À la recherche des cités perdues

Thomas Chaney, chercheur au Département d’économie à Sciences Po, est spécialiste du commerce international, de la finance et des réseaux. Lauréat de nombreux prix, et nominé cette année au prestigieux Prix du meilleur jeune économiste, il mène des recherches qui croisent modèles théoriques et d’autres champs inattendus comme... l’archéologie. Ou comment un économiste s’est mis en quête de cités disparues il y a plusieurs millénaires à l’aide d’équations.

Comment l’idée surprenante de rechercher des cités du royaume assyrien disparues il y a 4000 ans vous est-elle venue ?

Il y a deux facteurs qui sont souvent à l’origine de la recherche : le hasard et la curiosité. Ali Hortacsu, professeur d'économie à l'université de Chicago, aperçoit un jour l’annonce d’une conférence sur le commerce à l'âge de bronze qui se déroule à l’Institut d’études orientales, juste en face de son département. Curieux, il y assiste et rencontre Gojko Barjamovic, un historien du Proche-Orient antique. Ils envisagent alors d’analyser le commerce antique avec des outils de l'économie moderne. Lors d'un séjour à l'université de Chicago peu de temps après, Kerem Cosar, professeur à l'université de Virginie, et moi-même, étant tous les deux spécialistes du commerce international, avons rejoint leur équipe de recherche.. L'idée de cette alliance entre histoire et économie pour retrouver la trace de cités perdues nous est venue naturellement.

Vous utilisez un modèle théorique d’analyse du commerce contemporain qui se nomme “l’équation de gravité”. De quoi s’agit-il ?

Le modèle de gravité postule que les flux de commerce entre deux pays ou deux villes, sont proportionnels à la taille des pays ou des villes, et inversement proportionnels à la distance qui les sépare. Le fondement de ce modèle repose sur l'idée que les marchands, les firmes, les consommateurs, exploitent ce qu’on appelle des opportunités d’arbitrage : si on peut trouver un bien dans un pays étranger à un coût inférieur au coût local, en prenant en compte les coûts de transport, il est profitable de l’importer. C’est exactement ce que faisaient les marchands assyriens : ils sillonnaient cette partie du monde à la recherche d'opportunités de profits, ils avaient un réseau d’agents, dispersés à travers ces villes, qui les tenaient informés de l'évolution des prix sur les marchés locaux ; les chefs de caravanes suivaient un trajet optimal à travers les montagnes anatoliennes… En bref, leur comportement était très proche de celui des agents contemporains.

Puisqu’il n’y a pas de traces de ces villes, quelles sont les données que vous avez pu utiliser ?

Nous utilisons principalement des milliers de “lettres” sur tablettes d’argiles que s’échangeaient les marchands. Nous sommes capables d’y isoler systématiquement les bouts de textes qui décrivent des échanges commerciaux entre villes. En combinant cette base de données entre villes et le modèle de gravité, nous pouvons former des conjectures sur la localisation de ces cités perdues. En simplifiant à l'extrême, le modèle de gravité permet de transposer un flux commercial en une distance physique. Il suffit ensuite d’avoir des données sur les flux entre au moins trois villes connues, et une ville perdue, pour “deviner” où se trouve la ville perdue par triangulation. De façon similaire, le récepteur GPS dans nos smartphones utilise la distance par rapport à trois satellites pour “deviner” où il se trouve.

À quels résultats êtes-vous parvenus ?  Avez-vous retrouvé des villes disparues ?

Nous avons deux séries de résultats. La première, c’est la localisation d’une dizaine de cités perdues. Nous pouvons proposer, non seulement une conjecture sur ces localisations, mais nous avons aussi une mesure de la précision, au sens statistique, de ces conjectures. Pour corroborer ces résultats, nous comparons nos conjectures à celles formées par des historiens, qui, eux, évidemment n’utilisent pas un modèle économique mais recherchent des descriptions de repères topographiques, ou des mentions de monuments connus à d’autres époques. Dans la plupart des cas, ces deux approches radicalement différentes proposent des localisations extrêmement proches, à moins de 50 km les unes des autres. La seconde série de résultats est une estimation de la taille de ces villes antiques. Ces villes sont trop anciennes pour que les archéologues puissent avoir une idée précise de leur taille. Notre modèle de gravité nous permet d'estimer ces tailles. Nous trouvons, de façon très surprenante, que la distribution de la taille des villes est très proche de celle des villes de la Turquie de 2016 !

Quelles suites imaginez-vous donner à ces recherches ?

Nous travaillons sur deux nouvelles pistes. La première consiste à formuler et tester des hypothèses sur les raisons pour lesquelles une ville d’une taille donnée émerge à un point donné dans l’espace. Pour cela, nous utilisons à la fois nos données de commerce à l'âge de bronze, des informations sur la structure du réseau de transport à l'époque romaine et byzantine, ainsi que la topographie de cette région du monde. La seconde est une étude du réseau social entre ces marchands assyriens. À travers les lettres qu’ils échangent, nous pouvons non seulement identifier des individus, mais aussi les alliances, commerciales et financières, qu’ils forment entre eux : une sorte de réseau social, 2000 ans avant notre ère !

  • Thomas Chaney, docteur en économie du Massachusetts Institute of Technology, a rejoint Sciences Po en 2016, après avoir été professeur à l'université de Chicago et à la Toulouse School of Economics. Récipiendaire de nombreux prix et nominé cette année au Prix du meilleur économiste de France. Titulaire d’un projet de recherche européen de premier plan - Firm Networks Trade and Growth (ERC), il est spécialiste du commerce international, de la finance et des réseaux qui les sous- tendent.  En savoir plus sur ses recherches.
  • L’équipe conduisant ces recherches est composée de Gojko Barjamovic (Harvard University, Thomas Chaney (Sciences Po), Kerem Cosar (University of Virginia), Ali Hortacsu (University of Chicago)

En savoir plus

La recherche à Sciences Po

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Depuis sa création en 1872, Sciences Po a accueilli des milliers d’étudiants issus d’universités outre-Manche. Sir Austen Chamberlain, un diplômé de Cambridge promis à un brillant avenir dans la diplomatie européenne, fut parmi les tout premiers à y étudier. Célèbre pour son rôle dans les négociations des Accords de Locarno, pour lequel il reçut le prix Nobel de la paix, Austen Chamberlain occupa le poste de ministre des Affaires étrangères britannique pendant l’entre-deux-guerres de 1924 à 1929. Qu’a-t-il retenu de son passage à Sciences Po en tant qu’unique élève britannique de la promotion 1886, et comment ce séjour a-t-il forgé sa politique à une époque aussi charnière de l’histoire européenne ?

Lire la suite
“Retrouver le goût du partage démocratique”

“Retrouver le goût du partage démocratique”

Professeur à Sciences Po et ancien directeur du Centre d’études politiques de Sciences Po (Cevipof), Pascal Perrineau a été nommé le 17 janvier 2019 parmi les 5 garants du grand débat national. Comment envisage-t-il le débat ? Quels seront ses objectifs ? Réponse en vidéo.

Lire la suite
Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Par Dominique Boullier, Mariannig Le Béchec et Maxime Crépel. Les livres qui s’entassent dans votre bibliothèque sont-ils encore vivants ? Pourquoi les garder s’ils ne le sont plus ? Pourquoi l’attachement au livre imprimé ne se dément-il pas à l’heure du livre numérique ?

Lire la suite
“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

Depuis 10 ans, le Baromètre de la confiance politique du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) mesure les niveaux de confiance accordés par les Français à leurs acteurs politiques, sociaux et économiques. Il révèle aussi les degrés de confiance personnelle et interpersonnelle : famille, voisins... et mesure les perceptions de l’avenir par les Français. À l’occasion de la parution de la 10e vague, entretien avec Martial Foucault, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2019 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Par Michele Di Donato, Centre d'histoire de Sciences Po - En apparence spontanée et souvent même grossière, la communication de Matteo Salvini est coordonnée soigneusement et s'appuie sur un outil informatique très efficace. Il faut toutefois se garder de la tentation d’attribuer seulement à ces techniques la réussite de la communication de la Ligue. En effet depuis la crise de 2008, les partis qui proposent une distinction entre un « peuple » homogène et des « élites » corrompues, ont le vent en poupe un peu partout dans le monde.

Lire la suite
Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 45 % au concours 2018 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 180 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours, 79 ont été admis. Huit d’entre eux figurent dans les dix premiers du classement, et vingt parmi les trente premiers.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite
L’espionne qui venait de Sciences Po

L’espionne qui venait de Sciences Po

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

Lire la suite