À la recherche des cités perdues

Thomas Chaney, chercheur au Département d’économie à Sciences Po, est spécialiste du commerce international, de la finance et des réseaux. Lauréat de nombreux prix, et nominé cette année au prestigieux Prix du meilleur jeune économiste, il mène des recherches qui croisent modèles théoriques et d’autres champs inattendus comme... l’archéologie. Ou comment un économiste s’est mis en quête de cités disparues il y a plusieurs millénaires à l’aide d’équations.

Comment l’idée surprenante de rechercher des cités du royaume assyrien disparues il y a 4000 ans vous est-elle venue ?

Il y a deux facteurs qui sont souvent à l’origine de la recherche : le hasard et la curiosité. Ali Hortacsu, professeur d'économie à l'université de Chicago, aperçoit un jour l’annonce d’une conférence sur le commerce à l'âge de bronze qui se déroule à l’Institut d’études orientales, juste en face de son département. Curieux, il y assiste et rencontre Gojko Barjamovic, un historien du Proche-Orient antique. Ils envisagent alors d’analyser le commerce antique avec des outils de l'économie moderne. Lors d'un séjour à l'université de Chicago peu de temps après, Kerem Cosar, professeur à l'université de Virginie, et moi-même, étant tous les deux spécialistes du commerce international, avons rejoint leur équipe de recherche.. L'idée de cette alliance entre histoire et économie pour retrouver la trace de cités perdues nous est venue naturellement.

Vous utilisez un modèle théorique d’analyse du commerce contemporain qui se nomme “l’équation de gravité”. De quoi s’agit-il ?

Le modèle de gravité postule que les flux de commerce entre deux pays ou deux villes, sont proportionnels à la taille des pays ou des villes, et inversement proportionnels à la distance qui les sépare. Le fondement de ce modèle repose sur l'idée que les marchands, les firmes, les consommateurs, exploitent ce qu’on appelle des opportunités d’arbitrage : si on peut trouver un bien dans un pays étranger à un coût inférieur au coût local, en prenant en compte les coûts de transport, il est profitable de l’importer. C’est exactement ce que faisaient les marchands assyriens : ils sillonnaient cette partie du monde à la recherche d'opportunités de profits, ils avaient un réseau d’agents, dispersés à travers ces villes, qui les tenaient informés de l'évolution des prix sur les marchés locaux ; les chefs de caravanes suivaient un trajet optimal à travers les montagnes anatoliennes… En bref, leur comportement était très proche de celui des agents contemporains.

Puisqu’il n’y a pas de traces de ces villes, quelles sont les données que vous avez pu utiliser ?

Nous utilisons principalement des milliers de “lettres” sur tablettes d’argiles que s’échangeaient les marchands. Nous sommes capables d’y isoler systématiquement les bouts de textes qui décrivent des échanges commerciaux entre villes. En combinant cette base de données entre villes et le modèle de gravité, nous pouvons former des conjectures sur la localisation de ces cités perdues. En simplifiant à l'extrême, le modèle de gravité permet de transposer un flux commercial en une distance physique. Il suffit ensuite d’avoir des données sur les flux entre au moins trois villes connues, et une ville perdue, pour “deviner” où se trouve la ville perdue par triangulation. De façon similaire, le récepteur GPS dans nos smartphones utilise la distance par rapport à trois satellites pour “deviner” où il se trouve.

À quels résultats êtes-vous parvenus ?  Avez-vous retrouvé des villes disparues ?

Nous avons deux séries de résultats. La première, c’est la localisation d’une dizaine de cités perdues. Nous pouvons proposer, non seulement une conjecture sur ces localisations, mais nous avons aussi une mesure de la précision, au sens statistique, de ces conjectures. Pour corroborer ces résultats, nous comparons nos conjectures à celles formées par des historiens, qui, eux, évidemment n’utilisent pas un modèle économique mais recherchent des descriptions de repères topographiques, ou des mentions de monuments connus à d’autres époques. Dans la plupart des cas, ces deux approches radicalement différentes proposent des localisations extrêmement proches, à moins de 50 km les unes des autres. La seconde série de résultats est une estimation de la taille de ces villes antiques. Ces villes sont trop anciennes pour que les archéologues puissent avoir une idée précise de leur taille. Notre modèle de gravité nous permet d'estimer ces tailles. Nous trouvons, de façon très surprenante, que la distribution de la taille des villes est très proche de celle des villes de la Turquie de 2016 !

Quelles suites imaginez-vous donner à ces recherches ?

Nous travaillons sur deux nouvelles pistes. La première consiste à formuler et tester des hypothèses sur les raisons pour lesquelles une ville d’une taille donnée émerge à un point donné dans l’espace. Pour cela, nous utilisons à la fois nos données de commerce à l'âge de bronze, des informations sur la structure du réseau de transport à l'époque romaine et byzantine, ainsi que la topographie de cette région du monde. La seconde est une étude du réseau social entre ces marchands assyriens. À travers les lettres qu’ils échangent, nous pouvons non seulement identifier des individus, mais aussi les alliances, commerciales et financières, qu’ils forment entre eux : une sorte de réseau social, 2000 ans avant notre ère !

  • Thomas Chaney, docteur en économie du Massachusetts Institute of Technology, a rejoint Sciences Po en 2016, après avoir été professeur à l'université de Chicago et à la Toulouse School of Economics. Récipiendaire de nombreux prix et nominé cette année au Prix du meilleur économiste de France. Titulaire d’un projet de recherche européen de premier plan - Firm Networks Trade and Growth (ERC), il est spécialiste du commerce international, de la finance et des réseaux qui les sous- tendent.  En savoir plus sur ses recherches.
  • L’équipe conduisant ces recherches est composée de Gojko Barjamovic (Harvard University, Thomas Chaney (Sciences Po), Kerem Cosar (University of Virginia), Ali Hortacsu (University of Chicago)

En savoir plus

La recherche à Sciences Po

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

Sciences Po poursuit l'expérience de son

Sciences Po poursuit l'expérience de son "Premier Campus" pour lycéens

Comment choisit-on sa voie dans le supérieur quand on est lycéen et boursier ? Comment décide-t-on de ce qui semble accessible et de ce qui ne l’est pas ? C’est pour en savoir plus sur la mécanique de l'autocensure que Sciences Po a imaginé en 2017 un nouveau programme d'égalité des chances baptisé “Premier Campus”. Il accompagne désormais une centaine de lycéens boursiers, qui se sont retrouvés à Reims du 6 au 13 juillet 2018 pour poursuivre cette expérience étudiante "anticipée".

Lire la suite
Plus près des étoiles : Emmanuel Macron à Versailles

Plus près des étoiles : Emmanuel Macron à Versailles

Par Bruno Cautrès (CEVIPOF). On aurait tort de dater l’affirmation de la prééminence présidentielle sur les lignes d’action du gouvernement et de la majorité parlementaire, que le discours d’Emmanuel Macron devant le Congrès réuni lundi 9 juillet à Versailles traduisait parfaitement, de la présidence actuelle ou même de celle de Nicolas Sarkozy, que l’on qualifia alors d’« hyper-président ».

Lire la suite
Après 68, nouveaux statuts, nouveaux pouvoirs

Après 68, nouveaux statuts, nouveaux pouvoirs

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Dernier épisode : à la rentrée 68, l’IEP fait sa mue en changeant de statut et accorde aux étudiants comme aux professeurs le droit d’élire des représentants. En instaurant en son sein le débat contradictoire, Sciences Po devient l’agora que l’on connaît aujourd’hui.

Lire la suite
Cérémonie du diplôme 2018 : les meilleurs moments

Cérémonie du diplôme 2018 : les meilleurs moments

Des étudiants brillants et engagés. Des invités d’honneurs inspirants. Des parents débordant de fierté. Consécration de l’année universitaire, la cérémonie du diplôme rassemblait, vendredi 29 et samedi 30 juin 2018, près de 2400 diplômés et leurs invités au grand auditorium de la Maison de la Radio à Paris. Les meilleurs moments en vidéo.

Lire la suite
Que peut faire le droit pour les animaux ?

Que peut faire le droit pour les animaux ?

Le combat pour limiter ou supprimer la souffrance animale est de le plus en plus présent dans le débat public. Expériences scientifiques, corrida ou encore foie gras sont l’objet de critiques insistantes. Des vidéos dénonçant les conditions de vie et de mort des animaux sont largement diffusées et le véganisme, encore confidentiel il y a quelques années, fait de plus en plus d’adeptes. Quel est l’apport du droit dans ce contexte ? Régis Bismuth, professeur à l’École de droit de Sciences Po et co-directeur de l’ouvrage Sensibilité animale. Perspectives juridiques (CNRS éd.) dresse un tableau des avancées des droits des animaux.

Lire la suite

"Emouna est une extraordinaire expérience !"

Ce mercredi 3 juillet, Sciences Po certifie la seconde promotion d’Emouna. Qu’est-ce que Emouna ? Une formation unique, née du souhait de plusieurs ministres du culte, - prêtre, imam, rabbin… -, de favoriser le dialogue entre religions, tout en s’interrogeant sur leurs places respectives au sein de la culture française. Deux années à peine après sa création, Emouna compte déjà une soixantaine de certifiés. Pauline Bebe, membre cofondateur* du programme, revient sur les moments forts de cette formation.

Lire la suite
Remise de diplômes 2018 : revoir les cérémonies

Remise de diplômes 2018 : revoir les cérémonies

Des étudiants brillants et engagés. Des invités d’honneurs inspirants. Des parents débordant de fierté. Consécration de l’année universitaire, la cérémonie du diplôme rassemblait, vendredi 29 et samedi 30 juin 2018, près de 2400 diplômés et leurs invités au grand auditorium de la Maison de la Radio à Paris. Quatre cérémonies exceptionnelles à revoir dans leur intégralité sur cette page et via le hashtag #scpograd2018.  

Lire la suite

Les étudiants chinois de 1878

Les étudiants chinois de 1878

À l’occasion de la remise des diplômes 2018, revenons 140 ans en arrière et plongeons dans les archives de 1878...Où l’on apprend que dans la toute jeune et atypique École Libre des Sciences Politiques, on cultive déjà l’international comme un atout. Et surprise ! On découvre dans les registres les copies de deux étudiants chinois, qui deviendront des diplomates célèbres sous la dynastie Qing...

Lire la suite
Le contenu idéologique de l’enseignement

Le contenu idéologique de l’enseignement

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Neuvième épisode de “Ça s’est passé…” : les étudiants s’emparent des questions du contenu de l’enseignement et de la démocratisation de Sciences Po.

Lire la suite
Qui sont les diplômés 2018 ?

Qui sont les diplômés 2018 ?

Des étudiants brillants et engagés. Des invités d’honneurs inspirants. Des parents débordant de fierté. Consécration de l’année universitaire, la cérémonie du diplôme rassemblera, vendredi 29 et samedi 30 juin 2018, près de 2400 diplômés et leurs invités au grand auditorium de la Maison de la Radio. Qui sont les étudiants de la promo 2018 ? Découvrez leurs profils. 

Lire la suite