“L’Asie a toujours été centrale dans l’histoire mondiale”

L’histoire du monde se fait en Asie. C’est la vision de Pierre Grosser qui signe, avec son dernier ouvrage au titre éponyme, une fresque décalée des relations avec le continent asiatique. Rencontre avec un historien qui se décrit comme “un bibliophage pathologique” et qui se positionne volontiers à contre-courant des tendances.

Le continent asiatique est devenu aujourd’hui un acteur incontournable des relations internationales. Dans votre ouvrage, vous démontrez que ce positionnement de l’Asie est en fait ancien… Pouvez-vous nous expliquer ?    

J’enseigne le cours “Espace Mondial” à Sciences Po depuis sa création en 1989 et je baigne dans les réflexions sur les interconnexions, les jeux d’échelle, la mondialisation, les rééquilibrages entre régions. Nous avons bien conscience aujourd’hui que tout est lié et connecté, et que les acteurs de la scène internationale doivent en tenir compte : c’est ce que nous décryptons dans mon cours avec les étudiants de l’École de journalisme. Mais pour les grands empires, par exemple britannique et russe, ce n’est pas nouveau. Tout cela était déjà bien marqué depuis un siècle, même si les historiens ont tardé à s’en apercevoir. Ainsi, durant l’été 1939, les négociations franco-anglo-soviétiques, puis le célèbre pacte germano-soviétique, sont aussi liés à des affrontements militaires nippo-soviétiques et à une crise anglo-japonaise en Chine qui se déroulent au même moment. Ou encore la répression en Chine en juin 1989, qui a des conséquences réelles sur le déroulement des évènements en Europe de l’Est à l’automne...

Pourquoi avoir choisi d’étudier spécifiquement l’Asie ?

Déjà, dans 1989, l’année où le monde a basculé (éd. Perrin, 2009), j’avais tenté une histoire globale de 1989. Dans L’histoire du monde se fait en Asie, une autre vision du XXe siècle, il s’agit désormais d’une histoire de la place et de l’impact des questions touchant l’ «Indo-Pacifique» (de l’Afghanistan à l’Australie) dans les relations internationales globales. L’objectif est de décentrer l’histoire : les alignements de puissance aux origines de la Première Guerre mondiale sont largement une conséquence de la défaite de la Russie face au Japon en 1905. La prétendue bipolarité de la guerre froide masque les rivalités sino-américaines, sino-soviétiques et sino-indiennes, notamment dans le Tiers-Monde. Ce décentrage est d’autant plus important si on veut comprendre les enjeux actuels en Asie, aux répercussions mondiales. C’est ce que je pratique dans mon cours « héritages stratégiques » : le système d’alliance américain est un produit de la guerre de Corée, les débats sur le nucléaire se sont construits à partir de l’Asie, et la Chine a profondément transformé sa vision de la Seconde Guerre mondiale (à raison car sa place y fut importante) et donc sa vision de son statut international.

Quelle a été votre méthode pour écrire cette synthèse interprétative ?

J’ai bien conscience d’être un peu à contre-courant d’une histoire-plaisir, ou d’une histoire génératrice d’émotions. C’est une histoire analytique, qui s’adresse à l’intellect – quoique apprendre et chercher à comprendre soient aussi un plaisir. Ce n’est pas un essai, même si chaque chapitre revisite une séquence de l’histoire des relations internationales. Le livre mêle de l’histoire « asiatique », de l’histoire internationale des puissances ayant un rôle en Asie, et de l’histoire soucieuse de montrer l’impact global de l’Asie. Il s’agit donc d’un livre de relations internationales, mais dans une acception large : on y trouve de l’histoire diplomatique, mais aussi du stratégique et du militaire, les débats internes de politique étrangère, les représentations (notamment raciales) de l’Autre, les questions migratoires, les questions économiques, ainsi que la circulation des idées, des révolutionnaires, ou des experts en développement. J’espère que le contenu et la méthode intéresseront, à l’heure où l’on insiste sur l’importance de l’Asie dans le monde, et où l’on parle de « retour de la géopolitique », à savoir des jeux de puissance – qui, en fait, n’ont jamais disparu.

Vous revendiquez une approche érudite, truffée de références...

Mes étudiants connaissent ma bibliophagie pathologique ! L’objectif d’un tel livre, comme des enseignements à Sciences Po d’une histoire généraliste, problématique, à jour, et orientée vers le présent, est de lire tout ce qui a été écrit (avant tout dans la langue de communication scientifique qu’est l’anglais), et qui est à la fois de plus en plus dispersé et en augmentation exponentielle ; puis d’en tirer pour l’auditoire ou les lecteurs des analyses et des interprétations les plus claires possibles. Cette érudition est essentielle, parce que l’histoire est une discipline vivante, ce que je m’efforce de montrer dans tous mes cours et notamment en master recherche de sciences politiques, où il n’est possible de théoriser qu’en étant à jour sur les données et leurs interprétations. L’érudition est essentielle aussi pour ne pas sombrer dans les élucubrations de la géopolitique de comptoir.  

À lire

Pierre Grosser est professeur agrégé détaché à Sciences Po et docteur en histoire. Il enseigne aux niveaux Collège universitaire et master, notamment le cours “Espace mondial” depuis 1989. Il est spécialiste de l’histoire des relations internationales au XXe siècle et des interprétations du monde post-guerre froide.

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

 

Dieu n’est pas mort : il fait de la politique

Dieu n’est pas mort : il fait de la politique

Partout dans le monde, le religieux est de retour. À l'intérieur des États comme sur la scène internationale, il se mêle désormais des enjeux de société comme de la politique. Analyser ce retour sous différents angles et dans toute sa diversité, c’est l’objectif de l’ouvrage “L’Enjeu mondial. Religion et politique”. Alain Dieckhoff, directeur du CERI, qui l’a co-piloté avec Philippe Portier, directeur du GSRL (CNRS/École pratique des hautes études), nous dévoile les nouveaux liens étroits et complexes qu’entretiennent religion et politique dans le monde contemporain.

Lire la suite
Rula Ghani, “First Lady” d’Afghanistan, promo 1969

Rula Ghani, “First Lady” d’Afghanistan, promo 1969

Être une jeune fille rangée, étrangère et loin de sa famille, dans le Paris de mai 68. Être une jeune fille tout court dans le Sciences Po de 1967 qui ne compte que 25% d’étudiantes. 47 ans plus tard, être en Afghanistan la première “First Lady” d’un pays qui n’avait jamais vu le visage d’une femme de président. “J’ai appris à m’adapter”, résume modestement Rula Ghani, qui incarne aujourd’hui pour les femmes afghanes un espoir et un exemple. À l’occasion de sa conférence à Sciences Po vendredi 13 octobre, retour sur les années étudiantes de cette diplômée d’exception.

Lire la suite
Sciences Po à la 50e place mondiale en sciences sociales

Sciences Po à la 50e place mondiale en sciences sociales

Le Times Higher Education (THE), qui dresse chaque année un classement mondial des universités très suivi par les acteurs du secteur, vient de publier ses palmarès thématiques. Alors qu’aucun établissement français ne figurait dans le top 100 mondial en sciences sociales l’an passé, Sciences Po se hisse cette année à la cinquantième position mondiale et se place désormais comme la première université française dans ce domaine.

Lire la suite
Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Vous êtes lycéen, vous voulez vous porter candidat à Sciences Po ? Enseignements, vie de campus : venez poser toutes vos questions lors des Journées Portes Ouvertes de nos campus en régions. Une occasion unique de rencontrer étudiants, professeurs et responsables pédagogiques du Collège universitaire (le 1er cycle de Sciences Po en trois ans).

Lire la suite
« Un regard critique sur l’entreprise »

« Un regard critique sur l’entreprise »

Le Prix du Livre RH créé par Syntec recrutement en partenariat avec Le Monde et Sciences Po a récompensé le 3 octobre dernier l’ouvrage de Dominique Lhuillier et Anne-Marie Waser Que font les 10 millions de malades ? Vivre et travailler avec une maladie chronique qui dénonce l’exclusion des malades chroniques de l’entreprise. Entretien à cette occasion avec Henri Bergeron, directeur du master Organisations et Management des Ressources Humaines au sein de l’École du management et de l’innovation de Sciences Po et président du jury du Prix du livre RH.

Lire la suite
Les meilleures copies 2017

Les meilleures copies 2017

Commenter un extrait de L’Éducation sentimentale de Flaubert, évoquer les débuts de la Ve République ou encore comparer certains régimes totalitaires… Ce sont quelques-uns des sujets sur lesquels les prétendants à l’entrée à Sciences Po ont dû plancher cette année lors des épreuves écrites. Certains ont brillamment réussi cette épreuve. En exclusivité, voici leurs plus belles copies.

Lire la suite

"Nous devons tant à Simone Veil"

Les 2406 diplômés de la promotion 2017 s’en souviendront. Le 30 juin 2017, au matin du jour où ils s’apprêtaient à recevoir leur diplôme, disparaissait Simone Veil, immense figure nationale et européenne dont l’hommage a teinté d’une solennité toute particulière la cérémonie qui les faisait entrer dans la vie d’adulte : pas un discours en effet qui n’ait rendu hommage à “celle à qui nous devons tant” (Frédéric Mion).  

Lire la suite

"C'est maintenant que tout commence"

Reims, Dijon, Menton… L’un après l’autre, les 7 campus de Sciences Po ont effectué leur rentrée. Près de 1650 étudiants rejoignent ainsi la communauté des “Sciences Po” pour suivre les trois années passionnantes du premier cycle du Collège universitaire. D’où viennent-ils ? Quels sont leurs envies et leurs projets ?  La parole à nos étudiants.

Lire la suite

"J'ai envie de faire les choses en grand"

Ils viennent de France ou d’ailleurs. Ils sont fraîchement diplômés du bac ou de son équivalent à l’étranger. Ils souhaitent travailler dans la fonction publique, le marketing, journalisme, l’humanitaire. Certains veulent créer leur propre entreprise, comme Alexis Ngahane, étudiant sur le campus de Paris, qui a lancé son premier projet entrepreneurial avant d’avoir le bac, et ne compte pas s’arrêter là. C’est avec lui que nous poursuivons notre série de portraits de “premières années”.

Lire la suite
Du tatami aux amphis

Du tatami aux amphis

Sport de haut niveau et Sciences Po, impossible duo ? Pas pour Lola Benarroche, étudiante en Master Marketing et médaillée d’or de judo aux Universiades 2017. Entrée à Sciences Po via le programme de formation des sportifs de haut niveau, Lola Benarroche mène de front championnats et préparation de sa reconversion professionnelle dans le marketing, au sein de l’École du management et de l’innovation de Sciences Po. Découvrez le parcours de combattante de cette étudiante et judoka de 26 ans qui passe ses matinées sur le tatami et ses après-midis dans les amphis.

Lire la suite