"À Sciences Po, tous les étudiants ont des projets !"

Hadia Baïz, étudiante en troisième année au Collège universitaire de Sciences Po, fait partie des lauréats du 31ème Prix du Jeune Écrivain de langue française, qui sera décerné le 19 mars prochain au Salon du Livre. Récit d’une passion pour l’écriture et pour la nouvelle, un genre qui lui permet d’explorer les problématiques sociales. Un peu comme dans ses cours à Sciences Po...

Racontez-nous votre parcours : pourquoi avoir choisi Sciences Po ?

Hadia Baïz : Très longtemps, je me voyais faire médecine à Lille, ma ville natale. Pour comprendre le corps humain, et le soigner. Et ce n’est qu’en Terminale que j’ai fini par admettre que j’étais en réalité plus attirée par les sciences sociales. C’est ce qui m’a conduit à préparer Sciences Po. Mais le rapport au corps humain reste au centre de mon écriture : j’écris surtout des portraits, autant physiques que psychologiques, et je m’inspire pour cela beaucoup de mes observations, au jour le jour, et de l’actualité.

L’écriture a-t-elle toujours été importante pour vous ?

H. B. : J’écris depuis l’école primaire. J’ai d’abord tenté d’écrire un roman avant de me tourner vers la nouvelle. C’est un format très intense, qui donne la liberté de passer rapidement d’une histoire à l’autre. En parallèle des études, du collège à Sciences Po, j’ai participé à quelques concours littéraires. Et notamment le Concours de nouvelles politiques de la Conférence Olivaint (ndlr : une association étudiante) où ma nouvelle Vertige a reçu la troisième place. Cela m’a énormément motivée pour continuer à écrire d’autres nouvelles bien sûr, mais aussi un roman.

Que représente pour vous ce Prix du Jeune Écrivain de la Langue française ?

H. B. : En s’adressant à tous les jeunes francophones à travers le monde, ce Prix crée une communauté internationale de jeunes passionnés d’écriture. Et leur donne la chance d’une publication, et souvent la toute première, comme c’est mon cas. Pour cette édition, nous sommes 14 jeunes lauréats, Français, Libanais, Québécois ou encore Suisses, et nos nouvelles sont rassemblées dans un recueil qui vient de paraître chez Buchet-Chastel. La mienne s’appelle À tes souhaits. C’est un texte autour de la maladie, inspiré d’un fait divers. Les problématiques sociales et en particulier familiales restent ma première source d’inspiration…

Comment concilie-t-on études à Sciences Po et écriture ?

H. B. : À Sciences Po, tous les étudiants ont une activité en dehors des cours ! Ça peut être une pratique artistique, un engagement associatif, en lien avec les études ou pas du tout. L’écriture, pour moi, c’est simplement une forme d’expression, au même titre que la musique ou le théâtre, que je pratique aussi. Nous avons aussi des ateliers artistiques qui font partie du cursus. De mon côté j’avais suivi un cours sur l’improvisation en jazz !

Souhaitez-vous en faire votre métier ?

H. B. : Non, pas forcément. L’écriture, c’est une passion que je souhaite pour l’instant pratiquer librement. Je compte davantage sur la formation de Sciences Po pour préparer un métier, via un master à l’École d’Affaires publiques, peut-être pour travailler sur l’élaboration des politiques publiques. Mais l’écriture et mes études à Sciences Po restent imbriquées : ce que j’apprends en sciences sociales, l’attention que l’on porte sur la société et l’actualité, tout cela nourrit mon écriture. D’ailleurs, j’ai de plus en plus envie de monter une association qui incite les étudiants à écrire des nouvelles : c’est un format peu valorisé en France, alors qu’il permet une formidable expérience d’écriture.

Comment être de gauche aujourd’hui ?

Comment être de gauche aujourd’hui ?

Député britannique, Ed Miliband enseigne à Sciences Po avec la chercheuse Jenny Andersson un cours sur “les gauches”. Qu’est-ce que veut dire “être de gauche” aujourd’hui ? Par quels types de populations ces partis ont-ils été soutenus par le passé ? Et aujourd’hui ? Et, surtout, dans un contexte de montée des populismes et des extrêmes droites en Europe, quelle place pour cette sensibilité politique dans le futur ? Réponse en vidéo avec l’ancien chef du Parti travailliste.

Lire la suite
Comment lutter contre la corruption ?

Comment lutter contre la corruption ?

Les opinions publiques exigent de leurs dirigeants un engagement en matière de transparence et de régulation des mouvements financiers. Après les mesures qui ont été mises en oeuvre ces dernières années, beaucoup reste encore à faire. Le 11 décembre 2018, Sciences Po recevait une conférence de l’association #StopCorruption destinée à promouvoir les enjeux de bonne gouvernance. Représentants des instances internationales et européennes, responsables politiques, chefs d’entreprise, associations, étudiants, chercheurs… sont venus s’exprimer sur cet enjeu.

Lire la suite
Les 7 écoles de Sciences Po répondent à vos questions

Les 7 écoles de Sciences Po répondent à vos questions

Tout au long des mois de novembre et de décembre 2018, les sept écoles de Sciences Po présentent leur offre de masters lors d'émissions en direct sur le site web Campus-Channel. Pendant 40 minutes, les candidats peuvent poser toutes leurs questions aux doyens et aux étudiants de Sciences Po, afin de mieux connaître les programmes et les métiers auxquels préparent les écoles.

Lire la suite
Repenser les politiques migratoires  : pour un « GIEC » des migrations et de l’asile

Repenser les politiques migratoires : pour un « GIEC » des migrations et de l’asile

Face aux questions migratoires, Virginie Guiraudon (CNRS/Sciences Po), Hélène Thiollet (CNRS/Sciences Po) et Camille Schmoll (Paris 7/IUF) ont lancé un appel à la communauté scientifique pour la constitution d’un Groupe International d’Experts sur les Migrations et l’Asile (GIEMA). À l'occasion de la première réunion du groupe qui se tient ce 10 décembre 2018, les chercheuses rappellent les enjeux de cette mobilisation.

Lire la suite
Les droits de l'homme : souvent conquis, jamais acquis

Les droits de l'homme : souvent conquis, jamais acquis

Alors que le monde s’apprête à célébrer les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme signée au Palais de Chaillot le 10 décembre 1948, force est de souligner l’importance pratique que revêt aujourd’hui cette déclaration. Souvent décriée, car vague dans son universalisme, ses contempteurs lui reprochent son déficit d’ancrage matériel ou, à l’inverse, son occidentalo-centrisme, bref de ne parler à personne à force de vouloir parler à tous.

Lire la suite
Quels espoirs pour le sommet de Katowice ?

Quels espoirs pour le sommet de Katowice ?

Par Carola Klöck (CERI). Après des températures dépassant les 40°C l’été dernier et qui restent élevées en ce mois de novembre 2018, le thème du changement climatique est sur toutes les lèvres. Il n'en est pas de même de la politique internationale du climat, bien que le sommet de Katowice, qui aura lieu début décembre, soit déjà la troisième rencontre de haut niveau à être organisée cette année autour de ce sujet.

Lire la suite
“La France s’est réarmée contre le terrorisme”

“La France s’est réarmée contre le terrorisme”

Le 8 novembre 2018, Bernard Cazeneuve, ancien Premier ministre et enseignant à Sciences Po, et Jeh Johnson, ex-Secrétaire à la Sécurité intérieure du gouvernement Obama, donnaient une conférence exceptionnelle à Sciences Po sur les enjeux de la coopération transatlantique en matière de lutte contre le terrorisme. Voir la vidéo.

Lire la suite
ENA & concours administratifs : un excellent palmarès 2018

ENA & concours administratifs : un excellent palmarès 2018

Les résultats d’admission au concours externe d’entrée à l’École Nationale d’Administration (ENA) viennent d’être publiés et 27 étudiants de Sciences Po figurent parmi les 40 admis, soit 68 %. Ces résultats témoignent de l’excellence de la préparation que Sciences Po propose pour les concours administratifs français et de la diversité des profils des étudiants qu’elle accueille.

Lire la suite
Étudier à Sciences Po, combien ça coûte ?

Étudier à Sciences Po, combien ça coûte ?

À Sciences Po, nous pensons que les difficultés financières ne doivent pas être un obstacle pour étudier. Avec une politique de droits de scolarité et d'aide sociale engagée et inclusive, nous avons ainsi fait le choix du volontarisme. Un étudiant sur trois ne paie aucun frais de scolarité. Nos droits de scolarité sont par ailleurs inférieurs à ceux pratiqués par la plupart des grandes universités mondiales.

Lire la suite