“L’Asie a toujours été centrale dans l’histoire mondiale”

L’histoire du monde se fait en Asie. C’est la vision de Pierre Grosser qui signe, avec son dernier ouvrage au titre éponyme, une fresque décalée des relations avec le continent asiatique. Rencontre avec un historien qui se décrit comme “un bibliophage pathologique” et qui se positionne volontiers à contre-courant des tendances.

Le continent asiatique est devenu aujourd’hui un acteur incontournable des relations internationales. Dans votre ouvrage, vous démontrez que ce positionnement de l’Asie est en fait ancien… Pouvez-vous nous expliquer ?    

J’enseigne le cours “Espace Mondial” à Sciences Po depuis sa création en 1989 et je baigne dans les réflexions sur les interconnexions, les jeux d’échelle, la mondialisation, les rééquilibrages entre régions. Nous avons bien conscience aujourd’hui que tout est lié et connecté, et que les acteurs de la scène internationale doivent en tenir compte : c’est ce que nous décryptons dans mon cours avec les étudiants de l’École de journalisme. Mais pour les grands empires, par exemple britannique et russe, ce n’est pas nouveau. Tout cela était déjà bien marqué depuis un siècle, même si les historiens ont tardé à s’en apercevoir. Ainsi, durant l’été 1939, les négociations franco-anglo-soviétiques, puis le célèbre pacte germano-soviétique, sont aussi liés à des affrontements militaires nippo-soviétiques et à une crise anglo-japonaise en Chine qui se déroulent au même moment. Ou encore la répression en Chine en juin 1989, qui a des conséquences réelles sur le déroulement des évènements en Europe de l’Est à l’automne...

Pourquoi avoir choisi d’étudier spécifiquement l’Asie ?

Déjà, dans 1989, l’année où le monde a basculé (éd. Perrin, 2009), j’avais tenté une histoire globale de 1989. Dans L’histoire du monde se fait en Asie, une autre vision du XXe siècle, il s’agit désormais d’une histoire de la place et de l’impact des questions touchant l’ «Indo-Pacifique» (de l’Afghanistan à l’Australie) dans les relations internationales globales. L’objectif est de décentrer l’histoire : les alignements de puissance aux origines de la Première Guerre mondiale sont largement une conséquence de la défaite de la Russie face au Japon en 1905. La prétendue bipolarité de la guerre froide masque les rivalités sino-américaines, sino-soviétiques et sino-indiennes, notamment dans le Tiers-Monde. Ce décentrage est d’autant plus important si on veut comprendre les enjeux actuels en Asie, aux répercussions mondiales. C’est ce que je pratique dans mon cours « héritages stratégiques » : le système d’alliance américain est un produit de la guerre de Corée, les débats sur le nucléaire se sont construits à partir de l’Asie, et la Chine a profondément transformé sa vision de la Seconde Guerre mondiale (à raison car sa place y fut importante) et donc sa vision de son statut international.

Quelle a été votre méthode pour écrire cette synthèse interprétative ?

J’ai bien conscience d’être un peu à contre-courant d’une histoire-plaisir, ou d’une histoire génératrice d’émotions. C’est une histoire analytique, qui s’adresse à l’intellect – quoique apprendre et chercher à comprendre soient aussi un plaisir. Ce n’est pas un essai, même si chaque chapitre revisite une séquence de l’histoire des relations internationales. Le livre mêle de l’histoire « asiatique », de l’histoire internationale des puissances ayant un rôle en Asie, et de l’histoire soucieuse de montrer l’impact global de l’Asie. Il s’agit donc d’un livre de relations internationales, mais dans une acception large : on y trouve de l’histoire diplomatique, mais aussi du stratégique et du militaire, les débats internes de politique étrangère, les représentations (notamment raciales) de l’Autre, les questions migratoires, les questions économiques, ainsi que la circulation des idées, des révolutionnaires, ou des experts en développement. J’espère que le contenu et la méthode intéresseront, à l’heure où l’on insiste sur l’importance de l’Asie dans le monde, et où l’on parle de « retour de la géopolitique », à savoir des jeux de puissance – qui, en fait, n’ont jamais disparu.

Vous revendiquez une approche érudite, truffée de références...

Mes étudiants connaissent ma bibliophagie pathologique ! L’objectif d’un tel livre, comme des enseignements à Sciences Po d’une histoire généraliste, problématique, à jour, et orientée vers le présent, est de lire tout ce qui a été écrit (avant tout dans la langue de communication scientifique qu’est l’anglais), et qui est à la fois de plus en plus dispersé et en augmentation exponentielle ; puis d’en tirer pour l’auditoire ou les lecteurs des analyses et des interprétations les plus claires possibles. Cette érudition est essentielle, parce que l’histoire est une discipline vivante, ce que je m’efforce de montrer dans tous mes cours et notamment en master recherche de sciences politiques, où il n’est possible de théoriser qu’en étant à jour sur les données et leurs interprétations. L’érudition est essentielle aussi pour ne pas sombrer dans les élucubrations de la géopolitique de comptoir.  

À lire

Pierre Grosser est professeur agrégé détaché à Sciences Po et docteur en histoire. Il enseigne aux niveaux Collège universitaire et master, notamment le cours “Espace mondial” depuis 1989. Il est spécialiste de l’histoire des relations internationales au XXe siècle et des interprétations du monde post-guerre froide.

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

 

Docteurs honoris causa : 3 profils exceptionnels

Docteurs honoris causa : 3 profils exceptionnels

Après Vaclav Havel, Boutros Boutros Ghali ou Lakhdar Brahimi, Sciences Po s’apprête à honorer, le 12 décembre, trois nouveaux docteurs honoris causa. Une promotion 2017 exceptionnelle à plus d’un titre. D’abord parce qu’elle distinguera deux femmes, qui rejoignent Helen Wallace, première Docteure honorée en 2011. C’est également la première fois que Sciences Po décerne ce titre à un universitaire d’Afrique subsaharienne. Trois profils remarquables et inédits à découvrir ci-dessous.

Lire la suite
Quartiers fragiles

Quartiers fragiles

Année après année, les politiques dédiées aux quartiers dits “sensibles” s’enchaînent et… rien ne semble changer. Clément Boisseuil, chercheur au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po (CEE) s’est intéressé à l’application de ces politiques, en comparant les méthodes utilisées à Chicago et à Paris. Il nous explique pourquoi une telle différence entre les objectifs affichés et des résultats mitigés.

Lire la suite
Sociologie et basket-ball

Sociologie et basket-ball

Après avoir étudié pendant deux années sur le campus de Reims, Lukas Noah Drammeh s’est envolé pour les États-Unis où il effectue actuellement sa troisième année à l’Université de Caroline du Nord, à Chapel Hill. L’occasion d’approfondir ses connaissances en sociologie et en études afro-américaines, mais aussi de réaliser un vieux rêve : intégrer une équipe de basket-ball réputée et jouer une saison sur le sol américain. Portrait vidéo d’un fan de basket.

Lire la suite
Apprendre, ça s’apprend

Apprendre, ça s’apprend

Comment apprendre à apprendre ? C'est le défi de tout élève, en particulier au moment de l'arrivée dans l'enseignement supérieur. Sciences Po a mis en place depuis septembre 2017 une innovation pédagogique qui apporte des réponses pratiques à ce défi :  des cours inédits baptisés "ateliers de métacognition". Objectif de ces séances : mieux connaître le fonctionnement de son cerveau pour améliorer ses stratégies d’apprentissage. 

Lire la suite
Tous inégaux face aux banques ?

Tous inégaux face aux banques ?

Besoin d’un crédit bancaire ? Mieux vaut être un homme blanc. C’est le résultat d’une large opération de test de discrimination menée à l’initiative de la municipalité de Villeurbanne auprès des banques locales. Jeanne Lazarus, sociologue au Centre de sociologie des organisations de Sciences Po (CSO) qui travaille sur les rapports des citoyens aux institutions monétaires, faisait partie du comité scientifique de ce testing. Elle commente les résultats de cette opération.

Lire la suite
Travailler le dimanche est-il vraiment utile ?

Travailler le dimanche est-il vraiment utile ?

Travailler le dimanche est-il utile ? Non, répondent Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard dans leur dernier ouvrage Les Batailles du dimanche. Dépassant les habituels clivages idéologiques, les deux sociologues ont analysé le travail dominical sous l’angle de son utilité sociale. Interview de Laurent Lesnard, chercheur à l’Observatoire sociologique du changement (OSC) de Sciences Po.

Lire la suite
Christian Dior, un alumnus toujours à la mode

Christian Dior, un alumnus toujours à la mode

Par Serge Carreira, enseignant à Sciences Po. Qui se doute aujourd’hui que Christian Dior a fait un passage à Sciences Po ? Entré rue Saint-Guillaume sous la pression familiale, il a fui aussitôt une carrière de diplomate toute tracée pour le destin de créateur que l’on sait. À l’occasion de l’exposition qui lui est consacrée jusqu’en janvier au musée des Arts Décoratifs, retour sur un alumnus en avance sur son temps, qui a traversé les modes et les époques. Et se serait peut-être davantage épanoui dans le Sciences Po de 2017 ?

Lire la suite
Journée des masters : le replay

Journée des masters : le replay

Vous êtes étudiant ou jeune professionnel, vous vous interrogez sur les programmes de master et les différents métiers auxquels nous préparons nos diplômés ? Retrouvez l'intégralité des présentations de notre Journée des masters du samedi 25 novembre. L’occasion de tout savoir sur les programmes et les spécialisations de nos 7 écoles : l’École d’affaires publiques, l’École des affaires internationales, l’École de droit, l’École de journalisme, l’École du management et de l’innovation, l’École urbaine et l’École doctorale.

Lire la suite