un témoin majeur de l’évolution du continent asiatique : Wang Dan, l’un des principaux porte-paroles du mouvement de la place Tiananmen en 1989 et aujourd’hui encore fervent défenseur de la démocratie. Jean-Philippe Béja, directeur de recherche émérite CNRS au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po et spécialiste de la Chine, lui rend hommage. Portrait.

Le front ceint d’un bandeau marqué des caractères jueshi (grève de la faim), empoignant un mégaphone, le regard dissimulé derrière des lunettes à monture d’écaille, Wang Dan s’adresse à la foule sur la place Tiananmen. L’image de cet étudiant de vingt ans est devenue un symbole de l’immense mouvement populaire qui a fait trembler le parti communiste chinois au printemps 1989. Inscrit en deuxième année d’histoire à la prestigieuse Beida (l’université de Pékin), ce fils de professeur est devenu l’un des principaux porte-paroles d’un mouvement pour la démocratie dont les téléspectateurs du monde entier ont suivi l’évolution avec passion.

L’un des jeunes opposants les plus mûrs de sa génération

Étudiant brillant, il avait créé en 1988 le Salon démocratique de Beida qui était devenu un haut lieu des discussions sur la démocratisation de la Chine qui enflammaient la jeunesse. Proche de Fang Lizhi, le Sakharov chinois, il apparaissait comme l’un des jeunes les plus mûrs de sa génération. En 1989, il a participé au mouvement dès son déclenchement, en créant avec d’autres camarades la Fédération autonome des étudiants de Pékin qui s’est trouvée à l’avant-garde du mouvement. Plutôt réservé, doté d’un grand calme à la différence de l’autre porte-parole du mouvement, l’étudiant ouighour Wuerkaixi, Wang Dan n’a pourtant pas hésité à lancer avec lui la grève de la faim qui a conduit à l’occupation de la place Tiananmen à partir du 13 mai 1989. Malgré les nombreuses luttes entre les étudiants, il est resté l’un des porte-paroles du mouvement, apprécié des médias étrangers pour sa capacité d’analyse. Le 19 mai, il a participé au dialogue avec le premier ministre Li Peng qui s’est refusé à toute concession et a proclamé la loi martiale. »

En prison pour cause de « complot contre le gouvernement »

Numéro un sur la liste des « criminels » recherchés après le massacre du 4 juin, il a été condamné à quatre ans de prison pour « propagande et agitation contre-révolutionnaires ». À sa sortie de la geôle de Qincheng, il s’est à nouveau engagé en faveur de la démocratie en compagnie de Liu Xiaobo, lauréat du Prix Nobel de la Paix en 2010 toujours emprisonné, et de l’historien Bao Zunxin, dirigeant de la Fédération autonome des intellectuels de Pékin pendant le printemps 1989. Avec eux, il a lancé des pétitions, fondé des groupes d’aides aux familles des prisonniers politiques, dénoncé les abus du régime, ce qui lui a valu d’être arrêté en 1995 et condamné à onze ans de prison en 1996 pour « complot en vue de renverser le gouvernement ».

Opposant en exil

En 1998, à la veille de la visite de Bill Clinton en Chine, Wang Dan a été autorisé à se rendre aux États-Unis. Désireux de parfaire son itinéraire universitaire, il s’est inscrit à Harvard où il a obtenu un doctorat d’histoire en 2008. Il a travaillé dans de nombreuses universités américaines et enseigne l’histoire de la Chine depuis plusieurs années à l’Université Tsinghua à Taïwan, tout en continuant à œuvrer pour la démocratisation de son pays. Il participe au comité de rédaction de nombreuses revues favorables à la démocratie, écrit de nombreux articles et parvient à faire connaître ses idées en Chine par l’intermédiaire d’Internet. Il jouit d’un grand respect dans les milieux de l’opposition en exil.

Jean-Philippe Béja, directeur de recherche émérite CNRS au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po

Wang Dan est interviendra dans deux conférences à Sciences Po dans le cadre des Asia Days :

Democracy in Asia. A Discussion around Wang Dan, Former Student Leader of the 1989 pro-Democracy Movement. Le 27 juin 2017 de 18h00 à 19h30, amphithéâtre Émile Boutmy.

Introduction par Karoline Postel-Vinay, directrice de recherche, Sciences Po - CERI, et Jean-François Huchet, vice-président du conseil scientifique, INALCO. Modération par François Bougon, Le Monde.

Beijing, Tiananmen 1989: A prefiguration of the “Occupy” Movement? A testimony by Wang Dan, Student Leader of the 1989 pro-Democracy Movement. Le 28 juin 2017de 17h00 à 19h00, salle de conférence du CERI, 6, rue Jacob, 75006 Paris.

Introduction par Jean-Philippe Béja, directeur de recherche émérite au CNRS, Sciences Po - CERI.

 

Interview de Wang Dan réalisée le 26 juin 2017 à Sciences Po, dans le cadre des Asia Days

 

En savoir plus

Le programme complet des Asia Days à Sciences Po

Le Centre de recherches internationales de Sciences Po

Le Groupement d'intérêt scientifique Études asiatiques (GIS Asie) vise à mettre en commun des compétences scientifiques et des moyens en faveur de la recherche française en sciences humaines et sociale sur l’Asie. Il compte aujourd’hui 21 institutions membres.

Abonnez-vous à notre newsletter

Les livres qu’il faut avoir lu (sans les lire)

Les livres qu’il faut avoir lu (sans les lire)

Cet été, la librairie de Sciences Po vous fait partager sa bibliothèque idéale. Du roman au manuel pratique, en passant par la bande dessinée, une sélection de livres pour mieux comprendre le monde ! Cette semaine, un ouvrage de culture générale que tout étudiant qui entre à Sciences Po trouve précieux : La culture générale en livres, de Jean-Claude Bibas.

Lire la suite
Parents : les autres héros de la cérémonie du diplôme

Parents : les autres héros de la cérémonie du diplôme

Les 30 juin et 1er juillet 2017, Sciences Po célébrait les 2406 diplômés de la promotion 2017 en présence, dans le public, d’invités prestigieux : les familles des diplômés. Chine, Iran, Inde, Australie… Avec des diplômés de 150 nationalités différentes, ces proches sont souvent venus de très loin pour le grand jour. Qu’ont-ils pensé des études de leurs enfants à Sciences Po ? Comment imaginent-ils l’avenir ? La parole aux parents.

Lire la suite
Législatives : un rendez-vous manqué avec la jeunesse

Législatives : un rendez-vous manqué avec la jeunesse

Par Anne Muxel (CEVIPOF). Les élections législatives, transformées en seule chambre d’écho de la victoire présidentielle, n’ont pas mobilisé les Français, qu’ils aient été lassés par les vicissitudes d’une séquence électorale trop longue, qu’ils aient exprimé une défiance ou qu’ils aient conforté par leur silence le choix présidentiel considéré comme le seul déterminant. Le nombre d’électeurs restés en dehors de la décision électorale a atteint un record historique : 51,3 % au premier tour et au second tour 57,4 %.

Lire la suite
Nos projets de recherche ont le vent en poupe !

Nos projets de recherche ont le vent en poupe !

Pour la quatrième année, l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) a lancé son appel à projets générique. Ouvert à toutes les disciplines scientifiques et à tous types de recherche, cet appel permet aux porteurs de projets sélectionnés de se voir attribuer des fonds afin de développer, de façon autonome, des travaux sur une thématique propre. Cette année, 7 projets présentés par Sciences Po ont été retenus, soit un taux de réussite exceptionnel de 38%, contre 12 à 15% seulement au niveau national.

Lire la suite

"L’entrepreneuriat permet de construire le futur"

Fondatrice de Zéphyr Solar, une start-up de ballons solaires ayant reçu de nombreux prix pour son engagement social et environnemental, Julie Dautel était l’une des diplômées d’honneur lors de la Cérémonie du diplôme 2017. Agir en accord avec les défis de demain, que cela soit en faveur du développement durable, d’une plus grande richesse sociale et culturelle, ou encore de la lutte contre les inégalités d’accès à des besoins fondamentaux : tels sont les engagements auxquels Julie tient. Son témoignage est un plaidoyer pour l’entrepreneuriat qu’elle conçoit comme une voie de contribution au changement.

Lire la suite
Un Premier campus où

Un Premier campus où "tout est possible"

"Une expérience de vie étudiante avant l'heure" : c'est ce qu'ont vécu les lycéens du nouveau programme Premier Campus, organisé du 6 au 13 juillet sur le campus de Reims. Une cinquante d'élèves de Seconde, issus de 14 lycées d'Île-de-France, ont inauguré ce dispositif d'un nouveau genre destiné à des lycéens boursiers de l'enseignement secondaire. Objectif : les aider à réussir dans l'enseignement supérieur, quelle que soit la voie choisie. Reportage sur cette semaine d'immersion pédagogique riche en découvertes. Lire la suite

La féminisation élitiste de l’Assemblée nationale

La féminisation élitiste de l’Assemblée nationale

Par Luc Rouban (CEVIPOF). La féminisation de l’Assemblée nationale issue des élections législatives de 2017 apparaît comme l’un des principaux facteurs de renouvellement du personnel politique revendiqué par la République en Marche (LREM). Cette féminisation a considérablement progressé, mais elle ne concerne toujours en 2017 que 38,8 % de tous les députés contre 27 % en 2012 et 18,4 % en 2007. On est donc encore loin d’une parité réelle et cela d’autant plus que les postes les plus importants de l’Assemblée, comme la présidence, sont revenus à des hommes.

Lire la suite
Commissaires de police : 3/4 des admis issus de Sciences Po

Commissaires de police : 3/4 des admis issus de Sciences Po

Depuis sa création en 2012, la classe préparatoire aux concours de police et de gendarmerie de l’École de droit de Sciences Po s’affirme chaque année davantage comme l’une des meilleures préparations aux métiers de la sécurité. Cette année, sur les 30 postes ouverts au concours externe de commissaire de police, 24 places sont occupées par nos étudiants. Félicitations !

Lire la suite
« Les algorithmes peuvent améliorer la vie de tous »

« Les algorithmes peuvent améliorer la vie de tous »

Aujourd’hui PDG d’une ONG américaine utilisant la big data, hier data scientist, et avant-hier encore étudiant à Sciences Po, Paul Duan a déjà eu plusieurs vies. Invité d’honneur lors de la cérémonie du diplôme de Sciences Po, il a évoqué son parcours devant les diplômés de la promotion 2017. Ses audaces comme ses moments de doute, ses revirements professionnels comme ses succès, et sa quête de sens qui l’a poussé à créer une ONG. Un témoignage engagé et touchant, d’un homme convaincu que les algorithmes peuvent changer le monde.

Lire la suite