“Le futur se construit aujourd'hui”

Elle vient de Madagascar et aimerait être de ceux qui compteront dans l’avenir de son pays. Fitiavana Andry fait partie de la première promotion des boursiers Sciences Po - MasterCard Foundation, un programme qui permet d’accompagner des étudiants du continent africain engagés.

Fitiavana, vous êtes originaire d’Antananarivo, à Madagascar, où vous avez été élue "meilleure jeune patriote". En quoi consiste ce programme ?

Le programme "Jeunes Patriotes" est un programme lancé par la "Generation Citizen Madagascar", une association rattachée au Ministère du Patrimoine et soutenue par l'ambassade américaine. Il consiste à former des lycéens de la capitale Antananarivo aux notions de citoyenneté, d'engagement civique, mais aussi de leadership et de démocratie. Durant la formation, le prix de "meilleur(e) jeune patriote" fut lancé afin de motiver les participants à s'exprimer davantage et à participer activement et je l'ai remporté. Être meilleure jeune patriote consiste avant tout à être un leader, aider les autres du mieux qu'on peut, les servir, et être une porte-parole en cas de besoin.

Vous avez effectué votre rentrée en septembre 2017 à Sciences Po à Reims, en France. Quels cours suivez-vous ?

Étant en première année, je suis tous les cours proposés en tronc commun, ainsi que des cours obligatoires de mathématiques, d’humanités politiques et de langue (anglais et, en deuxième langue, j'ai choisi l'arabe). J’ai été suprise de voir qu'on partait d'abord d'un point de vue général et global, avant d'entrer dans les spécialisations et les questions relatives à l'Afrique. Mais cela m’a permis, par exemple, de suivre un cours sur les institutions politiques qui m’a beaucoup intéressé car j'ai appris, et surtout compris, le fonctionnement du monde politique depuis le XIXe siècle et la manière dont cela se répercute dans d’autres domaines.

Quelles sont vos premières impressions sur la France ?

La France est un univers assez différent de ce que j'avais vécu jusqu’à présent puisque  c'est la première fois que je quitte Madagascar ! Quasiment tout est nouveau pour moi ici. Au début, j’ai pensé que tout était compliqué, mais en fait, il faut juste s'accorder un peu de temps pour s'adapter ; après quoi on s'habitue assez vite au pays !

Qu’aimeriez-vous faire après Sciences Po ?

Après Sciences Po, je vais poursuivre mes études, si possible jusqu'au doctorat. J'ai pensé à me spécialiser dans les relations internationales, mais je m’intéresse aussi depuis quelques temps aux questions d'entreprise et de création de start-up. Pour la suite, je sais que Sciences Po va m'apporter un bagage assez solide, aussi bien intellectuel que personnel, puisque, ici, il n'est pas seulement question d'apprendre des leçons et de suivre des cours, mais aussi de développer ses compétences et ses capacités personnelles.

Quelles évolutions aimeriez-vous voir advenir dans le futur à Madagascar ?

J'aimerais voir des évolutions dans tous les domaines ! J'aimerais qu'il y ait moins de corruption, plus de clarté dans la gestion des affaires d'État, et une stabilité. J'aimerais surtout que les politiciens se penchent sur les questions de développement durable. D’un point de vue économique, je trouve que les avantages tirés des différentes activités devraient avoir un impact sur l'amélioration des infrastructures (routes, bâtiments publics,...), de chacune des régions de l'île afin de mettre en place un réel développement. Enfin, l'amélioration des conditions d'enseignement me tient particulièrement à coeur, notamment dans les milieux ruraux. J'aimerais que chaque enfant malgache ait droit à une éducation dans les meilleures conditions possibles, puisque l'éducation, c'est la base de tout essor de n'importe quelle activité.

Comptez-vous participer à ces évolutions ?

Oui, c'est à nous, la jeunesse, de relever les défis que nos prédécesseurs n'ont pas pu relever. Le futur se construit aujourd'hui et le meilleur moment pour faire aboutir ces évolutions tant désirées, c'est maintenant. Il est vrai que pour le moment, même si je ne suis pas sur le terrain, mes études ici font déjà partie de ces évolutions car j'accumule des savoirs et expériences que je pourrais partager après, et ainsi encourager les autres jeunes Malgaches. Je veux contribuer à l’évolution de Madagascar pour que nos petits frères et petites sœurs puissent avoir un meilleur avenir, une meilleure vie.

Découvrir les autres boursiers du programme

"Engagé pour l'Afrique", interview de Romaric Compaoré

"J'aimerais contribuer à réformer le système de santé de mon pays", interview de Ashale Chi

En savoir plus

Abonnez-vous à notre newsletter

Français et Italiens, quels sentiments réciproques ?

Français et Italiens, quels sentiments réciproques ?

Jeudi 20 juin 2019, la deuxième session des Dialogues franco-italiens de Sciences Po et de la LUISS est l'occasion de révéler les résultats d'un sondage IPSOS sur les deux pays. Comment se porte la relation entre France et Italie ? Réponse en vidéo avec Marc Lazar, professeur à Sciences Po et président du comité scientifique des Dialogues franco-italiens pour l'Europe.

Lire la suite
Enseigner l’écriture

Enseigner l’écriture

Après Kamel Daoud, Marie Darrieussecq sera la prochaine titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. L’auteure et psychanalyste est notamment lauréate du prix Médicis pour Il faut beaucoup aimer les hommes. Elle débutera ses enseignements auprès des étudiants de Sciences Po en septembre 2019.  

Lire la suite
Les coulisses du Grand Oral

Les coulisses du Grand Oral

Du discours de politique générale devant l'Assemblée nationale aux émissions de télévision, le “grand oral” a la cote et sera bientôt partie intégrante du nouveau Bac. Né à Sciences Po, le “Grand O” a, tout comme l’institution, profondément évolué au cours des dernières années. Qu’attend-on des étudiants en 2019 ? Loin du concours d’éloquence et des effets de manche, reportage dans les coulisses de ce rite de passage.

Lire la suite
Relations internationales : un pied dans le grand bain

Relations internationales : un pied dans le grand bain

Sciences Po pour les Nations Unies est une association qui rassemble des étudiants passionnés de relations internationales et de diplomatie. Forte de son succès, elle a récemment vu trois de ses membres (Antoine Da Col, Roland Martial et Mounia El Khawand) être primés au WorldMUN. Rencontre avec sa présidente, Eve de Seguins Pazzis, et sa vice-présidente, Chloé Bernard, étudiantes en master. 

Lire la suite
L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

Par Cornelia Woll (CEE). Le débat sur la suppression de l’École nationale d’administration est d’autant plus vif qu’il se situe à la convergence de plusieurs enjeux : principes de la méritocratie, ascension sociale, fonctionnement de l’administration publique, réseaux d’influence et rentes professionnelles que procurent les grands corps. D’autres modèles existent chez nos voisins. Une comparaison avec l’Allemagne éclaire le rôle que peut jouer l’université dans la formation de la haute fonction publique.

Lire la suite
En classe avec Kamel Daoud

En classe avec Kamel Daoud

Initiative originale visant à renforcer l'expression créative des étudiants, la première chaire d'écrivain en résidence de Sciences Po a été lancée en février dernier. Pendant un semestre, le premier titulaire de la nouvelle chaire, Kamel Daoud, a enseigné aux étudiants. Qu’apprend-on lors des classes dispensées par l’écrivain, telles que “L’écriture à rebours" et "L’écriture, la lecture et la construction du sens" ? Retour en vidéo sur une expérience inédite dans le paysage universitaire français.

Lire la suite
Les universités veulent peser sur l'agenda politique

Les universités veulent peser sur l'agenda politique

Une alliance internationale regroupant plus de 45 universités de référence mondiale a été lancée ce 5 juin 2019 à Paris, au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue à Sciences Po en présence de la ministre française de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal. Baptisé U7, ce regroupement d’universités prestigieuses a pour objectif d’aborder les défis mondiaux majeurs.

Lire la suite
Énergies renouvelables : comment soutenir les projets citoyens ?

Énergies renouvelables : comment soutenir les projets citoyens ?

Par Andreas Rüdinger (IDDRI). Le développement des énergies renouvelables (ENR) représente l’un des piliers de la stratégie française de transition énergétique. Afin d’atteindre les objectifs ambitieux fixés à l’horizon 2030 – soit 32 % d’énergie renouvelable dans la consommation finale d’énergie, 40 % pour l’électricité –, la nouvelle Programmation pluriannuelle de l’énergie indique qu’il faudra doubler les capacités d’énergies renouvelables électriques installées entre 2017 et 2028 dans l’Hexagone.
Lire la suite

Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite